Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n°49 - Avril 2015

     
     

A LA UNE

Garance en marche à Namur !

La Ville de Namur envisage des réaménagements importants dans quatre quartiers – et pour intégrer l'avis des femmes dans leurs plans, elle fait appel à Garance.

Il s'agit des abords de la gare de Namur, le quartier de l'université, le quartier du futur palais de justice et d'une partie de Bomel. Pendant une année, Garance organisera des marches exploratoires avec différents groupes de femmes dans ces quartiers et analysera leurs besoins et leurs souhaits. Certains groupes vont être ouverts au grand public, et nous vous tiendrons au courant dès que les dates et lieux seront fixées.

Pour démarrer ce projet dans la joie et la bonne humeur, le Pavillon de l'aménagement urbain organise une conférence le 19 mai sur le sujet « La Ville, une affaire d'hommes ? » (voir l'agenda). Le géographe français Yves Raibaud et notre Irene Zeilinger parleront des recherches entamées sur ce thème. Du 13 mai au 13 juin aura lieu une exposition, illustrée, entre autres, par la bande-dessinée « Projet crocodiles » de Thomas Mathieu.

 

 

GARANCE EN BREVES

Notre équipe s'étoffe

Nous nous réjouissons d'accueillir une nouvelle collègue, Delphine Moujahid. Delphine est formatrice d'autodéfense et développera des activités en Wallonie. Elle a déjà des projets sur le feu à Louvain-la-Neuve, et bientôt d'autres villes suivront. Vous verrez ses efforts dans notre prochain programme d'activités qui sera bien plus décentralisé qu'avant.

Culture du viol

Le 28 avril, Garance participe à un conférence-débat organisé par un kot à projet, le Kap-Hot, à Louvain-la-Neuve. Le thème est « Le viol, ça se cultive ? », discuté par Philippe Hensmans d'Amnesty international, Grégoire Thery de Zéro Macho (à confirmer) et Delphine Moujahid de Garance ASBL. Voir notre agenda!

La Pride a 20 ans...

... et ça se fête, avec un mois d'activités autour des droits LGBTIQ. Garance est de la partie, le 2 mai à un conférence-débat sur les mères porteuses, le 8 mai à une marche contre les violences LGBTophobes, le 9 mai à une séance d'info sur la LGBTophobie, le 12 mai avec des ateliers gratuits d'autodéfense pour personnes trans et pour lesbiennes... Plus d'infos sur www.pride.be et dans notre agenda !


C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

L'auto-défense numérique, oui, ça existe

L'association Grisélidis, une de nos partenaires dans notre projet Daphné de lutte contre les violences envers les femmes prostituées en 2010, vient de mettre en place des ateliers d'autodéfense numérique. Car les femmes y sont confrontées souvent – en moyenne 11% des femmes européennes ont déjà vécu du cyberharcèlement - et encore plus celles qui travaillent dans la prostitution. Des précieux conseils pour toutes les femmes qui se voient confrontées au cyberharcèlement ou qui veulent le prévenir se trouvent dans cet article.

smiley

Chine : une loi contre les violences conjugales

Le pays avec le plus de femmes au monde se donne finalement une loi contre la violence conjugale. Même si elle reste rudimentaire, c'est un pas révolutionnaire, car elle donne une première définition officielle à ce fléau. La proposition de loi prévoit d'obliger la police à intervenir en cas d'appel, les hôpitaux devront signaler des cas, et les tribunaux pourront décider un éloignement du partenaire violent du domicile. Malheureusement, la loi ne concerne que les violences physiques envers des femmes mariées. Beaucoup reste encore à faire, car il n'existe ni maisons d'accueil, ni lois pour protéger les femmes contre le viol marital, dans un pays ou 40% des femmes ont déjà vécu de la violence physique ou sexuelle de la part d'un partenaire.

smiley

Projet de loi pour abaisser la majorité sexuelle

Actuellement, le code pénal définit que toute relation sexuelle, même consentante, avec une personne de moins de 14 ans, est un viol, et avec une personne de moins de 16 ans un attentat à la pudeur. En dessus de ces âges, le législateur part de l'idée que les jeunes et moins jeunes sont capables de donner ou non leur consentement. Le gouvernement fédéral propose maintenant d'harmoniser ces deux âges de majorité sexuelle... vers le bas. Une série d'organisations, dont quelques féministes, a signé une lettre ouverte bien argumentée pour demander que la majorité sexuelle reste à 16 ans.

smiley

Steve Stevaert : hommages déplacés

L’histoire a secoué la Belgique : le suicide d’un homme politique connu, ex-ministre, bourgmestre et président de parti, et accusé de viol. Les tombereaux d’hommages à Steve Stevaert, sans le moindre bémol, sont pour le moins gênants. Garance y a consacré un billet, et se réjouit que Willem Elias, doyen en psychologie à la VUB, a entretemps du prendre sa démission (en tant que doyen, mais pas en tant que professeur) pour ses remarques pour le moins déplacées.
Suite à ces débats s'est créé le groupe flamand Wij spreken voor onszelf (« Nous parlons en notre propre nom ») qui collecte et publie les témoignages de victimes de violence sexuelle pour créer un contre-poids aux discours médiatiques culpabilisants.

smiley

Violences sexuelles et conflits armés – aussi en Colombie

Quand des ennemies jurés comme le gouvernement colombien et les rebelles des FARC font cause commune, c'est que c'est grave. La commission de réconciliation entre ces deux parties impliquées dans un conflit armé depuis plusieurs dizaines d'années a publié un rapport affligeant : entre 2003 et 2006, un soldat et un mercenaire US-américains, stationnés en Colombie pour soutenir l'armée colombienne contre les FARC, ont abusé sexuellement d'au moins 54 filles colombiennes, ont filmé ces viols et ont vendu les films comme pornos. Le pire : même si l'identité des violeurs est connue, les autorités colombiennes ne peuvent pas les poursuivre, car un accord bilatéral entre la Colombie et les Etats-unis leur donne l'immunité diplomatique. Et ni les militaires, ni les tribunaux, ni les médias US ne s'intéressent à ce dossier...

smiley

Campagnes de prévention – sans culpabilisation svp !

En Ecosse, une affiche de la police qui vise à prévenir les agressions sexuelles fait actuellement scandale. On y voit deux jeunes femmes se prendre en selfie lors d'une soirée, avec le message « Qui de tes copines est la plus vulnérable quand vous sortez ? Celle que tu abandonnes. » Un lever de boucliers chez les organisations féministes, qui critiquent le ton culpabilisant de la campagne et demandent que de la prévention soit plutôt faite auprès des violeurs potentiels, a écourté la campagne. Il y a quelques mois déjà, une campagne bien pire encore de la police hongroise avait déjà fait parler d'elle. Il semble que la police n'est pas la meilleure placée pour penser une prévention là où elle serait la plus efficace...


ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Les dragons, ça mord

Margot a 12 ans. Elle est orpheline, vit dans un foyer et est victime de harcèlement à l'école. Jusqu'au jour où elle se révèle être invulnérable et très forte. Illico, les services secrets l'encadrent pour en faire une arme. Sous le nom de Dragongirl, Margot sauvera des milliers de gens d'accidents, de catastrophes naturelles et de terroristes. On s'attendrait à une histoire réunissant tous les clichés des héro(ïne)s qui surmontent de manière individuelle tous les obstacles que le destin leur pose. Mais Martin Page, aussi connu comme Pit Agarmen, pose des questions profondes dans son plus récent roman, des questions qui peuvent intéresser aussi les commun/e/s des mortel/le/s. Comment se sauver soi-même quand on est toujours occupée à sauver les autres? Comment vivre la différence et la solitude d'être unique? Comment être soi-même quand les autres veulent nous façonner et nous instrumentaliser? Pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir la suite, juste un petit détail (attention, mini-spoiler): l'engagement féministe et l'autodéfense pour femmes y jouent un rôle...
Martin Page (Pit Agarmen): Je suis un dragon. Robert Laffont, Paris 2015.

 

LA REBELLE DU MOIS

Une souris blanche qui évite tous les pièges

Qu’est-ce qu’une Néo-Zélandaise a à voir avec la Résistance française ? Dans le cas de Nancy Wake, beaucoup. Elle conspira, organisa, combattit contre un ennemi qui, de prime abord, n’était pas le sien. Et grâce à elle, des centaines de vies ont été sauvées et les nazis ont eu la vie dure dans le Sud de la France. Découvrez cette femme peu commune dans notre série mensuelle Femmes rebelles.


AGENDA

Activités de et avec Garance

28 avril 2015, 20h: Conférence « Le viol, ça se cultive ? », Louvain-la-Neuve

2 mai 2015, 10h: Conférence "What's next? La gestation pour autrui", Bruxelles

8 mai 2015, 20h30: Marche contre la violence trans/lesbo/bi/homophobe, Bruxelles

9 mai 2015, 10h30-15h: Séances d'info sur la LGBTophobie, Bruxelles

11 mai 2015, 19h: Entraînement Bruxelles – Les techniques au sol 2, Schaerbeek

13 mai - 13 juin 2015: Exposition "La Ville, une affaire d'hommes?", Namur

14 mai 2015, 12h: Atelier gratuit d'autodéfense féministe pour personnes trans, Bruxelles

14 mai 2015, 14h: Atelier gratuit d'autodéfense féministe pour lesbiennes (et leurs amies), Bruxelles

19 mai 2015, 20h: Conférence "La Ville, une affaire d'hommes?", Namur

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be