Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°53 - Octobre 2015

     

A LA UNE

Qui veut souffler des bougies avec Garance ? Eh oui, Garance a 15 ans !

Venez célébrer cet anniversaire avec nous le dimanche 29 novembre 2015. Au programme de la journée : conférence, projection de films, ateliers mixtes et non-mixtes, exposition, rencontres, créativité féministe, concert... et bien sûr, boustifaille !

Soyez les bienvenu/e/s, avec vos ami/e/s et vos familles pour profiter de ce programme joyeux et alléchant. Adresse de la fête : Maison des femmes de Schaerbeek, 253 rue Josaphat à 1030 Schaerbeek. Attention : l'entrée est libre - youpie ! - mais l'inscription est nécessaire auprès du secrétariat de Garance.

Nous aurons aussi besoin d'une chouette équipe de bénévoles pour nous aider à ce que cette journée soit belle. Si vous avez envie de participer, n'hésitez pas à contacter le secrétariat de Garance.





GARANCE EN BREVES

Bienvenue Amal

Si vous envoyez un mail à l'adresse info@garance.be, c'est dorénavant elle qui vous répondra. C'est aussi le plus souvent sa voix que vous entendrez si vous nous appelez. Amal tient la permanence secrétariat de Garance. Elle fera son possible pour répondre à vos questions ou vous renvoyer vers la bonne personne. Amal est aussi chargée, entre autres, de la maintenance de notre base de données et de la gestion des inscriptions à nos formations. Courage à elle et bienvenue!

Stages complets et prix plus bas

Depuis janvier, nous appliquons un système de tarifs dégressifs selon le moment où on paye son inscription. Ceci a été mis en place principalement pour deux raisons : assurez la viabilité de nos activités bien sûr, mais surtout permettre à celles qui seraient en difficultés financières un accès plus aisé - à condition qu'elles s'y prennent à l'avance. C'était un souci de notre part depuis longtemps et nous sommes très contentes de constater que cela a l'air de fonctionner. Plusieurs de nos formations sont complètes parfois plusieurs mois à l'avance. Nous ne pouvons évidement pas être certaines que celles qui s'inscrivent les premières sont celles pour qui ces « ristournes » sont nécessaires, mais en tout cas, la possibilité existe et ça nous réjouit !

Garance dans les médias

Deux articles ont fait référence au travail de Garance au mois de septembre. L'un dans le magazine Femmes d'aujourd'hui :Promenons nous dans les rues... même la nuit !Cet article aborde le sentiment subjectif d'insécurité et les recommandations que nous avions rédigées, il y a trois ans, dans le cadre de notre projet Espace public, genre et sentiment d'insécurité. L'autre article est paru dans le magazine Marie-Claire France du mois de septembre, et parle aussi du harcèlement de rue. Nous sommes contentes de constater que Garance est une référence pour ce genre d'article.

Devenez membre de l'Assemblée Générale de Garance

Garance lance un appel auprès de ses participantes et anciennes participantes, ami-e-s, sympatisant-e-s fans et groupies de tous accabis : nous cherchons des motivé-e-s pour devenir membres de notre Assemblée Générale. Nous avons besoin de vous ! Etre membre signifie que vous participerez aux débats qui traversent la vie trépidante de notre chère association. Si vous êtes intéressé-e et souhaitez plus d'information, signalez-le à notre secrétariat, nous vous proposons une rencontre d'information avec des membres de notre équipe le 1er décembre de 19h à 20h30. On vous souhaite déjà bienvenue !




C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS


smiley

L'Homme qui répare les femmes

Le film L'Homme qui répare les femmes de Thierry Michel et Colette Braeckman, consacré au chirurgien congolais Denis Mukwege qui vient en aide aux femmes violées dans l'est de la République démocratique du Congo, avait été interdit de diffusion par le gouvernement congolais en septembre dernier. Le gouvernement a décidé le 19 octobre de lever l'interdiction du film, indique le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende.


smiley

Répondons !

Le groupe Facebook Répondons ! permet de poster des témoignages d'agressions verbales et/ou physiques et surtout la réponse apportée (ou pas d'ailleurs). Les personnes confrontées aux agressions de ce type se sentiront moins seules dans ces expériences potentiellement traumatisantes et tout le monde pourra s'outiller pour mieux y faire face. Un échange de petites techniques, d'idées, de clés pour éviter que ça ne se reproduise ou en tout cas pour se sentir un peu moins mal après. C'est aussi, surtout, un chouette moyen de dénoncer les violences et discriminations vécues au quotidien, et les histoires de succès, ça met de très bonne humeur !


smiley

Campagne contre les mariages d'enfants

L'ONG Plan mène des programmes de lutte pour faire respecter les droits des enfants dans le monde. Le 11 octobre, Journée internationale de la fille, Plan a lancé une campagne intitulée Stop aux mariages d'enfants. L’objectif de cette action de lancement est d'une part de susciter la réaction du public face à un phénomène quotidien en Afrique et en Asie, et d'autre part de faire agir le gouvernement belge auprès des autorités des pays où ces mariages sont pratiqués. Dans le monde, 27 filles mineures sont mariées de force chaque minute, soit une toutes les deux secondes. C’est une réalité violente pour des millions de filles qui perdent ainsi tout espoir de scolarité et d’autonomie économique et sociale, qui sont exposées à un risque élevé de vivre des violences conjugales et sexuelles, et qui risquent leur vie lors de grossesses et d’accouchements précoces.


smiley

Déclaration de l’ONU contre les violences faites aux LGBTI

Malgré des avancées ces dernières années, des millions de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes ou perçues comme telles, et leurs familles, continuent à faire face à des violations généralisées des droits humains. C'est pourquoi une récente déclaration de plusieurs hauts fonctionnaires de l'ONU est bienvenue. Elle met en évidence le lien entre les violations des droits des personnes LGBTI et les problèmes de santé, l'éclatement familial et l'exclusion sociale et économique des victimes. Des mesures spécifiques pour lutter contre la violence et protéger les individus contre la discrimination, y compris le renforcement des procédures d'enquête dans les cas de crimes homophobes, l'interdiction de la discrimination et l'abrogation des lois utilisées pour cibler les personnes sur la base de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre sont proposés aux états.


smileysmiley

La maltraitance gynécologique, fin d'un tabou ?

En mars 2014, Agnès Ledig, sage femme et écrivain, écrit un article dénonçant le « point du mari » qui consiste, après un accouchement, lors de la suture d'une déchirure ou d'une épisiotomie, à recoudre le vagin « plus serré » dans le but d'une sensation sexuelle plus intense pour le partenaire. L'article est repris sur les réseaux sociaux et les réactions ne se font pas attendre dans la presse principalement féminine. On commence à parler aussi des touchers vaginaux exercés sur des patientes inconscientes. France-culture embraye avec un documentaire sur les maltraitances gynécologues qui reçoit une audience exceptionnelle. Tout ceci donne lieu à une déferlante de témoignages, des débats, réfutations, explications, justifications de la part des médecins et des accoucheurs. Espérons que ce lever de tabou mène à des mesures concrètes pour lutter contre ces violences sexistes.


smiley

Un compagnon pas si utile que ça...

La nouvelle circule sur les réseaux sociaux : télécharger sur votre smartphone l'appli Companion serait enfin la solution contre le viol. Vous choisissez parmi votre répertoire un « compagnon » (qui peut être un homme ou une femme) qui sera immédiatement averti/e si vous avez un comportement inhabituel (que vous changiez d'itinéraire, que vos écouteurs soient déconnectés ou que votre téléphone tombe par terre). Il est même possible d'appeler directement la police via un bouton de l'appli. Hum... comment dire... non quoi !

Bien que cette appli permet peut-être de diminuer le sentiment d'insécurité de certaines, elle soulève pas mal d'objections, en quoi elle rejoint une longue liste de gadgets anti-viol partant d'une bonne intention et arrivant à des conclusions pour le moins troublantes. Premièrement, Companion est basé sur, et renforce, deux idées fausses, que les agressions sexuelles auraient lieu le plus souvent dans l'espace public par un inconnu, et que les femmes seraient incapables de prendre leur sécurité en main. En réalité, la majorité des agressions sexuelles est commise dans l'espace privé, par des hommes connus par la victime, et les femmes ont autant de compétences de prévention et de protection que n'importe quel compagnon... pourvu qu'elles aient accès à des informations correctes et utiles. Deuxièmement, le fonctionnement de l'appli présuppose que les femmes devraient avoir des comportements déterminés dits « normaux » et qu'elles ne peuvent en sortir qu'en cas de danger. Ô combien c'est enfermant tout ça, dites !


smiley

Dérapages sexistes à la manif syndicale

La manifestation syndicale et associative du 7 octobre contre les politiques d'austérité du gouvernement a été indiscutablement un succès, avec ses 80 à 100 000 personnes dans les rues de Bruxelles. Mais cela ne doit pas faire oublier les dérapages, en particulier contre le bloc de femmes qui s'était constitué pour visibiliser la présence et les revendications féministes (que Garance a co-signées par ailleurs). Jets de pétards, arrachage de pancartes, mains baladeuses... autant de comportements inacceptables de la part de certains « camarades ». Il faudra bien qu'un jour les syndicats se décident à réagir contre ces attitudes qui se répètent, manif après manif, mais aussi que les femmes s'organisent pour riposter ensemble. Du boulot pour Garance...




LA SCIENCE DIT...

Les jeunes face à la violence conjugale

Comment les enfants et adolescent/e/s interprètent-ils/elles la violence conjugale à laquelle ils/elles sont exposé/e/s ? Une recherche québecoise montre la distance entre les expériences vécues et la façon dont les jeunes les définissent. Interrogés hors de leur propre contexte, les participant/e/s à l'étude décrivent cette violence comme une exacerbation des situations conflictuelles entre les parents, attribuant ainsi aux deux parents une responsabilité partagée. Par contre, lorsqu'ils/elles évoquent des situations personnellement vécues, les comportements d’agression cités sont essentiellement ceux de leur père ou de leur beau-père à l’endroit de leur mère. La violence conjugale est alors clairement décrite comme un exercice de contrôle et de pouvoir des hommes sur les femmes, ainsi que sur les autres membres de la famille.

Comment expliquer un tel contraste dans les propos des participants ? « Il est fort possible, estiment les auteur/e/s, que ces résultats témoignent de la popularité de la perspective de la 'violence familiale' et de la perspective masculiniste, qui occupent une place importante dans les recherches, dans les discours et les actions politiques, dans les pratiques professionnelles, ainsi que dans la sphère médiatique. Dans ce cas, ils témoigneraient également de la marginalisation de la perspective féministe ». C'est pourtant bien l'analyse féministe qui correspond le mieux aux situations concrètes vécues par les enfants. Il paraît d'autant plus important de travailler sur les médias, pour que la représentation des violences conjugales reflète mieux les réalités.

Simon Lapierre, Isabelle Côté, David Buetti, Amélie Lambert, Geneviève Lessard, Marie Drolet : Conflits entre conjoints ou contrôle des hommes sur les femmes ? L’expérience et le point de vue d’enfants et d’adolescents exposés à la violence conjugale. Enfants, familles, générations n° 22




ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Enfin insécurisée !

Le titre semble provocateur : à une époque où la sécurité semble devenue l'une des obsessions de nos sociétés, comment se réjouir d'être « enfin insécurisée » ? Eve Ensler, auteure des célèbres Monologues du Vagin, ne vit pas du tout dans un cocon. Elle a parcouru la planète et ses endroits les plus dangereux, notamment pour les femmes : le Mexique, l'Afghanistan, le Kosovo et le Congo en guerre... Elle a rencontré des victimes de viols, des femmes en prison, d'autres qui ont tout perdu lors de conflits ou de catastrophes naturelles. Elle-même a vécu une enfance perturbée par un père violent – les pages qu'elle consacre à ces années sont parmi les plus fortes du livre. Et pourtant, loin d'être un but ou un idéal à ses yeux, le besoin de « sécurité » n'est qu'un piège qui nous enferme et nous sépare des autres, pour le plus grand bonheur des dominants de ce monde, qui nous vendent nos propres barrières. Enfin insécurisée ? La liberté et l'ouverture au monde sont à ce prix.

Eve Ensler, Enfin insécurisée. Vivre libre malgré le totalitarisme sécuritaire , Denoël, 2015

Des étincelles sur les ondes : une nébuleuse radiophonique féministe

Depuis plusieurs années des émissions de radio féministes francophones existent sur de nombreuses antennes associatives et militantes. Depuis 2009, certaines d'entre elles sont rassemblées au sein d'une plateforme aux teintes et tonalités multiples : les RadioRageuses. Il s'agit d'un espace non-mixte féministe de meufs, de gouines et de trans ; un outil de lutte aussi, contre le patriarcat, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, la misogynie et les normes de genre. Sur le site des RadioRageuses, vous découvrirez les collectifs et leurs émissions : des critiques littéraires, à des émissions musicales, à des débats de société... et de super jingles !




LA REBELLE DU MOIS

Féministe, lesbienne et empêcheuse de penser en rond

Notre femme rebelle du mois de novembre était féministe active il y a une centaine d'années, mais sa pensée, sa vie et ses écrits sonnent actuels. Assumant publiquement son lesbianisme, elle aurait tout à fait sa place dans le mouvement LGBTIQ d'aujourd'hui et, déjà à l'époque, elle pratique un féminisme intersectionnel. Evidemment, pour ce faire, elle a du se rebeller tout au long de sa vie. Même son enterrement ne s'est pas passé selon les règles. Découvrez l'histoire de Johanna Elberskirchen dans notre série mensuelle !





AGENDA 


Activités de Garance

Dates Intitulé Lieu
31/10 et 01/11/15 autodéfense pour filles (8-10 ans) Espace Catastrophe, 1060
02/11/15 autodéfense pour filles (12-14 ans) Wavre
03/11/15 autodéfense pour filles (15-18 ans) Wavre
07/11/15 autodéfense pour filles (12-14 ans) Louvain-la-Neuve
08/11/15 autodéfense pour filles (15-18 ans) Louvain-la-Neuve
09/11/15 Entraînement Bruxelles : plusieurs agresseurs Maison des femmes, 1030
WE 14+15/11/15 Autodéfense pour femmes Carthago, 1070
WE 21+22/11/15 Autodéfense pour femmes Centre Aurore Carlier, 7500
WE 21+22/11/15 Autodéfense pour femmes Louvain-La-Neuve
29/11/15 Fête d'anniversaire, les 15 ans de Garance Maison des Femmes, 1030
1/12/15 à 19h soirée de marrainage pour nouvelles membres Molenbeek

Tarifs et modalités d'inscription



Avec la participation de Garance


Dates Intitulé Lieu
07/11/15 à 18h30 Promenade guidée sur l'aménagement de l'espace public, dans le cadre de Mamzel@BXL Vrouw zijn in Brussel / Etre femme à Bruxelles, organisé par Zijkant Bruxelles

14/11/15

Ateliers "harcèlement de rue" dans le cadre de la journée Agitations organisée par les FPS.

Bruxelles

21/11/15

Ateliers dans le cadre de la journée Féministe toi-même ! organisée par PointCulture et le Librex.

Bruxelles

25/11/15 Ateliers gratuits de défense verbale dans le cadre d'une journée découverte. Infos et inscriptions : 081 24 63 90 Ville de Namur

 

 


Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir de programme de Garance, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be