Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°55 - Décembre 2015

     

A LA UNE


Etat d'urgence

Etat d'urgence, niveau d'alerte maximum, militaires dans les rues, écoles fermées, métro à l'arrêt, activités annulées ou reportées... On n'aura sans doute jamais autant parlé de sécurité qu'en cette fin d'année 2015, à la suite des attentats de Paris. Pour nous qui travaillons sur la sécurité et le sentiment d'insécurité, c'est évidemment un sujet qui nous interpelle.

Il est normal que des autorités publiques prennent des mesures pour protéger la population. Mais on ne peut se défaire d'un sentiment de malaise : les restrictions aux activités publiques et l'élargissement des pouvoirs de la police ont surtout servi, en Belgique comme en France, à interdire des manifestations, à perquisitionner chez des militant/e/s de gauche et écologistes et à limiter la liberté d'expression. Nous tentons une analyse de la situation actuelle.

Un point essentiel à nos yeux : parmi toutes les « urgences » du moment, il en est une qui doit être mieux prise en compte, c'est l'augmentation des violences envers les musulman/e/s, et en particulier les agressions contre les femmes qui portent le foulard, et qui sont les victimes principales des actes islamophobes.





GARANCE EN BREVES


Relance du projet Femmes migrantes actrices de leur sécurité

Une bonne nouvelle nous est arrivée en novembre : Garance a reçu une subvention en Promotion de la Citoyenneté et de l'Interculturalité (PCI ) pour poursuivre ses activités en prévention des violences auprès des femmes migrantes. Nos formatrices et éducatrices paires proposeront gratuitement des formations et ateliers d'autodéfense, ainsi que des groupes de réflexion sur la sécurité, et cela à Bruxelles et en Wallonie. En plus, les professionnel/le/s travaillant dans l'accueil pour réfugié/e/s pourront se former aux outils de prévention des violences pour répondre aux besoins spécifiques des femmes hébergées. Intéressé/e ? Contactez le secrétariat de Garance.


Genre et espace public à l'ULB

Vendredi 11 décembre dernier, l'ULB organisait une journée d'étude sur l'espace public et le genre. Une journée riche en échanges et en informations avec des intervenantes belges, française et suisse. Garance a participé à la table ronde pour présenter les conclusions de son projet : « Espace public, genre et sentiment d'insécurité » réalisé en 2012.


Un engouement pour Enfants CAPables

La Fédération Wallonie-Bruxelles a envoyé à toutes ses écoles primaires une circulaire décrivant et recommandant notre nouveau projet Enfants CAPables. Les demandes d'interventions ne se sont pas fait attendre. Ainsi quelques jours, une vingtaine de directrices/teurs d'école, d'institutrices et de directrices de centre PMS très intéressé/e/s par le programme nous ont contactées. N'ayant pas encore reçu le subside pour pouvoir mener à bien le projet en Wallonie, nous avons une liste d'attente pour toutes les provinces sauf pour le Brabant Wallon, où aucune école ne s'est inscrite pour l'instant. À bon/ne entendeur/euse...


Garance dans les médias

Ces dernières semaines, Garance a de nouveau été sollicitée par plusieurs médias. Le 4 novembre, la Prémière a diffusé une émission Questions clés sur le thème « C'est quoi être féministe aujourd'hui ? », contenant une interview avec Garance. Le journal parlé de Bel RTL du 25 novembre a diffusé un reportage sur le harcèlement de rue avec, entre autres, un entretien avec Garance. Et notre directrice a été interviewée par l'agence de presse autrichienne sur Molenbeek, ce qui a donné un article dans le journal Tiroler Tageszeitung.






C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Deux bourreaux : le mari et la justice

En 2012, au lendemain du suicide de son fils, Jacqueline Sauvage, 66 ans aujourd'hui, a tué son mari de trois coups de fusil dans le dos, mettant ainsi fin à 47 ans de violences psychologiques, physiques sur elle et ses enfants, et de viols sur elle et ses filles. Le 4 décembre dernier, la cour d'assises du Loir-et-Cher (France) a confirmé en appel sa condamnation à dix ans de réclusion. L'association Osez le féminisme a qualifié cette condamnation de « déni de justice » demandant la présomption de légitime défense pour les femmes victimes de violences, comme au Canada, et la prise en compte de l'état post traumatique des femmes victimes de violences conjugales. Une pétition a été lancée pour demander au président Hollande d'accorder à Jacqueline Sauvage la grâce présidentielle. Au moment de la rédaction de cette brève, la pétition compte plus de 116.000 signataires.

Cette mobilisation a déjà un résultat positif : trente parlementaires viennent à leur tour de signer une pétition adressée à François Hollande pour demander la grâce présidentielle. Même si la grâce présidentielle est accordée pour Madame Sauvage, ce n'est évidement pas suffisant. Valerie Boyer, députée, initiatrice de la pétition parlementaire, va également déposer une proposition de loi, calquée, comme le demande « Osez le Féminisme », sur la loi canadienne.


smiley

Nouvelle loi algérienne contre les violences

L'Algérie devient le deuxième pays du Maghreb après la Tunisie de se doter d'une loi contre les violences faites aux femmes. Pour cela, la définition des violences dans le code pénal a été élargi à des formes d'agression qui ne laissent pas des blessures visibles. La violence conjugale, y inclus la violence économique, et le harcèlement sexuel sont reconnus comme violences et les auteurs risquent désormais des peines de prison conséquentes. Seul bémol : la loi prévoit aussi un arrêt des poursuites si la victime pardonne son agresseur. L'adoption de cette loi est le résultat d'une large mobilisation, car le Sénat algérien l'avait bloquée depuis mars, considérant que l'état n'avait pas à se mêler de l'espace privé et que la loi était en contradiction aux valeurs musulmanes.


smiley

Je campagne, tu campagnes, il/elle campagne...

Novembre est le mois des campagnes contre les violences faites aux femmes. Comme le 25 novembre est la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, les associations et les pouvoirs publics s'empressent de communiquer sur ce sujet. Tout le monde veut se montrer actif, et quoi de mieux (et de plus facile) que de faire une campagne de sensibilisation ? Garance s'est penchée sur trois d'entre elles.


smiley

Quand une ville porte le deuil

L'ayuntamento de Madrid a déclaré ce 25 novembre que, dorénavant, Madrid portera le deuil pendant trois jours pour chaque femme tuée par la violence machiste dans la ville. La ville prendra position à chaque décès sur son site web et les réseaux sociaux et respectera une minute de silence. Ce geste symbolique, proposé par la bourgmestre madrilène Manuela Carmena, montre qu'en Espagne, la lutte contre les violences faites aux femmes est une priorité pour les pouvoirs publics.


smiley

La Gambie interdit les mutilations génitales féminines

La Gambie, classée par l'UNICEF parmi les dix pays ou les mutilations génitales féminines (MGF) sont les plus pratiquées, a annoncé, le 24 novembre dernier, via un ordre présidentiel, l'interdiction « à effet immédiat » des excisions. C'est le Président de la Gambie, Yahya Jammeh, parlant lors d'un rassemblement politique dans son village natal qui a présenté ce décret. Certains observateurs/trices ont quand même invité à la prudence avant de déclarer le combat gagné puisque l'interdiction n'apparaît encore dans aucune loi. Mais nous avons quand même envie de nous réjouir de voir cette violente pratique reculer.


smiley

Conférence mondiale des maisons d'accueil

Du 3 au 6 novembre a eu lieu la Troisième conférence mondiale des refuges pour femmes battues à La Haye a réuni mille participant/e/s de 115 pays. Le thème des débats et rencontres : de quoi avons-nous besoin pour mettre un terme aux violences faites aux femmes ? L'autodéfense féministe a aussi été visible à la conférence : Un film sur une de nos collègues en Jordanie a reçu des standing ovations. Les déléguées ont développé des revendications qui incluent, entre autres, l'attribution des budgets militaires au développement socio-économique et à la création de services pour les femmes et leurs enfants victimes de violence, ainsi que l'adoption d'une convention internationale à force obligatoire pour lutter contre les violences faites aux femmes. Pour rester informé/e de la prochaine rencontre (en 2018?), abonnez-vous à la newsletter du Réseau mondial des refuges.





LA SCIENCE DIT...

Insultes sexistes dans l'espace public

L'Observatoire national violences faites aux femmes en France présente dans sa newsletter des nouvelles données. Entre des statistiques policières, judiciaires et autres se cache un petit bijou : une analyse des insultes auxquelles les femmes font face dans l'espace public. Car dans l'enquête nationale Cadre de vie et sécurité, les femmes ont été invitées à'indiquer comment exactement on les a insultées. Une analyse textuelle montre que les insultes à caractère sexuel, visant la réputation sexuelle des femmes, forment le groupe le plus important. En effet, les deux gros mots les plus fréquents, « salope » et « pute », représentent 37% de toutes les insultes faites aux femmes. Très intéressant aussi les autres conclusions : que les femmes racisées font face à des insultes racistes et sexistes à la fois (et pas que l'un ou l'autre), que les hommes n'utilisent pas les mêmes insultes que les femmes, ou encore que les victimes n'identifient souvent pas le caractère sexiste des insultes qui les visent. C'est bref, c'est informatif, c'est utile.





ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Suffragettes

(film de Sarah Gavron, sorti en automne 2015)

Un film tout public, romanesque et un peu lisse mais qui montre que loin des idées reçues les ridiculisant, les suffragettes étaient des combattantes, et que c'était un mouvement qui dépassait les clubs de femmes bourgeoises. Il y a eu des manifs, des répressions, de la prison, des bombes, des grèves de la faim, des mortes. Et de l'autodéfense. Il fallait du courage pour s'opposer aux policiers, aux politiciens, aux patrons, mais aussi à leur entourage et surtout à leurs maris. On oublie trop facilement l'apport immense de ce mouvement de femmes sans lesquels notre société « égalitaire » et « moderne » n'existerait tout simplement pas. Le film a des défauts et pour certains très dérangeants (l'absence de personnes racisées, par exemple) mais il a le merveilleux mérite d'exister et de montrer aux personnes qui n'en ont peut-être pas conscience, le chemin parcouru et tout ce que nous devons aujourd'hui à ces femmes courageuses. A voir.

Bande annonce




LA REBELLE DU MOIS

Un combat infatigable pour les femmes

Comme nous parlons dans cette newsletter d'un film sur le mouvement de suffrage féminin, il n'est qu'à juste raison que notre femme rebelle du mois est la plus célèbre et la plus influente des suffragettes néo-zélandaises. Ses efforts en faveur du suffrage féminin aboutirent à ce que la Nouvelles-Zélande devienne, en 1893, le premier pays au monde à accorder le droit de vote aux femmes. Découvrez la vie impressionnante de Kate Sheppard.





AGENDA 


Activités de Garance

Dates Intitulé Lieu
11/01/16 Entraînement Bruxelles : techniques au sol 1 Maison des Femmes, 1030
WE 30 + 31/01/2016 Autodéfense pour femmes Maison des Femmes, 1030
WE 6 + 7/02/16 Autodéfense pour filles de 11 à 13 ans Espace Catastrophe, 1060
6/02/165 Entraînement à Tournai : Défense verbale contre le harcèlement de rue Centre Aurore Carlier, 7500 Tournai
08/02/16 Entraînement Bruxelles : techniques au sol 2 Maison des Femmes, 1030

Tarifs et modalités d'inscription



Activités hors Garance, avec notre présence


12/01/16 à 20h30 Conférence de Irene Zeilinger - Le harcèlement sexiste dans l'espace public UIT Nancy
19/01/16 Journée d'étude sur la gestation pour autrui Université des femmes, 1210

5/02/16 à 14h


Table ronde sur l'anti-féminisme


Université des femmes, 1210



 

 


Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be