Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n°38 - Avril 2014

     
     

A LA UNE

« Non c'est Non » chez les Crocodiles

Le « Projet crocodile » est l'oeuvre du dessinateur Thomas Mathieu, qui illustre ainsi des histoires de harcèlement de rue, ou d’agressions, racontées par des femmes, en remplaçant les hommes par des crocodiles. « C’est pour pouvoir jouer avec leurs rôles de prédateurs à sang froid, visqueux. Avec mon style je peux les rendre mignons et bêtes, ou plus effrayants selon l’anecdote que j’illustre », explique-t-il. « On peut aussi y voir une illustration du privilège masculin. Car même les types sympas sont montrés en crocodiles, tout comme ils jouissent de certains privilèges, sans même s’en rendre compte ».

Dans sa dernière BD, qu'on peut voir sur son site en attendant sa sortie sous forme de livre, il va plus loin en présentant des stratégies pour réagir à ces situations. Pour cela, il s'est inspiré du site de Hollaback!, ainsi que du livre d'Irene Zeilinger, « Non c'est Non » (toujours disponible par ailleurs sur le site de l'éditeur La Découverte ou qu'on peut se procurer chez Garance en version papier). Une belle façon de populariser des trucs et astuces, des attitudes et des répliques, avec l'humour du dessin en prime !

 

GARANCE EN BREVES

Bienvenue à Amal Ali

Depuis le 1er avril, nous avons une nouvelle secrétaire en Article 60. C'est elle qui répondra à vos mails et c'est sa voix que vous entendrez au téléphone quand vous voudrez vous inscrire. Amal Ali nous vient de Djibouti ; l'occasion pour nous de découvrir une autre culture... et une autre cuisine !

Au printemps, n'oubliez pas l'apéro (sécurité)

Avec le retour des beaux jours, voici venir aussi le temps des apéros – et pourquoi ne pas expérimenter un « apéro-sécurité » ? Le principe est simple : vous réunissez chez vous un groupe d'amies, vous invitez une animatrice de Garance et vous proposez un thème concernant la sécurité et le sentiment d'insécurité qui les intéresse particulièrement. C'est très large : comment se sentir plus à l'aise dans la rue, les transports ou chez soi ; que faire si on est témoin d'une agression ; comment éviter le vol de son sac à main ; comment sentir et faire sentir ses propres limites et dire non de manière convaincante... Après une discussion d'environ deux heures, place au grignotage et au petit verre en commun. On peut aussi organiser cette activité conviviale autour d'un goûter et même profiter d'un jardin à condition qu'il soit à l'abri des regards (et des oreilles) indiscrets. Cette proposition s'adresse aux particulières, de préférence à Bruxelles ou en tout cas dans ses environs proches. Alors, intéressée ? Contactez-nous !

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Dessins contre le harcèlement

Contre le harcèlement de rue, il existe plein de réactions possibles, et toutes les imaginations sont les bienvenues... Par exemple, l'artiste new yorkaise Tatyana Fazlalizadeh s'est mise à tapisser les murs de son quartier à Brooklyn d’immenses dessins au crayon représentant des visages de femmes, avec des phrases comme "Mon nom n’est pas ‘bébé’" ou "Les femmes ne sont pas dans la rue pour vous divertir". Grâce à un crowfunding qui a connu un succès inespéré, elle sillonne désormais les Etats-Unis en recueillant les histoires de femmes et en plantant ses dessins à travers tout le pays, en attendant une exposition qui lui sera bientôt consacrée.

smiley

Photos contre la violence conjugale »

Parmi les nombreuses campagnes de sensibilisation contre les violences conjugales, celle qui nous vient de Norvège est particulièrement saisissante : elle nous dit que ces violences sont parfois cachées derrière des images de bonheur. Regardez les deux photos...

smiley

Grande-Bretagne : L'éducation par les paires, ça marche !

Selon une enquête menée en Angleterre sur l'image du corps chez les filles, il apparaît qu'une élève d'école primaire sur cinq a déjà suivi un régime et près de 4 jeunes filles sur 10 entre de 11 et 21 ans ont déjà sauté des repas dans l'espoir de perdre du poids. D'où la nécessité de démystifier les images de « beauté » liées à la maigreur et d'améliorer la confiance et l'estime de soi des filles, par un programme où interviennent des « éducatrices paires » formées pour répandre le message dans leurs écoles et leurs lieux de vie – une méthode chère à Garance. Pour cela, elles disposent de posters, de vidéos et de T-Shirts et peuvent arborer fièrement le badge « Free to be me » : « Libre d'être moi ».

smiley

France : Prélèvement d'ADN à grande échelle

Suite au viol d'une lycéenne dans un lycée français, une grande opération de prélèvement d'ADN a eu lieu dans son école auprès de 527 hommes, professeurs, élèves et personnels technique et administratif. Le jeune fille a été violée dans le noir et n'a pu donner aucune description de son agresseur. Les ADN des personnes innocentées seront détruits, mais le procureur a averti : ceux qui refuseront le prélèvement risquent une garde à vue.

La méthode (déjà utilisée dans d'autres affaires) pose certes des questions éthiques, mais permet aussi d'écarter des soupçons. On imagine l'atmosphère pour les filles, dans une école où l'on sait qu'un violeur se balade en liberté...

smiley

Côte d'Ivoire : un visage contre les violences

On le sait, trop souvent, pour alerter sur un fait de société, rien de tel qu'une histoire personnelle particulièrement frappante... En Côte d'Ivoire, c'est l'histoire tragique d'une jeune mannequin qui a secoué les consciences : une nuit de mars, la jeune Awa Fadiga, 23 ans, a trouvé la mort après avoir été agressée dans un taxi par quatre hommes, dont le chauffeur, puis éjectée du véhicule en marche. Elle est devenue désormais le visage des violences faites aux femmes et, on l'espère, une motivation à agir pour les autorités.

smiley

Egypte : un rapport accablant

Les premiers jours du printemps égyptien avaient été magiques : les femmes y ont participé à égalité avec les hommes, sans violences. Mais depuis la chute du président Moubarak, les choses ont radicalement changé : les Egyptiennes souhaitant prendre part aux diverses manifestations politiques n'ont cessé d'encourir des violences sexuelles exercées publiquement, et en toute impunité. Que ce soit sous la présidence de Morsi ou sous les autorités militaires, la situation des femmes est toujours aussi dramatique. Telle est la conclusion du rapport accablant présenté au Caire par la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH). Voilà une démonstration de plus que les violences sexuelles ne sont pas le résultat d'une quelconque « pulsion sexuelle irrépressible », mais d'une volonté de pouvoir et de contrôle sur les femmes.


LA SCIENCE DIT...

Sexisme, homophobie, transphobie, même combat ?

« Que pensent les hommes et les femmes, lesbigays et hétéros, cisgenres et transgenres de thèmes comme le sexisme, l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie, comment les ressentent-ils et comment y réagissent-ils ? » Telles étaient les questions au départ de l’étude « Beyond the box », menée ces six derniers mois par une équipe de chercheur/e/s. Il s’agissait d’interroger les Belges sur leurs stéréotypes et préjugés, car pour combattre les comportements d’exclusion ou de violence, il est important de savoir sur quelles idées reçues ils se basent.

Malgré certaines limites – échantillon non représentatif de la population, certains choix de questions ou de catégories problématiques, vision contestable du sexisme... - l'enquête livre des résultats intéressants, que nous détaillons dans un article. Mais nous vous livrons déjà cette conclusion valable également pour d'autres discriminations et qui va à l'encontre du repli sur soi : « La diversité au sein de l’environnement social ne se limite donc pas à un simple fait de société, mais peut aussi constituer un moyen de parvenir à une société plus tolérante »


ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Enfants témoins de violences conjugales

« Un enfant exposé aux violences conjugales est un enfant maltraité » : tel est l'intitulé d'une brochure réalisée par la Direction d'égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l'intention des professionnel/le/s : puéricultrices/teurs et enseignant/e/s, intervenant/e/s en maisons de jeunes, AMO et centres PMS, services d'aide à la jeunesse et de protection de la jeunesse... On y trouve plein d'informations utiles, sur la violence conjugale, son impact sur les enfants témoins (analysé par rapport à leur âge et leur sexe), les stratégies et rôles adoptés par les enfants, les possibilités d'intervention des professionnel/le/s et le contexte juridique, toujours dans le cadre d'une analyse de genre. Pour plus de détails, voir notre article sur le site de Garance.


LA REBELLE DU MOIS

Gouvernante ou révolutionnaire ?

Notre rebelle du mois était destinée à être gouvernante, elle est devenue révolutionnaire : dans le tourbillon de la Russie à la charnière des XIXe et XXe siècle, Vera Zassoulitch a traduit le « Manifeste communiste » mais n'a pas hésité aussi à manier les armes.

 

AGENDA     

Activités de Garance

12 mai 2014 : Entraînement Bruxelles : se défendre avec les objets du quotidien

17 et 18 mai 2014 : Autodéfense pour femmes à Schaerbeek

19 mai 2014 : Entraînement Tournai : se défendre avec les objets du quotidien

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be