Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
        Vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
     
Visitez le site !

 

 

     

NEWSLETTER n°36 - Février 2014

     
     

A LA UNE

Des formatrices en herbe

La nouvelle formation de formatrices d'autodéfense a démarré avec un premier module du 8 au 12 février à Bruxelles. 11 femmes de trois pays y ont participé avec enthousiasme. Camille, Delphine, Eva, Gaëtane, Laura, Laetitia, Leila, Mélanie, Pascale, Pauline et Sarah y ont découvert les bases de l'autodéfense féministe et sont impatientes d'approfondir leurs apprentissages. Et nous aussi!

Comme toujours chez Garance, la réflexion critique, l'échange d'expériences et la pratique de nouveaux outils étaient au centre de ce module. Mais le plaisir et le rire étaient également de la partie : jouer, découvrir le langage non verbal sous toutes ses coutures, détourner les classiques de la chanson française... autant d'activités importantes pour développer une pratique d'autodéfense équilibrée, joyeuse et, nous l'espérons, durable.

Nous sommes particulièrement contentes d'accueillir au sein de cette formation deux Françaises et deux Suissesses qui vont contribuer à diffuser l'autodéfense dans leurs pays. Les Belges ne manquent pas non plus de diversité géographique : avec leur aide, nous espérons pouvoir développer nos activités à Bruxelles, certes, mais aussi dans les provinces de Namur et de Liège. Préparez-vous donc à voir surgir des stages et ateliers de Garance toujours plus près de chez vous!

 

GARANCE EN BREVES

Tournai : stage d'autodéfense en semaine

Nos stages sont habituellement organisés le week-end, ce qui n'arrange pas certaines femmes. A Tournai, nous organisons donc un stage en semaine, les 6 et 7 mars : nous vous attendons ! N'hésitez pas à en parler autour de vous.

Semaine des femmes de Bruxelles-Ville

Du 3 au 10 mars, la Ville de Bruxelles organise une semaine de rencontres et d'animations, en collaboration avec une série d'associations. Garance sera présente pour y distribuer des sifflets et pour animer des ateliers d'autodéfense. Ce sera donc aussi l'occasion de se rencontrer !

Colloque Féminismes

Le 29 janvier dernier, Garance animait un atelier consacré aux violences lors du colloque « Des femmes et défis » organisé par Ecolo-Groen au Parlement bruxellois. Un compte-rendu de l'atelier a été publié sur le site de Garance.

Colloque Droit à la Ville

Le 13 février, Garance participait au colloque de la FGTB-Bruxelles consacré au droit à la ville, où elle représentait la coordination bruxelloise de la Marche mondiale de femmes. Sans oublier ses propres revendications en matière de prévention des violences : la prévention comme priorité, et pas seulement dans les discours.encontres et d'animations, en collaboration avec une série d'associations. Garance sera présente pour y distribuer des sifflets et pour animer des ateliers d'autodéfense. Ce sera donc aussi l'occasion de se rencontrer !

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Campagnes contre le viol

Après un premier événement en février 201Le 14 février, jour du One Billion Rising, Joëlle Milquet présentait une nouvelle campagne contre le viol, pour inciter les victimes à « briser le silence » : selon les estimations, seul un viol sur dix fait l'objet d'une plainte. Une initiative à saluer mais avec de solides réserves : rien sur la prévention et une « neutralisation » de toute analyse sexuée qui va jusqu'à l'affirmation « Le viol n'a pas de sexe ». Mais si, le viol a même deux sexes : féminin pour la victime et masculin pour l'auteur, dans la très grande majorité des cas.

Le 6 mars prochain, Amnesty lancera sa propre campagne, basée sur un sondage réalisé en janvier 2014, et consacré aussi bien aux idées (plus ou moins réalistes) des Belges sur les réalités des agressions sexuelles qu'aux violences subies. L'intitulé est déjà tout un programme, qui convient bien à Garance : « Quand c'est non c'est non ! 

smiley

Une avancée pour les victimes

L'an dernier, les médias ont évoqué le cas de cette femme de Schaerbeek qui avait porté plainte pour viol et demandé des devoirs d'enquête complémentaires. Son violeur n'ayant pas été retrouvé, c'est à elle qu'a été adressée la facture de 5000 euros. Pour mettre fin à ce scandale, deux député/e/s Ecolo et Groen ont introduit une proposition de loi permettant à un juge d'adresser la facture à l'Etat. Elle a été votée le 5 février à la Chambre par l'ensemble des partis, à l'exception de la N-VA qui s'est abstenue.

smiley

Campagne de soutien

Yakiri Rubi Rubio Aupart, une jeune mexicaine, a poignardé et tué Miguel Angel Ramirez qui voulait la violer. Elle est enfermée et accusée d'homicide depuis le 9 décembre, n'a pas reçu de soutien psychosocial ni d'examen médical (y compris pilule du lendemain et traitement anti-viral), bien que la police l'ait retrouvée à moitié nue et blessée. On n'a pas mis en examen ses rapports d'agression sexuelle, on a plutôt cru la déclaration du frère du défunt qu'elle a dénoncé comme complice, on ne lui a pas attribué d'avocat de la défense, le procureur a argumenté qu'elle aurait "trahi la confiance du décédé" parce que c'était soit-disant son copain (et lui, il n'aurait pas trahi sa confiance en l'attaquant? )... Bref, sur toute la ligne, elle n'a pas été considérée comme victime d'agression sexuelle, et la présomption d'innocence n'a pas été respectée non plus. C'est le comité de droits humains du district fédéral de Mexique qui la défend. Une campagne de soutien a été lancée.

smiley

« C'est la vie » !

Quoi de mieux, pour sensibiliser aux violences faites aux femmes, qu'une série télévisée qui permet de s'attacher à des personnages ? Réalisée avec le soutien d'ONU Femmes, « C'est la vie » a le mérite supplémentaire de ne pas être imposée de l'extérieur : c'est une série africaine à l'intention des Africain/e/s. Elle donne aussi, en passant, des informations sur la santé maternelle et infantile.

smiley

Des violences peu diplomatiques

On le sait, les violences dans la sphère privée concernent tous les milieux. Une démonstration de plus : 10% des plaintes contre des personnes avec statut diplomatique aux Pays-Bas concernent les violences dans la sphère domestique. Mais comme il s'agit de personnes protégées par leur statut, il ne peut y avoir de poursuites qu'en cas de levée de l'immunité. Sinon, le Ministère des Affaires étrangères envoie une lettre d'avertissement et peut contacter l'ambassade concernée. Qui a la possibilité de réagir – ou non.

smiley

Canada : Violences policières contre femmes et filles autochtones

En matière des droits des femmes, le Canada a plutôt une réputation progressiste. Mais pas pour toutes les femmes : « La violence contre les femmes indigènes au Canada constitue une crise grave qui exige une enquête nationale. », estime un rapport de Human Right Watch. Non seulement police et gendarmerie ne les protègent pas, mais ce sont les forces de l'ordre qui se rendent elles-mêmes coupables d'exactions. Et dans ces cas, les femmes ont peu de recours.

smiley

Faux taximen

La « rumeur » courait depuis des mois, mais elle vient d'être confirmée : à la sortie de certaines soirées, des étudiantes bruxelloises ont été victimes de « faux taximen » qui les emmenaient au Bois de la Cambre pour les agresser. Il y a déjà 29 plaintes pour des faits qui se sont déroulés depuis 2011. On peut tout de même se demander pourquoi police et parquet ont attendu tout ce temps pour confirmer les faits et lancer des mises en garde. Et d'où vient la certitude qu'il s'agit de « faux taximen », alors que les suspects n'ont pas encore été identifiés...


LA SCIENCE DIT...

Harcèlement à l'école

Moqueries, bousculades, isolement, mais aussi maltraitances... Le harcèlement à l'école, qui vient de faire l'objet d'une étude de l'UCL, concernerait un enfant sur trois : soit comme victime, soit comme auteur, soit encore les deux. Un chiffre interpellant même si, comme le rappellent les auteurs, ce phénomène a toujours existé : mais aujourd'hui, il paraît inacceptable.

Le harcèlement ne se réduit pas à un simple conflit entre élèves ou à un incident isolé : « La communauté scientifique retient trois critères, explique l'un des auteurs. Il faut qu’il y ait des actes négatifs, avec l’intention de nuire ; ces actes doivent être répétés; et il y a un déséquilibre de pouvoir entre les protagonistes ». Cette façon « d’embêter » peut prendre diverses formes : agressions physiques (donner des coups, tirer les cheveux, pousser,…), verbales (moqueries, petites remarques,…), relationnelles (faire courir des rumeurs, etc.), enfin, « cela peut prendre la forme de vols, de racket, abîmer les affaires de quelqu’un en renversant du soda dans son sac » .

Cela commence déjà en maternelle et se poursuit jusqu'en secondaire, tout en prenant des formes différentes. Contrairement aux idées reçues, le développement d'internet et des réseaux sociaux ne semble faire exploser les cas de harcèlement : il les rend seulement plus visibles.

Il n'existe pas de « harceleur type », mais il s'agit souvent d'un « enfant qui a déjà des comportements problématiques et qui cherche à se donner un statut dans un groupe à travers la domination des autres ".

Voilà le mot lâché : domination. Dès lors on peut se demander comment le genre intervient dans ce phénomène. L'étude complète n'est pas encore disponible en ligne, mais les comptes-rendus se contentent d'indiquer que « les garçons sont davantage impliqués que les filles ». Un aspect à creuser...


ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Education à l'égalité

Tandis que la France s'enflamme contre les prétendus dangers d'un « ABCD de l'égalité » expérimenté dans certaines écoles, la Fédération Wallonie-Bruxelles introduit, dans le calme, un « module de formation initiale et continuée proposant des ressources adaptées pour chaque niveau d'enseignement pour éveiller la conscience à l'égalité ». Il s'adresse aux enseignant/e/s ainsi qu'à leurs formatrices et formateurs des niveaux fondamental et secondaire. A noter que le film réalisé pour les 10 ans de Garance, « Quand les femmes sont fortes », est repris comme ressource dans le chapitre sur les violences sexuelles.

 

LA REBELLE DU MOIS

Rendez-vous avec une reine

Irlande, 16e siècle. Toute l’île est sous l’influence britannique. Toute l’île ? Non, un clan résiste, et sur ce clan règne une femme... Reine et pirate, elle est notre femme rebelle du mois.

 

AGENDA     

Activités de Garance

6 et 7 mars 2014 : Autodéfense pour femmes à Tournai

10 mars 2014 : Entraînement Bruxelles : Dans les transports publics

17 mars 2014 : Entraînement Tournai : Dans les transports publics

22 et 23 mars : Autodéfense verbale pour femmes à Schaerbeek

 

Activités hors Garance avec la participation de Garance

Du 3 au 10 mars 2014 : Semaine des Femmes de la Ville de Bruxelles

 

8 mars 2014, Hôtel Communal de Wavre : Journée des Femmes

 

 

 

 

     
Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne        
     
     
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
        © Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be