Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Garance asbl

 

 

Newsletter n° 73 – novembre 2017



AGENDA


A LA UNE


Toutes dans la rue le 25 novembre !

Ce samedi 25 novembre à 14h, Gare du nord de Bruxelles, démarrera la grande manifestation nationale contre les violences faites aux femmes. La multitude de témoignages apparus sur la toile depuis octobre sous les hashtags #metoo ou #balancetonporc, ainsi que les plaintes déposées par différentes femmes contre des hommes de pouvoir comme Weinstein ou Ramadan, rappellent, s'il le fallait, l'ampleur des violences. A Garance, nous estimons qu'il est fondamental de soutenir l'autodétermination, l'organisation et la participation des femmes à la manifestation. Nous adorons travailler l'autodéfense féministe mais nous souhaitons surtout participer à la construction d'une société dans laquelle les femmes n'auraient pas à prendre du temps pour s'outiller face aux violences masculines. Il y en a donc marre de palier aux inégalités structurelles avec des bouts de ficelles, de faire face aux évitables injustices, de devoir batailler pour l'application de mesures simples. Parce que chaque femme qui a subi des violences de la part d'un partenaire, d'un patron, d'un ami ou d'un inconnu, est une de trop, nous marcherons samedi tant pour manifester notre colère que pour s’enivrer de nos énergies communes et continuer le combat tant qu'il le faudra.

Si vous avez envie de marcher avec des visages connus dans un groupe féministe pas affilié à l'une ou l'autre organisation, il y a un point de rendez-vous à 14h juste à côté du groupe lesbian-bi-trans* de la rainbowhouse. Aussi, si vous désirez vous préparer à la manifestation, nous vous donnons rendez-vous ce samedi dès 11h dans nos locaux pour un atelier pancartes/slogans et une auberge espagnole, et à 13h30, nous marcherons ensemble à la Gare du Nord pour rejoindre la manif. 





GARANCE EN BREVES


Garance déménage

Enfin ! Après presque un an de procédures, de réunions d'assemblée générale, de contre-temps, et pas mal de sang froid face à un vendeur désagréable qui a essayé à de nombreuses reprises de nous manipuler (il n'est pas tombé sur les bonnes personnes), ça y est ! Garance est officiellement propriétaire de ses nouveaux bureaux. Nous déménagerons dans le courant de l'année 2018 au numéro 55 de la rue Royale. Plus d'espace pour notre équipe, une vraie cuisine, une salle pour nos formations et la bibliothèque dont nous rêvons depuis longtemps ne seront bientôt plus un rêve mais deviendront réalité.


La Fête de FAFA en chiffres : 60, 3, 16, 19, 22

60 ans, c'est la différence d'âges entre les personnes présentes lors de l'entrainement du samedi 11 novembre à LLN. Cette activité avait lieu dans le cadre du projet Faire face au sexisme qui entame sa troisième année. 16, c'est le nombre de participantes présentes ce jour-là. Nous avons accueilli pour la soirée les 19 femmes de la fanfare Pas ce Soir Chéri ! 22h, c'est l'heure jusque laquelle les plus jeunes ont pu rester, après avoir âprement négocié avec leurs référent.e.s. Bravo à elles et merci à toutes, c'était SUPER !


Colloque sur les violences faites aux enfants

Le 30 novembre, Garance interviendra lors du prochain colloque de la plateforme régional bruxelloise de lutte contre les violences faites aux femmes, qui sera dédié aux violences envers les enfants - avec une attention particulière aux spécificités des violences envers les filles. Ce sera l'occasion pour nous de présenter notre programme de prévention Enfants CAPables et de faire part des constats que nous avons retirés de ces deux dernières années depuis le lancement du projet en Belgique.





C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smileysmiley

Que faire avec/après #meetoo

C'est un "heureux" hasard que juste avant le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, tout le monde se met à parler de ces mêmes violences. Garance vous propose une analyse des enjeux et des pièges potentiels de ces témoignages tout azimut. Dans une perspective féministe intersectionnelle, il n'y a pas d'oppression qui l'emporte sur une autre. Oui, il faut croire et soutenir les femmes victimes. Oui, nous devons lutter contre la précarisation de nos existences. Et oui, le racisme qui renvoie les violences à des facteurs personnels quand les auteurs sont des hommes blancs et à des facteurs culturels quand il s'agit d'un auteur musulman, sont à combattre. Nous ne nous laisserons pas diviser et c'est pourquoi nous manifestons ensemble ce samedi !


smiley

Statue de Millicent Fawcett à Londres

En 2018 aura lieu le centenaire du droit de vote pour les femmes en Grande-Bretagne (il n'était d'application en 1918 que pour les femmes de plus de 30 ans, le droit de vote pour toutes les femmes majeures n'a été accordé qu'en 1928). C'est à cette occasion que sera rendu hommage à la suffragiste britannique Millicent Fawcett (qui était, par ailleurs, en conflit avec notre femme rebelle du mois) sous la forme d'une statue à son effigie. Cette statue, sculptée par Gillian Wearing, sera érigée sur le Parliament Square à Londres, parmi onze statues représentant des hommes. Il s'agit donc de la première statue d'une femme, de surcroit créée par une femme, sur cette place. Sadiq Khan, le maire de Londres en dit : " Nous voulons que cette statue dépeigne la force et la détermination des femmes qui ont dédié leur vie à la lutte pour le droit de vote des femmes et qu'elle inspire de nombreuses générations à venir"


smiley

Deux partenaires en recherche de soutien

Nos collègues indiennes pratiquant le Wenlido ont besoin de dons pour pouvoir organiser une nouvelle formation de formatrices. Cette formation rendra l'autodéfense féministe accessible à des milliers de femmes et de filles, et cela en plusieurs langues. Notre partenaire flamand de longue date Persephone, cherche également des contributions pour une traduction de leur deuxième livre sur les violences faites aux femmes en situation de handicap, vers le français et l'anglais.


smiley

Convention d'Istanbul, ça continue

En octobre, l'Allemagne était le 25ième état à ratifier la Convention d'Istanbul pour prévenir et lutter contre les violences faites aux femmes et les violences conjugales. Pour rappel, la Belgique a clôturé son long processus de ratification en 2015 et recevra une première visite des membres de GREVIO, le groupe expert en charge de l'évaluation, en 2018. Ce sera une première occasion pour les associations de pointer les nombreuses lacunes que nous constatons au quotidien dans l'application de la Convention d'Istanbul.


smiley

Miss Pérou dénonce les violences faites aux femmes

Ce 29 octobre dernier, lors de l'élection de Miss Pérou, les candidates ont énumérés les statistiques nationales de violences faites aux femmes au lieu de mentionner leurs mensurations personnelles. L'initiative vient de Jessica Newton, Miss Pérou 1987, qui a déclaré que « la reine de beauté nationale se doit d'être l'ambassadrice de toutes les femmes qui n'ont pas de voix ». Si les élections de Miss restent une problématique en soi, nous soulignons quand même cette initiative qui a l'avantage de visibiliser des chiffres alarmants et surtout, de faire savoir à toutes les femmes qu'elles ne sont pas seules.


smiley

Noms Peut-être ! dans les rues de Bruxelles

Le 9 novembre, les habitant.e.s des Marolles se sont réveillé.e.s dans un quartier qui met en honneur des femmes célèbres. La nuit, la collective « Noms Peut-Être ! » a collé de fausses plaques de rue de femmes pour remédier à une inégalité flagrante : à Bruxelles, seulement 4% des noms de rues référent à des femmes. En rebaptisant des rues, la collective cherche à faire mieux connaître les grandes femmes belges et étrangères au public bruxellois, de sensibiliser à l’invisibilité des femmes dans nos espaces publics et dans l’histoire mais aussi de donner des modèles positifs à toutes les Bruxelloises. Et ce ne sera certainement pas la dernière action de cette collective...


smiley

Viols des femmes Rohingyas

Peu nombreux sont les conflits armés où les violences sexuelles ne sont pas utilisées comme arme de guerre systématique. Dernier triste exemple de cette règle : les viols collectifs que commet l'armée birmane envers les femmes et filles Rohingyas. Plus de 600 000 personnes appartenant à cette minorité ethnique et religieuse, persécutée en Birmanie, se sont réfugiées dans le sud-est du Bangladesh où une représentante spéciale de l'ONU a pu récolter leurs témoignages. La moitié des victimes sont des filles. Les organisations humanitaires sur place tirent la sonnette d'alarme face à ce nettoyage ethnique.






LA SCIENCE DIT...


Le harcèlement sexiste dans l'espace public

Parfois, ce sont des associations féministes qui font de la recherche scientifique. Deux analyses basées sur une enquête de Garance sont parues chez notre partenaire CEFA. La première analyse concerne une enquête par questionnaire que nous avons menée en 2015/16 auprès de plus de 500 femmes et filles de 13 à 71 ans. Nous voulions avoir une meilleure idée des expériences des femmes et des filles avec les situations de harcèlement sexiste dans l'espace public quant aux formes, les contextes et les auteurs, mais aussi en ce qui concerne leurs réactions. Cela ne surprendra personne que nous frôlons les 100% des femmes et des filles qui ont déjà vécu du harcèlement sexiste, et certaines sont confrontées, de surcroît, au harcèlement raciste (24%) ou lesbo-/transphobe (15%). Malgré les nombreuses stratégies de résistance que les enquêtées ont mises en place, elles en restent insatisfaites dans la majorité, même si plus que la moitié de leurs réactions font diminuer ou cesser le comportement. La deuxième analyse cherche à conceptualiser le phénomène du harcèlement dans l'espace public, y inclus les possibilités (et difficultés) de résistance.

Union interparlementaire : Sexisme, harcèlement et violence à l'encontre des femmes parlementaires. Bulletin thématique, octobre 2016.






ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...


A bras le corps : diffusion radio

Pauline Chevallier et Caroline Boilet, deux anciennes participantes à nos stages, se sont lancées un pari ambitieux de créer un documentaire sonore sur l'autodéfense féministe. Et c'est un pari relevé avec brio : le documentaire « A bras le corps » sera diffusé le 29 novembre à midi sur Radio Panik 105.4FM. Garance est fière d'avoir participer à la réalisation d'un outil aussi percutant. Caroline et Pauline sont venues rencontrer les participantes à nos stages et, après avoir reçu leur accord, ont enregistré les sons et leurs voix. Après un travail de montage minutieux, « A bras le corps » est maintenant près à la diffusion. C'est fort, c'est puissant, c'est touchant : c'est l'autodéfense féministe !





LA REBELLE DU MOIS


Une plume qui combat le génocide, le racisme et la guerre

Dénoncer des injustices commises par son propre pays contre l'ennemi, et s'attirer le mépris et la haine de ses compatriotes, tel est l'exploit d'Emily Hobhouse, notre femme rebelle du mois de novembre. Pour elle, la solidarité dépasse les frontières de toute sorte, et elle n'hésite jamais de se placer à côté des opprimé.e.s, même contre ses allié.e.s.





AGENDA


Activités de Garance

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles

Dates Intitulé Lieu
11 décembre 2017 Entraînement Bruxelles : Les étranglements Maison des Femmes, 1030
16 et 17 décembre 2017 Autodéfense pour femmes, Schaerbeek Maison des Femmes, 1030
8 janvier 2018 Entraînement Bruxelles : plusieurs agresseurs Garance ASBL, 1000
27 et 28 janvier 2018 Autodéfense pour femmes, Schaerbeek Maison des Femmes, 1030

En Wallonie

Dates Intitulé Lieu
20 janvier 2018 Autodéfense pour filles de 10 à 12 ans infos et insciptions : Chez Zelle,1348 Louvain-La-Neuve
samedis 27 janvier et 3 février 2018 Défense verbale pour femmes Maison de la Citoyenneté, 1340 Ottignies-Louvain-la-Neuve





Dates Intitulé Lieu
25 novembre 2017 à 14h Manifestation nationale contre les violences envers les femmes Gare du Nord, 1030
29 novembre, 12h « A bras le corps » sur Radio Panik 105.4FM


 

 

Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be