9 NL
Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Garance asbl

 

 

Newsletter n° 80 – octobre 2018



AGENDA

Prochaines activités à Bruxelles, et en Wallonie

A LA UNE


Girl power ! Du nouveau du côté des filles

Depuis bon nombre d'années, Garance organise des stages d'autodéfense pour adolescentes et filles à partir de 8 ans. Dans un climat bienveillant, ces stages proposent un espace où les filles explorent leurs capacités d'action et leur autonomie en trouvant écoute et solidarité.

Seulement, les réalités changent et évoluent au fil du temps, et il était grand temps de nous remettre à la page ! Un nouveau programme est en cours de conception. Il vise à développer de nouveaux contenus et outils d'animation spécifiques adaptés aux groupes d'âge des 8-10 ans, 10-12 ans, 12-14 ans et 14-18 ans. Les filles pourront assister à un atelier de deux heures, à une journée de formation (6 heures) ou une formation complète sur deux jours (12 heures). Ces contenus seront complémentaires les uns avec les autres afin qu'une fille puisse suivre chacune des formations en abordant une thématique correspondant à sa tranche d'âge. Garance recherche d'or et déjà de nouveaux partenaires en région bruxelloise pour réaliser des formations gratuites dans la période de janvier à avril 2019.

Dans un second temps, une formation spécialisante sera proposée aux formatrices d'autodéfense pour femmes de manière à ce qu'elles élargissent leurs domaines de compétences et que de plus en plus de stages pour filles voient le jour en Belgique.

Pour mener à bien ce projet une nouvelle collaboratrice à rejoint notre équipe: Robine Anders est disponible pour toute question concernant ce projet.

Ce projet est réalisé avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région Bruxelles-Capitale, la COCOF et la Ville de Bruxelles.





GARANCE EN BREVES


Atelier : on a les cartons, à vous les slogans !

Le 25 novembre prochain, aura lieu une manifestation féministe nationale pour porter une série de revendications pour mettre fin aux violences faites aux femmes. Garance, le L-Festival et la Rainbowhouse de Bruxelles vous proposent un atelier de préparation à la manifestation le 19 novembre de 17h à 20h. L'atelier sera consacré à la création de slogans, de pancartes, de chansons, en fonction de vos envies. Une garderie sera disponible à la demande. N’hésitez pas à vous inscrirevous et vos enfants en mentionnant leur âge et leur nombre.


Brochure sur l'antiféminisme en anglais

Notre guide de défense verbale pour féministes, Clouez le bec à l'antiféminisme ! a été traduit en anglais par Women Against Violence Europe, un réseau européen d'associations féministes luttant contre les violences dont Garance fait partie. Let's shut down antifeminism! rend nos trucs et astuces pour faire face aux situations antiféministes en privé, au travail et en public désormais accessibles à des activistes partout en Europe et ailleurs.


Partager la ville. Genre et espace public en Belgique francophone

Garance a eu l'honneur de participer à la rédaction d'un ouvrage pionnier, "Partager la ville" qui rassemble chercheuses et militantes autour du sexisme dans l'espace public. Ce livre propose un regard inédit sur la situation en Fédération Wallonie-Bruxelles en alliant réflexions académiques et expériences de terrain visant à un meilleur partage de l'espace public. Un contenu passionnant pour toute personne qui s'intéresse de près ou de loin à ces questions. Et nous retenons bien sûr le chapitre qui partage nos réflexions sur dix ans d’expérience dans cette thématique. Ouvrage à retrouver dans toutes les bonnes librairies !


Garance goes ULB

Notre expertise en matière de genre et espaces, publics et autres, nous servira bien lors du " certificat d'université en genre et sexualité que met en place l'ULB. De novembre à juin, les participant.e.s suivront d'abord une unité d'enseignement de base (où Garance interviendra pour démontrer les liens entre genre et espaces et territoires). Ils et elles pourront choisir par la suite un de trois modules sur « corps, identités et sexualités », « égalité et discrimination » et « arts, corps et représentations ». Une occasion pour les personnes qui veulent mieux appréhender le genre et faire connaissance avec des outils d'analyse pour devenir actrices.teurs de changement.




C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Quand rien ne change

1991 : Anita Hill accuse Clarence Thomas, prétendant à la Cour suprême des Etats Unis, de l'avoir harcelée sexuellement pendant de nombreuses années. Anita Hill doit faire face au mépris, au sexisme et au racisme. Face à la commission d'enquête, elle s'en était pris plein la gueule. Clarence Thomas, premier Afro-américain à briguer le poste, avait été défendu contre son accusatrice, y compris par les associations antiracistes. Thomas est élu.

2018 : Quatre femmes accusent Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême, de viol et de harcèlement. Une seule, Christine Blasey Ford sera entendue par le commission d'enquête. L'histoire se répète, mais il parait que pas tout à fait. #metoo est passé par là. Il paraît que les hommes sont sur la sellette ; et puis, cette fois au moins, madame a été écoutée avec respect. On avance donc.

Des petits détails chipotent quand même : Anita Hill est noire, Christine Blasey Ford est blanche. Et le respect, c'est pas de la part de tout le monde. 2018 : Kavanaugh est élu.


smiley

Punies pour plus que leur crime

Un rapport dépitant analyse la situation des femmes condamnées à la peine de mort. Dans le monde, au moins 500 femmes attendent actuellement leur exécution, et plus de 100 femmes ont été exécutées ces derniers dix ans. Certes, leur genre procure à certaines accusées une protection contre la condamnation et l'exécution, surtout quand il s'agit de mères de jeunes enfants. Mais il est plus qu'inquiétant qu'une majorité des femmes condamnées l'ont été pour avoir tué quelqu'un en réaction à des violences graves envers elles dont le système judiciaire n'a pas tenu compte. Des facteurs d'exclusion mettent particulièrement à risque les femmes analphabètes, migrantes, pauvres ou vivant avec un handicap intellectuel. On constate que les femmes reçoivent des condamnations plus sévères quand elles sont perçues comme mauvaises épouses, mauvaises mères... bref : des femmes qui transgressent les normes de genre.


smiley

Le siècle de LA femme pour LES hommes

Voilà un livre qu'on pourrait recenser dans la rubrique « On n'a pas lu pour vous, et on n'a pas l'intention de le lire ». Alexander De Croo a été frappé d'une illumination, ainsi qu'il le raconte à Belga : "Ce fut un réveil brutal. Arpenter des dizaines de lieux sur d'autres continents m'a permis de me rendre compte que les inégalités de genre existent encore. Pas seulement dans des pays lointains mais aussi chez nous". Il a certes fait des « découvertes » intéressantes, sur les inégalités au sein de la famille par exemple, mais sa toute nouvelle conscience ne va pas jusqu'à remettre en cause la politique de ce gouvernement dont il est vice-premier ministre (Open VLD) : de la pseudo dépénalisation de l'avortement à une réforme des pensions qui va encore creuser les écarts entre hommes et femmes, les occasions d'alerter ses collègues sur la nocivité de leurs mesures ne manquaient pas... Et le titre, à lui tout seul, révèle les limites de la soudaine vocation féministe de M. De Croo : "Le siècle de la femme; Comment le féminisme peut aussi libérer les hommes". Ouf, LA femme reste bien dans son rôle, puisque ce sont les hommes qu'il s'agit ici de « libérer »...


smiley

Projet multilingue sur la violence conjugale

Le projet « Les oreilles qui écoutent », une initiative de ella vzw et de la FMDO et soutenue par l’Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, a le but de bien informer les femmes et les hommes sur les différents pistes d’aide en cas de violence conjugale. On cherche des écoutant.e.s volontaires qui parlent allemand, anglais, espagnol, italien, portugais, arménien, turc, chinois, arabe, berbère, serbo-croate, polonais, russe, roumain, lingala, swahili, hindi, albanais, bulgare, farsi ou somali. Vous pourrez apprendrez plus sur les modalités d'écoute à la réunion d'information du lundi 22 octobre à 14h30 à Amazone ou en contactant Fatma Arikoglu et Sarah Scheepers.


smiley

L'Inde dépénalise l'homosexualité et l'adultère

En septembre, les juges de la Cour suprême de New Delhi ont aboli deux articles du code pénal datant de l'ère coloniale britannique.

L' article 377, condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe, qualifiées de « contre nature ». Euphorie parmi les militant.e.s LGBT+ de la deuxième nation la plus peuplée du monde. Un de moins, mais il reste 71 pays où l'homosexualité est criminalisée.

L'article 497, pénalisant les relations sexuelles avec une femme sans le consentement de son mari, ne donnait pas la possibilité aux femmes de porter plainte pour adultère contre leurs maris ni tenait compte de leur consentement. Interpellé par un indien, la Cour suprême a justement constaté que cette loi constitue une discrimination envers les femmes les réduisant au statut de propriété de leurs époux. Cette décision historique avait été prise contre l'avis du gouvernement conservateur qui craint pour le caractère « sacré » du mariage.



LA SCIENCE DIT...


La fessée rend les enfants violents

Une étude de Frank Elgar et collègues de l'Université McGill à Montréal a examiné le lien entre la fessée et la violence des enfants et des jeunes. 400 000 enfants et jeunes entre 11 et 25 ans dans 88 pays ont été interrogé.e.s sur leur implication dans des bagarres et autres situations où ils exercent de la violence physique. Dans des pays où la fessée est strictement interdite, les enfants et jeunes utilisent beaucoup moins de violence. Un tiers de moins chez les garçons et 58% de moins chez les filles - qui, de toute façon, se battent en moyenne beaucoup moins souvent que les garçons – y disaient se battre « souvent ». Là où l'interdiction de la fessée est partielle, on observe une réduction de violence uniquement chez les filles, comparé aux pays sans aucune interdiction du châtiment corporel. S'il n'est pas sûr que l'interdiction légale cause directement ce changement de comportements ou si une loi reflète un changement de normes sociales qui diminuent le châtiment corporel déjà en amont de la loi, il est clair que l'expérience de violence a un impact négatif sur le comportement des enfants et des jeunes. Quand des enfants sont victimes de châtiments corporels, ils apprennent que la violence est légitime et l'utilisent eux et elles-mêmes plus facilement. D'autres recherches ont par ailleurs établi que le châtiment corporel provoque aussi des difficultés à l'école et des problèmes de santé mentale plus tard dans la vie.






ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...


Toutes des héroïnes

Minnie R. Besser, Anne Morgan, Alta Hyde Gilbert, Lillian Ellis... autant de femmes pas comme les autres que l'on croise à la lecture de Her Own Hero, un nouveau livre qui relate l'histoire des débuts de l'autodéfense pour femmes aux Etats-unis. Cette analyse réunit de précieuses informations venant d'archives de journaux, de la pensée féministe états-unienne autour de 1900, de programmes de variété et de compétitions sportives, de rapports de police etc. La multitude de ces sources donne une image colorée et nuancée des pratiques qui ont donnée naissance à l'autodéfense pour femmes comme nous la connaissons aujourd'hui. Et l'analyse fine des discours et des pratiques met en lumière les parallèles entre ces débuts et la situation actuelle, que ce soit au niveau des arguments pour et contre l'autodéfense, son lien étroit avec l'émancipation des femmes, le danger de la récupération raciste ou encore la tension entre pratique individuelle et engagement collectif. Garance vous propose un compte-rendu.





AGENDA


Activités de Garance

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles

Dates Intitulé Lieu
27 octobre 2918 Autodéfense pour filles de 8 à 10 ans Garance asbl,1000
3 novembre 18h Autodéfense pour filles de 11 à 12 ans Garance asbl,1000
10 + 11 novembre 18 Résister à l'antiféminisme Garance asbl,1000
12 novembre 18 Entrainement : Se défendre face à plusieurs agresseurs Garance asbl,1000
17 + 18 novembre 18 Défense verbale pour femmes Garance asbl,1000
19 novembre à 17h Atelier : on a les cartons, à vous les slogans ! Garance asbl,1000

En Wallonie

Dates Intitulé Lieu
27 + 28 octobre 18 Autodéfense pour femmes - Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
3 novembre 18 Autodéfense pour filles de 10 à 12 ans - Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
4 novembre 18 Autodéfense pour filles de 8 à 10 ans - Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
10 novembre 18 Autodéfense pour filles de 14 à 17 ans - Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
11 novembre 18 Autodéfense pour filles de 12 à 14 ans - Louvain-la-neuve infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve



Avec la participation de Garance



Dates Intitulé Lieu
22/10 Séance d'information, Projet « oreilles écoutantes » Bruxelles
23/10 Wallonie piétonne Namur
22 - 24/10 Conférence WAVE Malte
25/11 Manif Mirabal Bruxelles


 

 

Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be