Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Garance asbl

 

 

Newsletter n° 81 – novembre 2018



AGENDA



A LA UNE


Tous et toutes à la manif du 25 novembre 2018 !


Violences envers les femmes : on ne peut plus dire qu'on ne savait pas !

La plateforme Mirabal, co-fondée par Garance, appelle à une manifestation nationale ce 25 novembre pour dire que les violences envers les femmes, ça suffit ! En 2017, de nombreuses femmes se sont autorisées parler librement via les réseaux sociaux des agressions sexuelles qu’elles ont vécues. Harcèlement sexiste, viols, féminicides, les médias n’ont pas tardé à relayer ce qui a été présenté comme un phénomène de société. La Belgique semblait découvrir enfin l’ampleur des violences machistes que toutes les femmes connaissent trop souvent, sous une forme ou l’autre, tout au long de leur vie. En 2018, si les discours sont presque unanimes pour condamner les violences faites aux femmes, les actes ne suivent pas encore. Les politiques d’austérité, le racisme et le sexisme continuent à faire reculer les droits fondamentaux de la majorité de la population.

Chaque jour, dix jours avant la manifestation, la plateforme Mirabal diffuse des chiffres et des informations concrètes, accompagnés du slogan : « On ne peut plus dire qu’on ne savait pas ! » La Belgique respecte à peine 20% de ses obligations dans la lutte contre les violences machistes. 70% des dossiers de violences conjugales sont classés sans suite. 1/3 des femmes assassinées avaient dénoncé des violences antérieures sans avoir été suffisamment protégées. 98% des femmes ont déjà vécu une agression sexiste dans l’espace public.

Il est temps de renverser radicalement la vapeur si on veut réellement se donner les moyens de garantir l’autonomie et la sécurité de toutes les femmes avec ou sans papiers, avec ou sans emploi, avec ou sans handicap, quelle que soit leur origine, leur âge ou leur orientation sexuelle. En 2017, nous étions plus de 3000 personnes à manifester, cette année soyons encore plus nombreuses.eux.


Départ de la manif : 14h, Place Poelaert, 1000 Bruxelles



GARANCE EN BREVES


Label EVRAS pour Enfants CAPables

Nous avons eu la joie d'obtenir le label EVRAS en Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour notre projet de prévention des violences envers les enfants, Enfants CAPables. Ce label concerne l'Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle, qui fait partie des missions des établissement scolaires primaires et secondaires depuis 2012. Son octroi représente une reconnaissance de la qualité de notre intervention auprès des jeunes publics.


Violences faites aux femmes avec handicap intellectuel

Le 15 octobre a eu lieu notre journée d'étude et d'action « Non c'est non » qui a réuni 75 personnes. Les femmes vivant avec un handicap intellectuel était bien au centre des échanges et interventions, et elles n'ont pas hésité de prendre la parole et à partager leurs expériences. Trois des interventions sont désormais accessibles en ligne dans leurs versions Facile à lire et à comprendre.


Garance goes Europe

Comme chaque année, le réseau européen Women Against Violence Europe (WAVE) a organisé sa conférence annuelle fin octobre, cette fois-ci à Malte. Garance y a contribué lors d'un débat sur la neutralité de genre (notre analyse sur la neutralité de genre est d'ailleurs paru récemment chez Corps écrits), et notre guide de défense verbale pour féministes, Let's shut down antifeminism! est parti comme des petits pains. Bien sûr, nous avons aussi défendu la prévention primaire des violences. Apprenez-en plus dans notre compte-rendu de cette grand-messe européenne de la lutte contre les violences faites aux femmes !


Regards sur la Ville

Dans l'ouvrage tout récemment paru Regards sur la ville. Echanges et réflexions à partir de Liège, le chapitre « Ville inclusive », auquel nous avons contribué, évoque brièvement les marches exploratoires. Il permet de comprendre comment certaines décisions et fonctionnements conduisent à l'exclusion malgré des démarches à visées égalitaires. C'est surtout l'occasion d'apprendre comment fonctionne l'aménagement du territoire en Belgique et de distinguer les méthodes "top-down", "bottom-up" et "processus-forward". Epingler les contradictions entre visées inclusives et pratiques excluantes est un enjeu de taille pour continuer de faire de l'accès à la ville, une question de justice sociale.


Devenir membre de Garance ASBL

Vous voulez participer d'un peu plus près à l'action de Garance pour prévenir les violences basées sur le genre ? Contribuer aux réflexions qui nous animent, aux directions que nous voulons prendre ? Garance tient deux Assemblées générales par an. En décembre nous planifions, budgétisons, et accueillons de nouveaux et nouvelles membres. En plus des débats internes, l'AG de juin est l'occasion d'approuver (ou non) nos comptes et rapports. Vous voulez faire partie de l'aventure ? Ecrivez un mail à Irene qui vous dira tout et vous enverra l'invitation.


Une grève féministe le 8 mars !

En 2017, pour combatte les systèmes d'oppression des femmes, personnes trans*, inter et non-binaires, Ni Una Menos et la Women's strike lancent un appel international à des grèves féministes ! En Belgique, une première Assemblée Générale s'est tenue le 7 octobre dernier pour organiser une grève/des mobilisations féministes le 8 mars 2019. La prochaine Assemblée se tiendra le 25 novembre au matin et traitera principalement des revendications du mouvement : pourquoi faire grève ? Ce sera aussi l'occasion de rejoindre en force la manifestation de l'après-midi, contre les violences faites aux femmes. On s'y voit ?



C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Femmes sans abri, violences et pauvreté

Deux femmes sans domicile fixe sont décédées dans les rues de Bruxelles fin octobre. Or, aucun média n'a mentionné ni les questions de pauvreté ni le manque d'espaces spécifiques pour les femmes et les personnes trans* dans les centres d'hébergement d'urgence. Seule Safia Kessas, dans sa chronique sur la rtbf, aborde les liens entre précarisation économique des femmes, violences de genre et logement. Comme le rappelle Ariane Dierickx, directrice de l'Ilot, "la réalité c'est qu'on meurt toute l'année quand on est sans abri". Combien faut-il de décès et à quelle fréquence pour qu'on en entende parler ? 


smiley

Si, le viol a un genre !

Le SPF Intérieur a publié un état des lieux des violences sexuelles d'un point de vue légal et sur base des statistiques officielles. Il explique les différentes formes de violence sexuelle et la notion du consentement. Si c'est positif que le SPF souligne la responsabilité de l'auteur et aborde le mythe lié à la culpabilité de la victime, nous déplorons l'absence de données genrées. On insiste plutôt sur la proportion d'auteur.e.s connu.e.s par les victimes. Cela efface le caractère systémique des violences faites aux femmes et met tout le monde sur un pied d'égalité concernant le risque de victimisation, sauf dans le cas des mineur.e.s pour lesquels il est précisé qu'être fille est un facteur de risque. Nous dirions même : être femme aussi.


smiley

Projet pauvrophobie 

Parler de pauvreté sans parler de classe sociale et de capitalisme, c'est le nouveau défi du projet pauvrophobie ! De quoi s'agit-il ? Une encyclopédie qui démonte 85 idées reçues sur la pauvreté, une mini-série avide de clichés pour combattre les clichés, une page Facebook et un site internet. Attention, pas d'idéalisme en ces murs, le but n'est pas d'éradiquer la pauvreté mais de faire qu'elle soit plus limitée et mieux acceptée. Un projet qui n'est donc pas à la hauteur de son leitmotiv : "ce n'est pas les pauvres qu'il faut combattre, c'est la pauvreté". Un double spectacle de contorsionnisme pour arriver à parler du regard porté sur la pauvreté sans jamais vraiment parler de la pauvreté d'une part, et pour ne jamais aborder la précarisation spécifique des femmes d'autre part. Accrochez vos ceintures, les sensations sont fortes ! 


smiley

Première ville « autism friendly » en Irlande

Clonakilty, petite ville du compté de Cork, est la première ville d'Irlande a recevoir l' « Autism Friendly Award». Ce label est attribué par la National Autistic Society et est délivré à une ville si les critères suivants sont respectés : 25% de la population est sensibilisée à l'autisme et 50% de son espace public (incluant les services publics, les établissements scolaires, les professionnels de la santé), 25% des commerces et des associations et 3 employeurs sont adaptés aux personnes autistes. L'adaptation des lieux « autism friendly » implique, entre autres, l'atténuation et la limitation au maximum des sons et des sources de lumières ainsi que la formation du personnel.





LA SCIENCE DIT...


Que faire des échantillons ADN après-viol ?

Les feuilletons de télé raffolent de tests ADN et autres chichis de la haute technologie pour résoudre des crimes. Et en effet, nombre de victimes de violence sexuelle se soumettent chaque année à des examens parfois invasifs pour prélever des échantillons ADN dans l'espoir d'aider l'enquête. Mais souvent, ces échantillons restent dans les tiroirs. Si l'auteur n'est pas encore identifié ou s'il avoue les faits, nombre de procureur.e.s renoncent à une analyse couteuse. Une étude récente démontre que c'est une réalité problématique. L'université de Michigan State a analysé 900 des échantillons ADN restés dans les réserves de la police de Detroit. 28% des échantillons trouvaient un correspondant dans la base de données nationale de contrevenant.e.s CODIS, montrant que les tests ADN aident à l'identification des auteurs. De plus, 7,7% des échantillons étaient liées à d'autres dossiers d'agression sexuelle, indiquant qu'il s'agissait de violeurs en série. On peut en conclure que l'analyse des échantillons ADN non seulement facilite l'enquête quand l'auteur n'est pas connu et augmente les chances d'une condamnation. En plus, elle peut aussi prévenir des futurs attaques quand il s'agit d'un récidiviste. Les coûts financiers ne devraient plus être un argument pour négliger des preuves que les victimes mettent à disposition des autorités. Prendre au sérieux et honorer l'effort des victimes de contribuer à l'élucidation des violences qu'elles ont vécues, c'est la moindre des choses...

R. Campbell, H. Feeney, SJ Pierce, DB Sharma, G. Fehler-Cabral (2018) : Tested at Last : How DNA Evidence in Untested Rape Kits Can Identify Offenders and Serial Sexual Assault. Journal of Interpersonal Violence 33(24), 3792-3814.




LA REBELLE DU MOIS


L'inventrice de l'université

La femme rebelle de ce mois est illustrée par une personnalité très connue au Maghreb et notamment au Maroc, pour l’empreinte qu’elle laissa dans le paysage de ce pays et dans l’histoire des femmes en général. Fatima Al Fihriya a contribué à améliorer le monde en construisant la première université de l'histoire.





AGENDA


Activités de Garance

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles

Dates Intitulé Lieu
WE 8 et 9 décembre 2018 Autodéfense pour femmes Garance asbl,1000
lundi 10 décembre 21018 de 19h à 21h Entraînement mensuel: Défense verbale fêtes de famille Garance asbl,1000
lundi 14 janvier 2019 de 19h à 21h Entraînement Bruxelles : La force du centre Garance asbl,1000

En Wallonie

Dates Intitulé Lieu
1 décembre 2018 de 15 à 18h Entraînement Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
WE 15 et 16 décembre 2018 Autodéfense pour femmes Cinex Asbl, 5000 Namur
WE 26 et 27 janvier 2019 Autodéfense pour femmes Solidaris CMT, 7500 Tournai



Avec la participation de Garance



Dates Intitulé Lieu
25 novembre 2018 Manifestation nationale Bruxelles
6 décembre 2018 Table-ronde Université des Femmes : « Approches psycho-sociales : du terrain aux droits des femmes. Des spécificités aux nécessités » Amazone asbl, 1000 Bruxelles


 

 

Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be