Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n°39 - Mai 2014

     
     

A LA UNE

« Garance soutient l'Alternatieve Pride Alternative

Le 17 mai, journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la « Pride 4every1 » a réuni quelque 100 000 personnes dans les rues de Bruxelles, militant/e/s, fêtard/e/s, associations, chars commerciaux, sans oublier une présence des partis politiques encore plus importante que les années précédentes, à une semaine des élections. A l’avant de la marche, juste derrière le premier char, il y avait un groupe inédit : l’Alternatieve Pride Alternative, autrement dit APA Belgium. C’est un collectif d’associations dont Garance fait logiquement partie : d’une part parce que la lutte contre les discriminations et les violences faites aux LGBTQI fait partie de notre mission et que nous pensons aussi que la Pride est loin d’épuiser son potentiel de pression politique pour faire avancer ce sujet ; et d’autre part, plus largement, parce que nous nous posons des questions sur le manque de liens et parfois même sur les oppositions par rapport au féminisme, alors que ces deux mouvements devraient être des alliés.

L’APA s’est formée au départ autour de militant/e/s LGBTQI et féministes qui ne se reconnaissaient pas, ou plus, dans l’évolution de la Pride : trop commerciale, trop bruyante, trop peu ouverte aux débats, donnant trop peu de place aux associations.... Un reportage de Yagg montre bien que ce groupe, même réduit par rapport à la taille de la manifestation, a réussi son premier coup : repolitiser la Pride...

 

GARANCE EN BREVES

Assemblée générale de Garance

Le 18 juin prochain aura lieu l'Assemblée générale de Garance, qui aura à approuver le rapport d'activités et les comptes de 2013 et bien sûr, discuter de nouveaux projets. Une occasion de vous rappeler que vous pouvez vous faire membres, soit effectives, soit adhérentes, un statut plus léger vous permettant de nous soutenir sans forcément assister à toutes nos Assemblées Générales, mais de nous aider ponctuellement. Les membres effectif/ves s'engagent à participer aux AG ou à s'y faire représenter. Contactez-nous rapidement si vous êtes intéressé/e !

Bientôt le nouveau programme

Nous préparons actuellement notre nouveau programme pour la rentrée, mais avant l'été,nous vous proposons encore quelques activités pour les femmes et les filles ! Et notamment un stage de défense verbale pour lequel il reste encore quelques places, les 14 et 15 juin.

Un don pour dynamiser nos projets

C'est le genre de bonheur inattendu qui vous tombe parfois du ciel : une dame inconnue qui nous contacte pour nous annoncer qu'elle souhaite soutenir notre travail et pour cela, propose de nous faire un don de 50 000 euros. C'est une somme importante qui nous permettra de développer un projet pour lequel nous aurions du mal de trouver des subventions. Nous le choisirons quand nous connaîtrons la décision définitive du Conseil supérieur de l'Education Permanente quant à notre reconnaissance pour les 5 années à venir (voir notre Newsletter de janvier 2014). Nous remercions notre donatrice de tout coeur et invitons d'autres âmes généreuses à faire de même, car tous les dons, aussi petits soient-ils, nous rendent plus indépendantes des aléas politiques et donnent plus de force pour faire avance la prévention des violences.

Pour un Ministère des Droits des Femmes

Lancée par Vie Féminine, la revendication d'un Ministère des Droits des Femmes au niveau fédéral lors de la prochaine législature a fait son chemin et est dorénavant soutenue par une série d'organisations de femmes, dont Garance fait partie dès le début. Parce que les violences à l'égard des femmes et des filles ne sont qu'une des conséquences d'un système inégalitaire qu'il faut pouvoir combattre à la base. Pour en savoir plus, voir sur le site de Vie Féminine.

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

La Convention d'Istanbul entre en vigueur le 1er août

Bonne nouvelle : Andorre et le Danemark ont ratifié la Convention d'Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes. Avec ces ratifications, le seuil de 10 pays est dépassé et la convention entrera en vigueur le 1er août 2014. A noter que la Belgique a signé la convention, mais ne l'a pas encore ratifiée.

smiley

Un bilan et un appel

Le réseau WAVE (Women against violence Europe) présente son rapport 2013 sur les violences faites aux femmes. En ce qui concerne la Belgique, le résumé est laconique : il existe 26 refuges (22 en Flandre, 3 en Wallonie et un seul à Bruxelles) avec au total 460 places. Selon les recommandations du Conseil de l'Europe, il devrait y en avoir plus de 1000 places. Le rapport est disponible ici (les infos concernant la Belgique sont en page 56-57), et la comparaison entre pays est aussi intéressante. On y découvre par exemple que seuls 10 pays sur 28 de l'Union européenne disposent d'une ligne d'appel spécifique accessible 24h/24. Que seule la moitié disposent d'une ligne d'appel multilingue et seul un tiers répondent aux recommandations du Conseil de l'Europe. Globalement, il manque encore beaucoup de places dans les refuges : il y en 23500 alors qu'il en faudrait le double. En Hongrie, en Lituanie et en Lettonie, il n'y a pas une seule place disponible.

Parallèlement, WAVE lance un appel à la solidarité. Les inondations catastrophiques de la fin mai en Bosnie, Croatie et Serbie ont aussi eu des effets dramatiques pour les femmes victimes de violence. Plusieurs refuges ont été touchés ou détruits et les personnes abritées n'ont pas d'endroit où aller. Des dons sont nécessaires pour aider ces femmes et reconstruire des refuges, car on ne peut guère compter sur les autorités publiques pour le faire.

smiley

Un prix pour la recherche contre les violences

Corinna Seith était une féministe convaincue, une chercheuse et formatrice en autodéfense, disparue bien trop tôt en 2010. Son nom est désormais lié à un prix, qui sera décerné à un travail portant sur les violences à l'égard des femmes et/ou des enfants, présenté par un/e étudiant/e ou chercheuse/eur qui sera également invité/e à venir le présenter à la prochaine conférence de WAVE à Vienne . Attention : le texte doit être écrit en anglais ou en allemand. Date limite : 31 juillet 2014. Tous les détails ici.

smileysmiley

Violence entre lesbiennes

« Derrière la violence subie au quotidien, on imagine toujours un homme. Dans les campagnes de prévention contre les violences conjugales, l’agresseur est invariablement masculin. (...) À l’intérieur même de la communauté lesbienne, on a du mal à croire qu’une femme puisse en battre une autre ». D'où tout l'intérêt de cet appel à témoignage lancé sur le site de Barbieturix : des témoignages de lesbiennes qui racontent des histoires de coups et de domination, d'isolement et de difficulté à parler ou chercher de l'aide.

smiley

Québec : violences contre femmes portant le foulard

Si la défaite du Parti Québecois aux élections d'avril semble avoir enterré le projet de « Charte des Valeurs québecoises », du moins dans sa version initiale, ses dégâts n'ont pas disparu pour autant. Geneviève Pinard-Prevost, professeure à l'Université de Sherbrooke, a lancé une enquête anonyme sur Facebook et reçu plus de 300 témoignages de violences verbales et même physiques de femmes portant le foulard. Certes il ne s'agit pas d'un échantillon représentatif, mais elle pointe le fait que le gouvernement québecois n'a pas songé à faire une enquête de ce genre avant de lancer son projet de « charte » ; on ne dispose donc pas d'autres données. A méditer quand on met en avant des « valeurs » qui stigmatisent tout une population... quand on voit par exemple comment, ce 25 mai dans la commune de Bressoux, le droit de vote a été refusé à deux femmes parce qu'elles portaient le foulard !

smiley

Californie : un malade ou un misogyne ?

Les médias ont toujours autant de mal à voir la misogynie derrière une tuerie. Le 24 mai en Californie, un Elliot Rodger a tué six personnes et en a blessé plusieurs autres. La presse le présente comme un malade mental. Le site « cafaitgenre » dénonce sa haine des femmes et démontre sa proximité avec des groupes masculinistes.


LA SCIENCE DIT...

L'autodéfense sous le microscope

Les recherches académiques sur l'autodéfense féminine sont rares – et plus rares encore quand il s'agit de l'autodéfense féministe. Il est d'autant plus réjouissant que le journal académique majeur traitant des violences faites aux femmes, Violence Against Women, a récemment consacré un numéro entier à ce sujet.

Diverses questions y sont abordées : d'abord, l'autodéfense féministe, est-ce que ça marche ? Quelles sont les conséquences d'une résistance des victimes à une agression sexuelle ? Comment être efficace avec des femmes traumatisées par une agression ? Quel travail avec des femmes racialisées ? Et plus largement, quel rôle l'autodéfense féministe peut-elle jouer dans la lutte contre les violences et le changement social ? Sur le site de Garance, vous pouvez trouver une synthèse.

Si ces études concernent les Etats-Unis, nous pouvons en tirer des leçons pour notre propre travail. En attendant une étude européenne de même ampleur...


ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Un rapport riche de leçons

Durant 16 jours, Rashida Manjoo, rapporteuse spéciale des Nations-Unies, a sillonné la Grande-Bretagne pour préparer un rapport sur la façon dont les autorités publiques luttent contre les violences à l’égard des femmes.

Le Royaume-Uni et ses différentes composantes (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord) ont naturellement leurs caractéristiques propres, mais beaucoup d’aspects du rapport sont aisément transposables en Belgique. A commencer par une remarque générale : si les législations évoluent de manière positive vers la protection des femmes victimes, leur application sur le terrain rencontre nombre d’obstacles. Et la situation est particulièrement préoccupante pour les catégories les plus vulnérables : minorités ethniques, migrantes, lesbiennes, femmes avec un handicap, détenues... celles qui ont le moins de ressources propres et dépendent donc le plus des programmes publics. Or ces programmes, outre leurs limites propres, sont menacés par deux réalités que nous connaissons bien chez nous aussi : la « neutralité de genre » et les politiques d’austérité. Pour en savoir plus, on peut consulter un rapport détaillé en anglais ou un excellent résumé en français.


LA REBELLE DU MOIS

Margaret Tucker et la révolte de la génération volée

Jusqu'aux années 1960 et même parfois au-delà, des générations entières d'enfants aborigènes ont été volés à leurs familles et placés dans des institutions pour y être « civilisés » et transformés en main-d'oeuvre bon marché. Notre femme rebelle du mois, Margaret Tucker, a survécu à ce traumatisme et en a fait la motivation de son engagement politique.

 

AGENDA     

Activités de Garance

14 et 15 juin 2014 : Défense verbale pour femmes, Schaerbeek

16 juin 2014 : Entraînement Bruxelles : Sécurité et alcool

21 et 22 juin 2014 : Autodéfense pour femmes, Schaerbeek

30 juin et 1er juillet 2014 : Stage de vacances d’autodéfense pour filles de 11 à 14 ans

30 juin 2014 : Entraînement Tournai : Sécurité et alcool

3 et 4 juillet 2014 : Stage de vacances d’autodéfense pour filles de 8 à 11 ans

Et pour les femmes 55+ : séance d'information sur les groupes de réflexion à Molenbeek : 17 juin à 14h (lieu à confirmer)

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be