Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n° 45 - Décembre 2014

     

A LA UNE

En 2015, Garance aura 15 ans !

Réuni/e/s en Assemblée Générale, les membres de Garance ont pu débattre des nombreux projets pour l'année 2015. Une équipe renforcée, des animations destinées aux enfants, un élargissement vers la Wallonie en commençant par Namur, des publications, des formations internes et externes... les idées ne manquent pas. En 2015, Garance fêtera aussi ses 15 ans, l'âge de l'ado rebelle qui veut refaire le monde ! On vous tiendra naturellement au courant des différentes activités, au fur et à mesure. Et si vous avez envie de nous rejoindre dans cette aventure, vous pouvez aussi vous faire membre ! N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'infos.

GARANCE EN BREVES

Le nouveau programme est arrivé !

De janvier à juin, tout sur les stages de Garance, que ce soit l'autodéfense ou la défense verbale, à Bruxelles et à Tournai. Ce n'est qu'un programme de base, auquel viendront s'ajouter des activités pour femmes 55+ et femmes migrantes, des séances d'information et des activités pour filles, en collaboration avec les communes, les associations ou des groupes d'amies, pour un atelier, un apéro- sécurité... pourquoi pas chez vous ?

Un don, un avantage fiscal

Comme chaque année, ce petit rappel : pour tout don à Garance à partir de 40 euros, vous bénéficiez non seulement de notre reconnaissance, mais aussi d'une déduction fiscale. Et vous aidez aussi notre association à développer la prévention des violences à l'égard des femmes. Notre compte : IBAN BE44 5230 8020 6345.

Novembre-décembre, des mois chargés !

Comme toujours autour de ce 25 novembre, Journée mondiale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, Garance a été super active. Elle a animé pas moins de 9 ateliers en une journée à Namur (26 novembre), a dû refuser du monde pour son atelier de défense verbale à Point Culture, dans le cadre de Féministe toi-même (29 novembre) ; enfin, le 11 décembre, 70 personnes ont répondu à notre invitation de découvrir la BD « les Crocodiles » de Thomas Mathieu et débattre du harcèlement de rue avec nous, AWSA, Touche pas à ma Pote et les FPS, en présence de Mme Isabelle Simonis, ministre des Droits des Femmes.

Garance dans les médias

Victoire, supplément hebdomadaire du Soir, a publié dans son numéro du 15 novembre une enquête sur « La ville, une affaire d'hommes ». Irene Zeilinger, directrice de Garance, y présente les analyses de Garance, parmi d'autres interlocuteurs/trices.

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley     

Assemblée des femmes

Le 5 décembre dernier, Garance était présente, aux côtés de nombreuses associations féminines et féministes, à la première Assemblée des Femmes, à l'invitation de la ministre des Droits des Femmes, Isabelle Simonis. De belles ambitions, une vraie volonté de travailler avec les mouvements de femmes, de nombreuses et intéressantes interventions de la salle. Il faudra que les moyens suivent. En tout cas, nous sommes partantes !

smiley

Les garçons contre les violences

En matière de lutte contre les violences à l'égard des femmes, le Québec a souvent été pionnier. Grâce à un reportage de Radio Canada, on peut découvrir un reportage sur le travail réalisé avec des jeunes garçons, autour de sujets aussi divers que l'hypersexualisation, le cyber-harcèlement, les violences physiques et verbales, mais aussi plus largement les rapports entre filles et garçons, au-delà des stéréotypes. Il s'agit d'évaluer les connaissances et les perceptions des jeunes garçons quant aux violences liées au genre, mais aussi de les interroger sur la façon dont ils aimeraient apprendre à s'en prémunir. Car pour cela, il n'est jamais trop tôt !

smiley

Jeux vidéo violents : pas en Australie !

On vous a déjà parlé de ces jeux vidéo où la violence envers les femmes est omniprésente. GTA est l'un des plus violents – et l'un des plus populaires. Suite à une pétition signée par près de 50 000 personnes, deux chaînes de magasins en Australie et Nouvelle-Zélande ont décidé de le retirer de leurs rayons.

Tout en dénonçant les violences envers les femmes, un site de « gaming » s'interroge sur la pertinence de retirer le jeu : « Le fait est que les violences envers les femmes semblent en net regain ces dernières années, ce qui est proprement intolérable. (Mais) sous prétexte de cette violence, on s'attaque stupidement à ce qui n'a pas vocation à remplacer l'éducation ou l'intelligence des personnes. Un jeu vidéo qui vous pousserait à violer ou tuer des femmes ? C'est aussi ridicule que de dire qu'il faut interdire les jeux de super-héros pour ne pas pousser les enfants à sauter de leur balcon avec la nappe accrochée au cou en guise cape ».

Avec la différence, tout de même, qu'il y a peu d'enfants qui sautent de leur balcon en se prenant pour Superman, alors que les violences contre les femmes sont bien réelles.

smiley

Ne pas accabler la victime : pas seulement en Hongrie

« La Hongrie a été récemment montrée du doigt – et avec raison – pour la façon dont sa police culpabilise les victimes de viol, en leur attribuant la responsabilité de l'agression de par leurs vêtements, leur comportement... Mais la police hongroise n'est pas seule dans ce cas : une histoire qui a eu lieu à l'Université de Virginie (USA) montre le même genre de réflexes, quand la victime d'un viol a été priée de se taire pour ne pas... nuire à sa propre réputation. Et pour insister sur l'absurdité d'une telle injonction, une certaine Caitlin Kelly, du New Yorker, a imagine des réactions similaires en cas de vol de portefeuille : « Est-ce que vous n'aviez pas bu quand on vous l'a volé ? Quels vêtements portiez-vous ? Et êtes-vous certaine que vous ne l'avez pas simplement donné, de votre plein gré ? » et ainsi de suite, jusqu'à « Tous les hommes veulent des portefeuilles, c'est dans leur nature. Peut-être n'auriez-vous pas dû en avoir un, en fait ».

smiley

Le prix du harcèlement

« Uber, c'est cette plateforme de transport où des particuliers jouent le rôle des taxis, à la grande colère de ces derniers. Car non soumis aux mêmes législations de travail, Uber peut se permettre d'être moins cher. Une passagère londonienne a pu expérimenter la politique de Uber en cas de harcèlement : après qu'elle se soit plainte du comportement d'un chauffeur, une « compensation » de 25 euros a été versée sur son compte, avec pour message l'espoir qu'elle « redonnerait une seconde chance à Uber ». Quant au chauffeur (qui ne fait plus partie de la plateforme, mais Uber a refusé d'en préciser la raison), on ne sait pas s'il a été privé de dessert...

Le harcèlement, c'est la vie ?

« Une étude britannique sur le harcèlement sexuel à l'école a montré l'étendue du phénomène : près de 60% de filles entre 13 et 21 ans ont rapporté en avoir subi l'une ou l'autre forme, dont 20% des attouchements non désirés. Plus inquiétant encore : loin de se révolter, elles sont nombreuses à considérer que cela fait simplement partie de la vie d'une jeune fille. Et les figures d'autorité, comme les profs, ne font qu'enfoncer le message : c'est normal, pas de quoi se plaindre ni se fâcher. Garance aurait du boulot...

LA SCIENCE DIT...

Les 1001 visages du viol

Dans son livre « Redefining Rape », Estelle Freedman parcourt plusieurs siècles d'histoire états-unienne pour montrer comment la définition légale du viol peut faciliter ou compliquer la possibilité pour les femmes d'obtenir justice. Elle montre aussi comment sexisme et racisme peuvent se conjuguer avec pour conséquence que tout le monde n'est pas égal devant la loi, ni en tant que victime, ni en tant qu'auteur. Si son étude est avant tout historique, elle trace aussi des parallèles avec des enjeux d'aujourd'hui : comment résister au 'backlash' qui suit si souvent les avancées des droits des femmes ? Et comment ne pas reproduire des mécanismes d'exclusion, en protégeant certaines catégories de femmes au détriment d'autres ? Sur son site, Garance vous propose une synthèse de l'ouvrage.

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

10 femmes musulmanes qui ont marqué 2014

On vous a déjà parlé du site de TV5 Monde et sa page « Terriennes », consacrée à la condition des femmes dans le monde. On y trouve des infos souvent originales. En cette fin d'année propice aux bilans de toutes sortes, vous pouvez découvrir les brefs portraits de 10 femmes musulmanes qui ont marqué 2014. Vous connaissez sûrement Malala Yousafzai, cette jeune Pakistanaise lauréate du prix Nobel de la Paix ; peut-être aussi Maryam Mirzakhani , première femme a obtenir la médaille Fields, considérée comme le "prix Nobel des mathématiques". Mais d'autres – pilote, combattante, journaliste, femme politique... - seront autant de découvertes, loin du stéréotype de la femme musulmane soumise...

Mais c'est tout le site des Terriennes qui mérite des visites régulières.

 

LA REBELLE DU MOIS

Sois belle et bats-toi !

Une reine de beauté, en femme rebelle, impossible ? C'est que vous ne connaissez pas la Philippine Remedios Gomez Paraiso, qui fut commandante dans l'Armée de Libération populaire anti-japonaise !

 

AGENDA     

Activités de Garance

du 6 janvier au 17 mars 2015 : Formation d’éducatrices paires 55+ et femmes migrantes

12 janvier 2015 : Entraînement Bruxelles : Plusieurs agresseurs

19 janvier 2015 : Entraînement à Tournai : plusieurs agresseurs

31 janvier et 1er février 2015 : Défense verbale pour femmes, Schaerbeek

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be