Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n°50 - mai 2015

     
     

A LA UNE

11 nouvelles formatrices en autodéfense pour femmes!

En mai, la formation de nouvelles formatrices s'est terminée, après un an et demi d'un processus enrichissant, bouleversant et stimulant. Ce sont donc 11 nouvelles formatrices qui ont vu le jour. L'équipe de Garance s'agrandit, même si une partie d'entre elles travailleront pour d'autres associations et/ou dans d'autres pays, l'autodéfense féministe étend son réseau et un plus grand nombre de femmes pourront y avoir accès.

Les participantes qui se sont lancées dans l'aventure cette fois-ci sont belges, suissesses et françaises, leurs projets sont divers et les publics auxquels ils seront destinés aussi. Si certains de ces projets sont encore vagues, d'autres par contre sont déjà bien lancés. Garance fera partie du voyage de près ou de loin !

Cette expérience fut riche et très intense pour ses participantes mais aussi pour les deux formatrices expérimentées qui ont suivi et animé ce processus. Garance est fière de cet arrivage de nouveauté et se réjouit de tous les projets futurs. L' année prochaine, c'est une autre formation de formatrices qui débutera ! D'ici là, repos d'abord mais ensuite créations, réflexions, partenariats et autodéfense seront de la partie. Et en attendant, vous pouvez lire ce que les nouvelles formatrices ont appris ces derniers 15 mois.

 

 

GARANCE EN BREVES

Ça marche pour Garance à Namur

Une conférence de presse et une conférence grand public sur le thème « La ville, une affaire d'hommes ? » ont attiré beaucoup d'attention médiatique. Une interview à la télé locale, une autre à la radio et plusieurs articles de journal, dont dans La Libre et Le Soir. Et le 16 juin aura lieu notre toute première marche dans le quartier de la gare de Namur. Les inscriptions sont ouvertes au secrétariat de Garance, aussi pour être tenu/e au courant des marches ultérieures.

Culture du viol – ça suffit !

Garance a participé à une soirée sur la culture du viol le 28 avril dernier à LLN. C’est le Kap-Hot (un kot à projets autour des questions de sexualité) qui est à l’initiative de cette soirée bien réussie. Il y a eu presque 100 personnes dans la salle ce soir-là : un baptême du feu pour Delphine, qui s’en est sortie non sans émotion. Côté public, ce sont d’abord des femmes qui ont pris la parole, pour soutenir le point de vue féministe sur les violences faites aux femmes. Ce fut également l’occasion pour les partenaires de Garance à LLN, la Maison des Jeunes et le CEFA, d’annoncer les prochains stages en novembre pour femmes et pour les filles de 12 à 14 ans et de 15 à 18 ans. À vos agenda !

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Bienvenue à Rebel Lieus !

Hollaback Brussels + Gent devient « Rebel.Lieus, pour des espaces publics sûrs, égaux, accessibles pour tou.te.s ». L’occasion pour l'équipe qui portait Hollaback dans ces villes d’expérimenter une autre forme d’organisation « pour mieux comprendre et répondre aux problèmes et réalités qui nous entourent [ …] dans une approche qui refuse la criminalisation ». Chez Garance, on a hâte de se mettre en contact avec Rebel.lieus et d’imaginer ensemble des réponses au harcèlement de rue.

smiley

GREVIO – kesako ?

La Pologne et la Finlande ont ratifié la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul). Ils sont les 17ème et 18ème états parties. La convention prévoit la mise en place d'un groupe d'expertes, le GREVIO, qui doit surveiller comment les états mettent en pratique la Convention. Il devait être opérationnel en 2015, c'est chose faite : le 4 mai, le comité a tenu sa toute première réunion à Strasbourg. 10 membres ont été désignées, dont au moins deux sont féministes, ce qui est une très bonne nouvelle !

smiley

Violences conjugales : trop chères

Le coût personnel et sociétale des violences à l'égard des femmes est alarmant. En plus des coûts directs, assistance médicale, services juridiques et programme de soutien aux victimes, les coûts indirects affectent l'économie toute entière. Difficiles à évaluer, en raison du manque de données, ils sont cependant considérables selon le rapport Study on estimating the costs of gender-based Violence in the EU qui fournit une analyse de la littérature et des données et propose des recommandations.

smiley

Plus de priorité pour les violences conjugales !

Vu l'article précédent, c'est d'autant plus incompréhensible que la police envisage que les violences conjugales ne seront plus une priorité dans le plan national de sécurité. Cette nouvelle a provoqué une levée de boucliers générale, et le Ministre de l'Intérieur a du relativiser cette annonce. Mais comme rien n'est décidé encore, il faut rester vigilant. Garance c'est penchée sur cette question.


ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Rwanda, la vie d'après

Le génocide rwandais du printemps 1994 a causé la mort de 800 000 personnes, hommes et femmes, vieux/vieilles, adultes, enfants, en grande majorité des Tutsis, mais aussi des Hutus modéré/e/s. Il a cependant représenté pour les femmes une horreur supplémentaire, que résume de manière saisissante le titre du livre de Sandrine Ricci : Avant de tuer les femmes, vous devez les violer ! Vingt ans plus tard, André Versaille et Benoît Dervaux présentent, à travers le témoignage de six survivantes, les séquelles de ces viols massifs : traumatismes, sida, rejet par ce qui reste de la famille, mais aussi ces conséquences très concrètes que sont les « enfants de la haine », dont deux ont également accepté de parler. C'est un film dur, déchirant, avec tout de même quelques lueurs d'espoir sur une vie possible « après », avec un grand respect pour ces femmes, les accompagnant aussi loin qu'elles-mêmes veulent aller dans le récit de leur vécu. Le film est disponible en DVD et les auteurs ne demandent pas mieux que de le voir projeté le plus largement possible. Le livre de Sandrine Ricci complète parfaitement l'analyse de ces viols, en les replaçant dans un continuum de violences à l'encontre des femmes.

« Paroles de mères. Rwanda, la vie d'après », film de Benoit Dervaux et André Versaille. Infos : www.derives.be/rwanda-la-vie-apres

 « Avant de tuer les femmes, vous devez les violer ! Rwanda : rapports de sexe et génocide des Tutsi », de Sandrine Ricci, préface de Christine Delphy, éditions Syllepse

LA REBELLE DU MOIS

La pure dévoilée

Le bahaïsme est une religion monothéiste relativement jeune qui s’appuie sur les enseignements de l’islam, du judaïsme, du christianisme, du zoroastrisme et du bouddhisme. Malgré cette origine, les bahaïs incluent dans leurs valeurs fondamentaux l’égalité entre les femmes et les hommes. Pas de règles autour d’une quelconque impureté ou infériorité spirituelle des femmes, voilà qui fait du bien à découvrir, tout comme la vie d'une fondatrice de cette religion, Tahirih.


AGENDA

Activités de et avec Garance

6 et 7 juin, 10-17h, Schaerbeek : Autodéfense pour femmes

8 juin, 19h, Schaerbeek : Entraînement - L'union fait la force

9 juin, 19h30, Watermael : Conférence-débat "Harcèlement en entreprise - oui, ça existe, oui, on peut s’en protéger !"

16 juin, 17h, Marche exploratoire à Namur, inscriptions au secrétariat de Garance

20 et 21 juin, Schaerbeek : Défense verbale pour femmes - COMPLET

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be