Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°54 - Novembre 2015

     

A LA UNE

La-LGBTIQophobie, c'est fini !

Malgré une législation belge relativement progressiste, les personnes LGBTIQ (lesbiennes, gays, bisexuel/le/s, transgenres, intersexes, queers) se voient confrontées à de nombreuses préjugés, discriminations et violences. C’est pour cette raison que Garance travaille déjà depuis plusieurs années, de manière ponctuelle, avec les personnes LGBTIQ pour développer leurs capacités de faire face à ces violences.

Le moment est venu de passer à la vitesse supérieure, avec un projet que nous mènerons ces prochains mois. Avec un soutien financier de la Fondation Ihsane Jarfi, la COCOF et la Ville de Bruxelles, Garance se penchera sur la publication d’un guide de sécurité pour les personnes LGBTIQ. Pour marquer la publication du guide et traduire son contenu en action, nous organiserons une journée d’action contre la LGBTIQ-phobie. Plus d'informations sur notre site et dans nos prochaines newsletters.




GARANCE EN BREVES

Garance marche à Namur

Nos lectrices et lecteurs fidèles le savent déjà : Garance organise une bonne vingtaine de marches exploratoiresdans les quartiers Bomel, Casernes, Université et Gare de Namur pour aider la Ville de Namur à adapter aux besoins des femmes, de grands projets d'aménagement de l'espace public. Les dates sont fixées et vous pouvez dorénavant vous inscrire. Si vous connaissez bien ces quartiers et si vous voulez contribuer à une ville plus accueillante, accessible et rassurante pour toutes et pour tous, inscrivez-vous auprès de Laura.

Garance analyse le piétonnier au centre-ville de Bruxelles

Le nouveau piétonnier au centre-ville de Bruxelles a fait couler beaucoup d'encre : il serait insécurisant pour les femmes, surtout la nuit. Suite aux remarques mal-venues du bourgmestre Yvan Mayeur qui pensait qu'une analyse de genre des projets de réaménagement était inutile, des nombreuses associations de femmes lui ont envoyé leur évaluation du piétonnier. Garance n'a pas manqué d'utiliser son expertise pour apporter des recommandations afin que l'éventuel sentiment d'insécurité diminue pour les femmes et que ce piétonnier soit accessible pour tous/tes de manière égalitaire. Nous attendons aujourd'hui de savoir si nous réaliserons des marches exploratoires afin de peaufiner l'analyse.

Devenir membre de Garance

Vous voudriez soutenir de plus près l'action de Garance pour prévenir les violences basées sur le genre ? Alors vous avez l'occasion de vous faire membre effectif/ve ou adhérent/e lors de notre prochaine Assemblée générale qui se déroulera le 16 décembre. Si vous voulez en savoir plus, quelques unes de nos membres aguerries organisent une soirée d'information pour les intéressé/e/s le 1er décembre chez une d'entre elles. Plus d'informations au secrétariat de Garance.



C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

Touche pas à mon...

Nous vous avons déjà informé sur les nouvelles initiatives de lutte contre les maltraitances gynécologiques. Comme nous l'espérions, les choses ont commencé à bouger vers des mesures concrètes pour mettre fin à ces violences. En France, une enquête effectuée en interne en CHU (centres hospitaliers universitaires) à été remise à la ministre de la santé Marisol Touraine. L'enquête fournit des données alarmantes sur les touchers vaginaux et rectaux non consentis effectués à des fins « pédagogiques » sur des patientes sous anesthésie générale. Dans un communiqué, la ministre française a réagi très fermement par rapport aux constats de l'enquête, déclarant ces touchers non consentis inacceptables, illégaux et passibles de poursuites, et pris certaines dispositions qui ont pour but de mettre fin à ces pratiques. Lever un tabou peut faire avancer les choses, c'est encourageant ! A suivre...


smiley

WAVE – le pouvoir collectif de stopper les violences

Sous ce titre a eu lieu la 17ième conférence annuelle du réseau européen contre les violences faites aux femmes, WAVE, à La Haye. Cette édition-ci était plus courte et concentrée sur le développement organisationnel de la toute nouvelle association formelle WAVE, car juste après a eu lieu la conférence mondiale de refuges pour femmes où les membres de WAVE ont pu approfondir les questions pratique de la lutte contre les violences. De nombreuses interventions ont examiné quelles orientations le travail de WAVE devait prendre ses prochaines années. Garance a évidemment défendu la nécessité de mettre la prévention primaire des violences au centre de notre travail. La nouvelle rapporteuse spéciale de l'ONU sur les violences faites aux femmes, Dubravka Šimonović, a souligné l'importance d'utiliser les synergies entre différents instruments internationaux pour les droits des femmes. Par exemple, la politique de pays comme la Belgique qui n'ont pas encore ratifié la Convention d'Istanbul peut être évaluée sous le signe de CEDAW, tout en faisant appel aux normes fixées dans la Convention d'Istanbul. Une fois de plus, la conférence WAVE a été l'occasion de revoir des collègues et amies de partout en Europe et de rentrer chez soi la tête pleine les idées. Nous attendons avec impatience la conférence 2016 qui aura lieu à Berlin.


smiley

Basta aux violences faites aux femmes

Le 7 novembre, Madrid a vu une manifestation nationale contre les violences faites aux femmes avec des dizaines de milliers, voire un demi-million de participant/e/s selon diverses sources. Les associations féministes à l'origine de cette mobilisation en avaient marre que les droits des femmes passent toujours en second plan quand la crise économique frappe. Le manifeste des organisatrices appelle le gouvernement, entre autres, à faire des droits des femmes une priorité et d'appliquer plus rigoureusement la loi « violencia de genero » et de l'étendre à toutes les formes de violence auxquelles les femmes sont confrontées.


smiley

France : taxe-tampon supprimée

L'Assemblée nationale française avait rejeté en octobre 2015 le principe d'un taux de TVA réduit à 5,5% aux produits de protection hygiénique féminine. L'amendement contre ce qui est considéré comme une "taxe tampon", reposait sur le principe que ces produits sont "de première nécessité", après une pétition en ce sens de plus de 25 000 signatures lancé par un collectif féministe. Il y avait eu de très nombreuses réactions à ce rejet. Mais bonne nouvelle, ce samedi 21 novembre, le Sénat français, contre l'avis du gouvernement, a voté la réduction à 5,5% à l'occasion de l'examen du projet de budget 2016. Finalement, les produits hygiéniques deviendront plus abordables et ne sont plus considérés comme des produits de luxe.


smiley

Convention d'Istanbul : les ratifications sont arrivées

L'Irlande a été le 39ème état à signer la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, également appelée Convention d'Istanbul, ce 5 novembre dernier. La ratification devrait suivre rapidement. Ce 18 novembre, ce sont les Pays-Bas qui ratifiaient la convention qui, on le rappelle, oblige les états ratifiants à mettre en place un programme ambitieux de lutte contre les violences faites aux femmes. À ce jour, 18 états l'ont ratifiée. La Belgique n'en fait toujours pas partie. En effet, la Belgique a signé cette convention en septembre 2012 mais depuis lors, nous attendons toujours la ratification qui tarde à venir. Selon nos politicien/ne/s, ça serait compliqué à cause des différents niveaux de pouvoir, mais les régions et communautés l'ont déjà ratifiée, et la balle est dans le camp du gouvernement fédéral. Alors à quand cette ratification ? Selon nous, cela devient urgent.


smiley

La lutte contre les violences postposée pour cause de terrorisme

Depuis le 21 novembre, Bruxelles est en état d'alerte maximale, la vie quotidienne est sérieusement affectée par les mesures de sécurité et la population se pose des questions quant à la politique d'informations incohérente des autorités. De nombreuses activités autour du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ont du être annulées (y compris notre fête d'anniversaire) ou ont eu lieu dans une version minimaliste, avec moins de public que prévu. De plus, le gouvernement fédéral a postposé la présentation du nouveau plan national d'action sur les violences entre partenaires et les violences sexuelles. Non seulement la situation actuelle est difficile à vivre pour beaucoup d'entre nous, mais en plus, les efforts de la société civile de construire une société moins violente, plus paisible ont reçu un coup sérieux. Espérons que les attaques terroristes ne soient pas un argument supplémentaire pour éloigner encore les droits des femmes des préoccupations des pouvoirs publics.




LA SCIENCE DIT...

Rapport de L'Observatoire bruxellois de la sécurité et la prévention

L'Observatoire bruxellois de la sécurité et la prévention vient de publier son premier rapport sur la situation de la sécurité à Bruxelles. Garance s'est penché sur ces 300 pages pour en apprendre plus sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Malheureusement, nous devons conclure que la sécurité des femmes ne semble pas faire partie de la définition de la sécurité véhiculée dans ce rapport. La Région, les communes et les zones de police concentrent leurs efforts sur des questions de sécurité dans l'espace public – négligeant ainsi les violences intrafamiliales qui touchent de manière disproportionnée les femmes – et n'opèrent que rarement une analyse de genre dans leurs constats. Dans notre analyse de ce rapport, vous pouvez lire plus sur les conséquences inquiétantes de cette approche biaisée.




LA REBELLE DU MOIS

La loi au service des esclaves

Notre rebelle de novembre, Mum Bett Freeman, est la première femme esclave à intenter un procès pour sa liberté et à le gagner. Le procès Brom et Bett contre Ashley, tenu en 1781, juste après la guerre d’indépendance des Etats-Unis était sans précédent au Massachusetts et a encouragé cet état à abolir l’esclavage. Elle est la première femme afro-américaine à avoir gagné, par des moyens légaux, son droit à la liberté.





AGENDA 


Activités de Garance

Dates Intitulé Lieu
5 et 6/12/15 Défense verbale pour femmes, (COMPLET) Maison des Femmes, 1030
05/12/15 Entrainement – défense verbale Tournai
08/12/15 Marche exploratoire Quartier de la gare, Namur
10/12/15 Marche exploratoire Quartier Casernes, Namur
12 et 13/12/15 Autodéfense pour femmes Maison des Femmes, 1030
14/12/15 Entraînement Bruxelles : défense verbale Maison des femmes, 1030
14/12/15 Marches exploratoires Quartier Bomel, Namur

Tarifs et modalités d'inscription



Avec la participation de Garance


Dates Intitulé Lieu
10/12/15 5ième anniversaire de la Maison des femmes de Schaerbeek Maison communale de Schaerbeek

11/12/15

Journée d'étude « Genre et insécurité dans l'espace public », ULB

ULB

 

 


Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be