Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Garance asbl

 

 

Newsletter n° 64 – novembre 2016



A LA UNE


Nouveau projet : Femmes au parc !

La Région de Bruxelles Capitale et la COCOF financent notre projet « Femmes au parc ! ». Ce projet voit le jour dans la continuité de notre réflexion sur le genre et l'espace public que nous avons commencé il y a 5 ans déjà et pour laquelle nous avions élaboré notre méthodologie des marches exploratoires. Il s'agit ici de se pencher plus spécifiquement sur les espaces verts, où les inégalités entre les femmes et les hommes, les filles et les garçons, sont particulières.

Au programme : une recherche de littérature pour savoir ce qui existe déjà sur cette thématique, pour ensuite analyser les espaces verts bruxellois par le biais de nos marches exploratoires. Par des activités, nous voulons encourager les femmes à investir les parcs bruxellois, plus, et à des heures et pour des activités inhabituelles pour elles. Et ce afin d'établir plus d'égalité dans leur accès aux loisirs.

Pique niques, sports - souvent réservés aux garçons et aux hommes- , balade nature pour découvrir les plantes présentes de nos parcs, ateliers d'autodéfense, marches exploratoires, ateliers manuels, ... de nombreuses activités, qui auront lieu dans 5 parcs différents, auxquelles vous pourrez participer dès le mois de janvier. Le projet se clôturera par une grande fête à la rentrée 2017. Le programme précis de tout cela sera publié en décembre sur notre site. Au plaisir de vous voir dans le cadre de ce projet !





GARANCE EN BREVES


Garance dans les médias

A l'occasion de la Journée Portes Ouvertes de Garance à LLN, le 22 octobre 2016, nous avons fait une interview avec LNFM, une radio d'étudiantes et d'étudiants de l'UCL. L'entretien dure 10 minutes, on peut l'écouter ici en podcast. Bonne écoute.


Garance dans les écoles primaires

Une circulaire sur le harcèlement en milieu scolaire à été envoyée par le cabinet de la ministre de l'enseignement à toutes les écoles primaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles en mentionnant notre programme « Enfants CAPables » pour prévenir les violences envers les enfants (dont le harcèlement à l'école n'est qu'une forme parmi d'autres). Une annonce un peu rapide puisque nous ne sommes pas encore en mesure de couvrir la Wallonie et devons nous limiter à Bruxelles pour le moment. Néanmoins, il est bien prévu de développer le projet en Wallonie en formant à partir de la rentrée scolaire prochaine des équipes d'intervention locales. Patience donc...


Garance en live

Nous interviendrons dans un tas de colloques et ateliers organisés autour du 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Entre autres, nous présentons nos activités à la zone de police Bruxelles Ouest, participons à un atelier de la zone de police Bruxelles Nord sur le harcèlement sexiste dans l'espace public et menons un atelier similaire pour les directions d'école de Schaerbeek. Pour ne pas parler du colloque de la Région Bruxelles-Capitale « Comment mieux protéger les femmes issues de migration aux phénomènes de double discrimination ? » où nous parlerons de notre projet « Femmes migrantes, actrices de leur sécurité ». Autant d'occasions de mettre en lumière une analyse féministe des violences sexistes.





C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Plus d'autodéfense s'il vous plait !

En tant que féministe, on ne peut pas se réjouir de la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles US. Malgré cette légitimation d'un sexisme et racisme primaire et la preuve qu'en tant que femme, compétence et expérience ne sont pas des arguments suffisants pour l'emporter sur un homme, il y a aussi des retombées positives. Outrée par les commentaires misogynes de Monsieur Trump et le lien avec le harcèlement sexuel quotidien qu'elle perçoit, une jeune femme allemande a créé une pétition pour intégrer l'autodéfense dans les curricula des filles dans l'enseignement secondaire. Sans appui majeur, cette pétition a collecté plus de 20 000 signatures déjà. Garance salue cette initiative et rappelle que la Belgique aussi ferait bien de développer l'offre d'autodéfense féministe pour filles, actuellement sans subvention.


smiley

Quand exploitation pétrolière rime avec exploitation sexuelle

Nous avons déjà abordé plusieurs fois les violences envers les femmes autochtones en Amérique du Nord. Force, un collectif d'artistes contre la culture du viol, vient de publier un infographisme qui explique le lien entre l'exploitation pétrolière sur les terres des peuples indigènes du North Dakota et les violences sexuelles envers les femmes autochtones. Depuis le début du boom pétrolier dans cet état, les communautés amérindiennes enregistrent des taux de victimisation sexuelle doubles et triples. Ces exploitations concentrent des nombreux travailleurs dans des campings et autres lieux de vie transitoires où ils restent en non-mixité pendant des mois, ce qui entraîne des agressions sexuelles envers les femmes vivant dans la région. Tout cela dans un climat d'impunité la plus totale, car les travailleurs pétroliers ne font pour la plupart pas partie des peuples indigènes et ne peuvent pas être poursuivi par les tribunaux tribaux.


smiley

Quand s'embrasser est un crime

Au Maroc, les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont punissables par la loi. Les homosexuel.le.s risquent entre 6 mois à 3 ans de prison. Fin octobre, deux jeunes filles ont été privées de liberté pour avoir été vues en train de s'embrasser. Il y eut de nombreuses mobilisations des associations féministes et LGBT+, dont une pétition qui exigeait la libération immédiate des deux filles. En quelques jours, la pétition a récolté 40 000 signatures. S et H ont été remises en liberté en attente de leur procès, qui a été reporté au 25 novembre. Liberté toute provisoire. Suivons de près la situation de Sanaa et Hajar.


smiley

Les rapports sortent de l'ombre

La Convention d'Istanbul contre les violences faites aux femmes et conjugales s'est dotée d'un organe d'évaluation de ce que les états ratifiant mettent en oeuvre. Les premiers états, l'Autriche et le Monaco, passent l'examen fin 2016. C'était l'occasion pour une coalition de 30 ONGs autrichiennes de soumettre un rapport alternatif(en anglais : shadow report, rapport d'ombre). Sur 124 pages, elles analysent point par point ce que l'Autriche doit encore faire pour réellement suivre les engagements pris par la ratification de la Convention. Cela ne peut qu'encourager la société civile dans d'autres pays de déjà commencer leurs rapports alternatifs. Un bémol : l'autodéfense féministe n'apparaît pas une seule fois dans le texte, malgré le fait qu'elle est plus répandue en Autriche qu'en Belgique.






LA SCIENCE DIT...


Ces hommes qui se croient tout permis ?

La nouvelle a fait le tour de le presse et des réseaux sociaux : 30% des hommes violeraient une femme s'ils sont sûrs de ne pas être poursuivis. Une lecture un pleu plus détaillée de cette thèse en psychologie qu'a fait Massil Benbouriche au Québec apporte un regard plus différencié.

L'objectif de l'étude n'était pas de projeter combien d'hommes sont capables de viol. Il s'agissait plutôt d'une analyse de l'impact de l'alcool et de l'excitation sexuelle sur la manière dont des hommes perçoivent le consentement d'une potentielle partenaire sexuelle. L'échantillon, 150 hommes, n'est pas représentatif et ne permet pas de conclusions sur la population en général. En plus, dans le protocole de recherche, ce qui a été examiné, ce sont les attitudes et les intentions comportementales des sujets par rapport à des scénarios hypothétiques, et non de réels comportements. Il n'est donc pas possible d'en tirer des conclusions sur ce que « les hommes » feraient en réalité.

Ceci dit, certains résultats de l'enquête donnent des informations intéressantes. Le facteur le plus important pour que des hommes déclarent une intention d'outrepasser le non-consentement d'une femme, ce sont les croyances et attitudes sur le viol, ce que le chercheur appelle des distorsions cognitives et nous la culture du viol. Car si on peut faire un reproche à cette enquête, c'est qu'elle ne tient pas compte du contexte social permissif des agressions sexuelles et réduit ce phénomène au niveau individuel. Nous apprenons aussi que l'alcool ne change pas fondamentalement les éventuelles intentions coercitives d'un homme, mais a un impact sur les stratégies préférées : plutôt non-violentes, mais tout aussi coercitives, à l'état sobre et violentes sous l'influence de l'alcool. On apprend également que les hommes ont en général du mal à reconnaître le non-consentement chez des femmes s'il n'est pas exprimé avec beaucoup de véhémence.

Pour une pratique préventive, l'étude donne des pistes importantes sur les attitudes à mettre en question et les compétences sociales à développer chez les garçons et les hommes afin qu'ils ne deviennent pas agresseurs sexuels, avec ou sans l'aide d'alcool.






ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...


Découvrez l'origine du monde

Après un premier album BD de Liv Strömquist édité en français début 2016, Les sentiments du prince Charles, en voici un deuxième à lire absolument : L'origine du monde. Encore une fois sur un ton décalé, enjoué et résolument féministe, elle nous livre ici ses recherches documentées et ses réflexions sur les tabous, mythes et représentations culturelles passées et actuelles autour des organes sexuels des femmes - et de tout ce qui y a trait. Ce faisant, elle ne manque pas d’égratigner joyeusement l'obsession de la binarité sexuelle présente dans notre culture et d'en nommer quelques maîtres artisans. Un pur délice de page en page, vous aurez la banane... Assurément, c'est une BD à offrir ou à demander pour les fêtes.





LA REBELLE DU MOIS


Résistante en cheffe !

Ce novembre, notre femme rebelle aurait eu 100 ans. A cette occasion, apprenez plus sur Andrée de Jongh, cheffe d'un réseau de résistant/e/s qui tendait ses bras de la Belgique via la France jusqu'en Espagne et Angleterre. A quand une rue Andrée de Jongh à Schaerbeek ?.





AGENDA


Activités de Garance

Tarifs et modalités d'inscription

Dates Intitulé Lieu
26 et 27 novembre 2016 Autodéfense pour femmes Collectif des femmes, 1348
3 décembre 2016 Défense verbale pour femmes Maison des Femmes, 1030
10 et 11 décembre 2016 Autodéfense pour femmes Carthago, 1070
12 décembre 2016 Entraînement Bruxelles : Etranglements Maison des Femmes, 1030
13 décembre 2016 Entraînement Tournai : Etranglements Entraînement Tournai
9 janvier 2017 Entraînement Bruxelles : Plusieurs agresseurs Maison des Femmes, 1030
10 janvier 2017 Entraînement Tournai : Plusieurs agresseurs Entraînement Tournai


Activités hors Garance, avec notre présence



Dates Intitulé Lieu
26 novembre 2016 Féministe toi-même Point Culture Bruxelles, 1000



 

 

Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be