Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Garance asbl

 

 

Newsletter n° 65 – Décembre 2016



A LA UNE


2017, ça promet !

Le 15 décembre, l'Assemblée générale de Garance a adopté le plan d'action pour 2017. Nous continuerons évidemment de organiser nos formations d'autodéfense et de défense verbale, de former des formatrices d'autodéfense et de rendre les Enfants CAPables dans les écoles primaires. En plus de ça, nous avons quelques projets sur le feu qui nous font envie déjà maintenant...

Outre le projet Femmes au parc ! (voir ci-dessous), Garance publiera un guide de défense verbale pour féministes, en coopération avec l'Université des femmes, un outil indispensable contre tout retour en force anti-féministe. Nous préparerons aussi le terrain pour des femmes qui veulent se lancer en politique aux élections de 2018. Un programme de formations sur mesure renforcera leurs compétences de communication et leurs savoir-faire pour non seulement survivre au climat machiste de la politique, mais aussi pour y prendre leur essor. Lors d'un colloque, nous examinerons aussi quelles questions se poser et quelles positions prendre en tant que féministes par rapport aux politiques de répression : si la lutte contre l'impunité des violences fait partie des combats féministes, qu'est-ce que ça aurait comme conséquence de remplir les prisons avec des hommes violents et quelles seraient les alternatives ? Finalement, si les subventions nous le permettent, nous voudrions élargir notre travail d'éducation par les paires envers les femmes en situation de handicap mental. Elles sont particulièrement souvent confrontées à des agressions, mais elles peuvent aussi prendre leur sécurité en main.

Nous reprendrons des forces pendant les fêtes pour démarrer tous ces projets ambitieux en janvier. Merci à toutes les personnes qui nous ont fait confiance, soutenues ou diffusées en 2016, et à tout le monde nous souhaitons une année 2017 sans violence !





GARANCE EN BREVES


Les femmes explorent les parcs bruxellois

Le projet Femmes au parc ! débutera ses activités à partir du mois de janvier 2017 avec, notamment, une série de marches exploratoires dans des parcs qui ont été choisis pour développer le projet. Nous sommes dès à présent à la recherche de participantes qui seraient intéressées de rejoindre cette initiative. En plus de contribuer à un projet de participation citoyenne, faire une marche exploratoire peut donner une autre vision du trajet exploré et permet de vivre une expérience très enrichissante. Si vous êtes intéressées, consultez le programme des marches, et n'oubliez pas de vous inscrire.


Garance chez les étudiant.e.s en urbanisme, une première !

Fin novembre, nous avons fait une intervention à l’Institut Supérieur d'Urbanisme et de Rénovation Urbaine de Saint-Luc pour parler aux étudiant.e.s des démarches de Garance et de l'importance d'introduire une réflexion de genre dans l'aménagement du territoire. L'occasion de leur partager notre point de vue mais aussi de leur expliquer les projets existants et l'utilité de mener des marches exploratoires en amont des réaménagements urbains. Nous avons été très bien accueillies par des étudiant.e.s intéressé.e.s. Nous espérons vivement que ce genre d'intervention se reproduira, et bien entendu, qu'elle portera ses fruits.


Garance ne demande pas de dons en 2016 !

Certes, les dons nous font plaisir en tant que signe de reconnaissance de notre travail et nous permettent d'augmenter toujours plus nos activités tout en maintenant une certaine indépendance des pouvoirs subsidiants. Mais pour être honnêtes, en 2016, d'autres associations avec lesquelles nous travaillons régulièrement en ont bien plus besoin que Garance. Nous vous invitons donc de faire preuve de votre générosité en soutenant financièrement Genres pluriels et la Maison plurielle (voir ci-dessous). A vos porte-feuilles, cartes de crédit et comptes PayPal !





C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Alerte : l'association Genres pluriels menacée

La seule organisation belge francophone « œuvrant au soutien, à la visibilité, à la défense des droits et la lutte contre les discriminations qui s’exercent à l’encontre des personnes transgenres et intersexuées » est en difficultés suite à une diminution de son financement public. L'association existe depuis 2007, et n'a cessé depuis lors, d'augmenter ses activités d'accueil, de soutien et de sensibilisation. Encore en décembre, Genres pluriels a fait le point sur les zones d'ombres de l'avant-projet de la loi trans. Le 30 juin dernier, 3 employé.e.s ont dû être licencié.e.s. Rappelons que ce sont les intérêts d'au minimum 400.000 personnes transgenres et/ou intersexes en Belgique qui sont en jeu. L'association a besoin de dons (déductibles des impôts à partir de EUR 40) jusqu'à ce que les décideur.e.s politiques trouvent des solutions structurelles.


smiley

Alerte : et la Maison plurielle aussi !

Malheureusement, une mauvaise nouvelle vient rarement seule. A Charleroi, la Maison plurielle, seul service ambulatoire spécialisé travaillant sur toutes les formes de violence faites aux femmes financé par une commune, signale sa situation précaire. Après des mises en question, une inspection administrative et financière de fond et un renouveau du CA, l'association a obtenu le soutien de la Ville de Charleroi pour pouvoir continuer ses activités en 2017. Seul couac : les subventions arriveront seulement plus tard dans l'année, tandis que la Maison plurielle n'a pas assez de réserves pour survivre jusque là. Une campagne de dons est en cours pour réunir 15 000 euro et sauver cette association clé dans la lutte contre les violences faites aux femmes à Charleroi.


smiley

Au Maroc, S. et H. sont libres mais ...

...« remises à leurs tuteurs légaux pour réformer leur comportement ». « Il ne s'agit donc pas d'un acquittement », nous a signalé un membre de ASWAT. Le collectif ASWAT a fait un gros travail de mobilisation au niveau national et régional : en effet, il y a eut également une déclaration conjointe des organisations LGBT de la région MENA et de nombreux articles publiés régulièrement dans la presse. Pour le soutien juridique, les deux jeunes femmes ont été accompagnées par trois avocats d'associations des droits humains.


smiley

La Plate-forme féministe frappe à nouveau

Même si le gouvernement fédéral a ratifié, en mars 2016, la Convention d'Istanbul, outil indispensable de lutte contre les violences faites aux femmes, il affaiblit au même moment les organes de coordination qui doivent accompagner la mise en oeuvre de la Convention en Belgique. Cela n'est pas passé inaperçu pour la Plate-forme féministe contre les violences faites aux femmes qui regroupe des associations féministes flamandes et francophones, dont Garance, qui luttent contre les violences. Elles ont co-signé une carte blanche pour tirer la sonnette d'alarme, et Le Soir et La Libre l'ont publiée le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.


smiley

Pologne et Istanbul

Le gouvernement d'extrême droite polonais n'arrête pas de s'attaquer aux droits des femmes. Après avoir tenté de passer une loi encore plus restrictive sur le droit à l'avortement en octobre, le voilà de retour avec l'annonce de se retirer de la Convention d'Istanbul qu'il avait ratifiée en avril 2015. Evidemment, ce délai n'a pas été suffisant pour mettre en oeuvre les mesures vastes et détaillées prévues par la Convention. Mais comme les autres états ratifiants n'ont pas voulu accepter le cavéat polonais d'appliquer la Convention uniquement où elle n'est pas en contradiction avec la constitution polonaise, le gouvernement polonais joue maintenant les offensés. Que cela signifie de laisser à leur sort les 69 000 femmes par an qui portent plainte pour violences (et celles qui n'osent pas franchir ce pas), ne semble pas trop le préoccuper. Nous espérons que les fêtes de fin d'année n'empêchent pas la société civile polonaise de monter une résistance aussi impressionnante – et couronnée de succès – que pour la loi sur l'avortement.


smiley

Sans papiers, mais pas sans moyens

Les femmes sans papiers ou dépendantes de leur conjoint pour leur droit de séjour sont plus vulnérables aux violences conjugales, tout en ayant moins facilement accès aux services d'aide et à la police et la justice. C'est pourquoi les deux réseaux européens WAVE (où Garance représente la Belgique francophone) et PICUM joignent les mains pour une campagne qui rappelle que selon CEDAW, la Convention d'Istanbul – que la Belgique a ratifiées toutes les deux – et la directive UE sur les droits des victimes, les gouvernements doivent assurer que toutes les femmes présentes sur leur territoire soient protégées des violences, indépendamment de leur statut migratoire. Pour cela, une pétition circule, tout comme une vidéo. La campagne rappelle également au monde associatif et aux pouvoirs locaux qu'ils ont un devoir de solidarité avec les femmes migrantes.

Film : https://vimeo.com/channels/undocumentary/42891403

Soutien : http://www.wave-stepup.org/focus-areas/migrant-women



LA SCIENCE DIT...


L'autodéfense féministe en Union européenne

Une toute récente étude chauffe nos coeurs et illumine nos fêtes : Liz Kelly, qui a déjà mené la première étude sur l'autodéfense féministe en UE, actualise l'état des savoirs sur cette pratique de prévention, dans une enquête effectuée pour le Committée FEMM du Parlament européen. Non seulement tour d'horizon des apports de l'autodéfense à la prévention des violences faites aux femmes, l'étude analyse aussi les obstacles et potentiels politiques, entre autres par l'inclusion de l'autodéfense dans la Convention d'Istanbul. Chez Garance, nous nous réjouissons particulièrement des recommandations qui reflètent bien la réalité de terrain. A mettre sous tous les arbres de Noël des politiques belges et européen/ne/s !






ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...


« Femmes : la guerre la plus longue »

Tous les deux mois, le Monde Diplomatique publie un hors-série sur un thème unique. Il reprend des articles déjà parus, récents ou non, ainsi que des textes originaux. Le n° 150 qui vient de sortir est consacré aux femmes, sous le titre « La guerre la plus longue ». On y retrouve des signatures prestigieuses - Pierre Bourdieu, Christine Delphy, Mona Chollet, Nancy Fraser, Gisèle Halimi...- mais surtout des approches très diversifiées par les sujets abordés – le corps des femmes, les différentes formes de lutte, le « genre qu'on se donne... », sans craindre également la polémique : ainsi, deux textes présentent des positions opposées sur la prostitution. Autre intérêt : on y parcourt le monde, des cités françaises jusqu'au Japon, en passant par l'Iran, le Chili ou le Burkina Faso. Ajoutons une mise en page soignée avec des photos, des dessins et des cartes qui montrent bien la situation et les avancées des femmes dans le monde.

Manière de Voir n° 150, Décembre 2016-Janvier 2017





LA REBELLE DU MOIS


Une lobbyist infatigable

Les droits des femmes et des peuples indigènes, ainsi que la paix dans le monde, ceci fut le programme ambitieux de notre femme rebelle du mois de décembre, mois des droits humains. Entre autres, elle est co-responsable que les principes fondateurs de l'ONU incluent l'interdiction de la discrimination sexiste. Découvrez donc la vie mouvementée de Jessie Street.





AGENDA


Activités de Garance

Tarifs et modalités d'inscription

Dates Intitulé Lieu
9 janvier 2017 Entraînement Bruxelles : Plusieurs agresseurs Maison des Femmes, 1030
10 janvier 2017 Entraînement Tournai : Plusieurs agresseurs FPS TAM, 7500
31 janvier 2017 Initiation à l'Autodéfense pour femmes FPS TAM, 7500
7 février 2017 Entraînement Tournai : défense verbale (spécial St Valentin) FPS TAM, 7500
11 et 12 février 2017 Défense verbale pour femmes GC De Maelbeek, 1040
11 et 12 février 2017 Autodéfense pour femmes Ateliers de la Baraque, Louvain-la-Neuve
13 février 2017 Entraînement Bruxelles : défense verbale (spécial St Valentin) Maison des Femmes, 1030
18 et 19 février 2017 Autodéfense pour femmes Maison des Femmes, 1030




 

 

Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be