Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°26 - Février-mars 2013


A LA UNE

8 mars, demandez le programme !

Le 8 mars, ce n'est ni la « fête des femmes » ni la « Journée internationale de LA femme », comme on l'entendra encore trop souvent cette année. Le 8 mars est une journée de luttes, de revendications, qui donnera lieu à une série d'activités, dont certaines avec la participation de Garance.

Le 2 mars déjà, nous avons co-organisé une marche exploratoire suivie d'un débat avec les FPS de Saint-Gilles. L'occasion aussi d'entendre Marylène Lieber, auteure de « Genre, espace publics et insécurité ».

Les 6 et 7 mars, Garance sera à l'ULB dans le cadre d'un cycle « Sex and the University » pour un débat autour du film de Sofie Peeters « Femme de la rue », ainsi qu'un atelier d'autodéfense. Le 11 mars, à la Vénerie de Watermael-Boitsfort, un ciné-débat est organisé autour du même film avec des représentantes de Garance, Hollaback!, Touche pas à ma pote, le Lobby européen des Femmes, ainsi qu'une sociologue.
Pour les détails et une sélection d'autres activités, voir notre Agenda.

 

GARANCE EN BREVES

Soutenez-nous !

Vous trouvez que Garance fait un travail utile et vous voulez nous soutenir ? Vous pouvez encore vous faire membre de Garance ! Nos nouveaux statuts prévoient, en plus d'un statut de « membre effectif/ve » un statut de « membre adhérent/e ». Ce dernier type de membre demande un engagement plus « light », vous permettant de nous soutenir sans forcément assister à toutes nos Assemblées Générales, mais de nous aider ponctuellement. Les membres effectif/ves s'engagent à participer aux AG ou à s'y faire représenter. Ainsi, vous aurez aussi votre mot à dire ! Pour devenir membre adhérent/e, il suffit de verser la cotisation annuelle de EUR 15,00 sur notre compte 523-0802063-45 (communication « cotisation 2013 ») ; pour devenir membre effectif/ve, l'Assemblée générale doit d'abord voter votre candidature.

 

Un atelier d'autodéfense gratuit !

Envie de découvrir ou redécouvrir l'autodéfense féministe, avec l'approche de Garance ? Nous vous proposons un atelier exceptionnel entièrement gratuit le dimanche 21 avril de 17h30 à 19h à la Maison des Femmes de Schaerbeek. Une seule condition : accepter d'être filmée pour une émission de télé pour la chaîne TNT. L'autre condition étant naturellement de vous inscrire à l'avance au secrétariat.

 

Entraînements à Tournai

Les participantes à nos stages à Tournai peuvent désormais poursuivre leur formation, approfondir l'un ou autre sujet au choix en suivant les entraînements tous les 3e lundis du mois (voir l'agenda de Garance). Celui du 18 mars prochain portera sur les agressions armées.

 

Garance dans les médias

Le site de Secunews a répercuté le travail de Garance sur le genre, l'insécurité et l'espace public. Mieux qu'un article, mieux qu'une simple interview, un reportage du quotidien l'Avenir sur notre dernier stage de défense verbale.

La Dernière Heure, elle, a consacré un article à Ladyfense, un « concept innovant » d'autodéfense pour femmes organisé par l'entreprise SML Consult, illustré par une photo d'un cours Garance, comme s'il s'agissait de la même chose. Garance a envoyé une lettre à la rédaction pour rappeler que ce « concept innovant » existe depuis plus d'un siècle et qu'elle-même le pratique depuis 13 ans, pour conclure : « Vous ne rendez pas service à vos lectrices en faisant la publicité pour des offres clairement commerciales, et cela gratuitement et sans la signaler comme publicité. Nous attendons à l'avenir de la DH de faire la part entre des initiatives sans but lucratif qui ont le meilleur intérêt des femmes au centre de leurs missions et des entreprises à but lucratif qui tentent se faire de l'argent avec le sentiment d'insécurité des femmes ».

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Rompre le secret professionnel

Depuis ce 1er mars, l'article 458bis du Code pénal entre en vigueur ce 1er mars 2013 et autorise notamment les médecins, les psychologues, les assistant/e/s sociaux/sociales à rompre le secret professionnel, dans certaines circonstances, en cas de danger grave et imminent concernant certains délits commis à l'encontre de personnes mineures et vulnérables. Une personne peut être vulnérable en raison de son âge, d'une grossesse, d'une maladie, d'un handicap ou d'une déficience physique ou mentale ou en cas de violences entre partenaires. Cela devrait rendre plus visible un phénomène dont moins de 15% de victimes osent porter plainte, d'après la dernière étude de l'Institut pour l'Egalité des Femmes et des Hommes.

 

smiley

Guide juridique contre les violences dans le sport

Le ministère français des sports a présenté un guide juridique qui veut contribuer à la prévention et la lutte contre les incivilités, les violences et les discriminations dans le milieu du sport. Il s'adresse à l'ensemble du mouvement sportif, y compris les supporters, pour rappeler une série de règles et de lois mettant des limites à des comportements hélas trop fréquents dans le milieu sportif. Initiative utile sans doute, mais on peut douter de son caractère de « prévention » : connaître les règles est une chose, les respecter une autre... Les différents acteurs auraient surtout besoin de formations, et pas seulement aux règles de droit.

 

smiley

Harcèlement moral : vers une loi plus dissuasive

La ministre du travail Monica De Concinck a le projet de modifier la législation contre le harcèlement moral pour la rendre plus dissuasive : paiement par l'auteur de six mois de salaire à la victime, suppression de la nécessité de démontrer un dommage, extension à l'ensemble des problèmes psychosociaux du monde du travail, comme le stress, les tensions relationnelles graves, les conflits personnels, la mauvaise ambiance au travail, le burn-out et même le suicide. Les entreprises devront mettre en place des plans de prévention, ce qui déplaît d'ailleurs fortement à la FEB.

On constate que le nombre de plaintes est en baisse en 2011 mais, relève le journal, « ces chiffres doivent quand même être relativisés, car en période de crise, certains employés sous pression n'osent parfois pas révéler leur mal-être de peur de se voir licencier. »

 

smiley

« Abonnement victime »

L'Allemagne a élu le "mot horrible" de l'année: "abonnement victime" (Opfer-Abo). Arrière-fonds : accusé de viol par son ex-partenaire, le modérateur de télé suisse Jörg Kachelmann a été acquitté, faute de preuves. Le procès a été suivi par Alice Schwarzer, célébrité féministe controversée même au sein du mouvement des femmes, ce qui a créé beaucoup de visibilité. Dans une interview, Jörg Kachelmann avait dit que dans notre société, les femmes avaient un "abonnement victime", c'est-à-dire qu'il leur est facile de mentir sur les agressions sexuelles et autres et se déclarer victimes, car tout le monde les croit sur parole. La jury de journalistes et germanistes a expliqué sa décision par le fait que ce terme jette sur les femmes, "de manière générale et inacceptable", le soupçon d'inventer les agressions sexuelles dont elles sont victimes et de devenir ainsi auteures de violence.

 

smiley

Viols collectifs

Selon les données policières, 249 viols collectifs on été signalés en Belgique en 2011. Un chiffre largement sous-estimé, quand on sait combien, en matière d'agressions sexuelles, les victimes hésitent à porter plainte (crainte de représailles, de ne pas être crues...).
Un article de Secunews
tente de cerner le phénomène mais aussi de donner quelques pistes de prévention. On pourrait ajouter les cours d'autodéfense...

 

smiley

Incroyable indulgence

Pour connaître le détail des circonstances dans lesquelles l'athlète Oscar Pistorius a tué sa petite amie, Reeva Steenkamp, il faudra attendre le procès. Mais ce que l'on sait déjà, c'est l'incroyable indulgence dont font preuve les médias quand un homme tue sa femme... C'est le thème du dernier article sur le site de Garance.

 

 

 

LA SCIENCE DIT...

L'éducation peut prévenir les abus domestiques

Une recherche menée dans plusieurs pays européens a montré que des programmes de prévention des violences domestiques peuvent avoir un impact positif sur les attitudes des élèves de l'enseignement secondaire.

L'enquête a été menée sur plus de 2000 jeunes en France, Angleterre et Espagne. Des recherches précédentes ont signalé que chez les jeunes, en particulier les jeunes garçons, il peut paraître « acceptable » de frapper une femme. Mais un programme de sensibilisation mené dans ces trois pays a aussi montré que ces attitudes peuvent changer en quelques semaines grâce à des interventions éducatives. Dès lors, les différents gouvernements sont invités à intégrer ces interventions non plus dans des sessions spéciales consacrées au sujet mais dans des cours de géographie, de maths, de littérature ou de musique.

Il existe ainsi une boîte à outils, montrant notamment un film où l'on voit un jeune garçon témoigner de son expérience de témoin de violences de son père vis-à-vis de sa mère.

 

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Praxis vingt ans

Créée il y a vingt ans pour s'occuper de toxicomanes en prison, l'ASBL Praxis prend en charge désormais les auteurs de violences conjugales et familiales, y compris récemment des femmes. Ce vingtième anniversaire était l'occasion de présenter les différents aspects de ce travail et de tirer un premier bilan.

On y trouve l'histoire de l'association, son approche méthodologique, la description des usagers, les approches avec des femmes et l'abord de la multiculturalité dans les groupes. En 2011, Praxis a accompagné un millier d'auteurs, dont les deux tiers venaient sous la contrainte de la justice et un tiers sur base volontaire.

Le livre ne nie pas les difficultés consistant à travailler avec des personnes qui ne font pas appel à l'aide de leur propre gré et ne se sentent pas responsables de leurs actes. On constate d'ailleurs beaucoup d'abandons en cours de route. Ce qui pose évidemment des questions d'efficacité, que le livre ne fait qu'effleurer.

L'approche est certes intéressante mais elle reste fort axée sur des aspects psychologiques et aborde assez peu une analyse de genre. On peut regretter que les questions de « culture » (y compris de culture machiste) ne soient abordées que dans la chapitre consacré à l'approche de groupes multiculturels. Comme si la question ne se posait pas vraiment chez nous.

 

Violences intrafamiliales : témoignage d'un avocat

Maître Mô est le pseudonyme d'un avocat du Barreau de Lille qui tient une chronique judiciaire, sous forme de blog, dont une sélection paraît ces jours-ci sous le titre « Au Guet-Apens » chez 10/18. A l'occasion de cette parution en poche, l'éditeur lui a demandé une histoire inédite : la voici, c'est « Plainte », une affaire de violences familiales racontée par l'avocat des victimes. On a beau savoir comment les choses se passent, cette façon de le raconter est saisissante, au plus près du vécu des victimes jusqu'à ce moment essentiel où une femme décide de porter plainte, après des années de violences.

 

 

LA REBELLE DU MOIS

Mary Harris, la femme la plus dangereuse d'Amérique

Notre femme rebelle de février illustre toute l'énergie et la révolte des femmes 55+ ! Surnommée par le Sénat des Etats-Unis la « grand-mère de toutes les agitatrices », cette militante syndicaliste de choc se qualifiait elle-même de « fouteuse de merde ». Menacée, bannie, emprisonnée, elle n'a jamais cédé. Le folksinger Woody Guthrie la célèbre dans ses chansons.

Nwayeruwa et la Guerre des Femmes

Notre femme rebelle de février nous emmène au Nigéria, où des femmes se sont mobilisées au début du siècle dernier contre un recensement qui n'avait d'autre but que de consolider le pouvoir économique des colonisateurs britanniques et leurs alliés locaux. Et elles ont gagné !

 

AGENDA

Activités de Garance

Autodéfense pour femmes, Tournai - 9 et 10 mars 2013

Autodéfense pour femmes, Schaerbeek - 16 et 17 mars 2013

Entraînement : agressions armées - 11 mars 2013

Entraînement Tournai : agressions armées - 18 mars 2013

Entraînement : en vélo - 8 avril 2013

 

Activités avec la participation de Garance :

Du 5 au 8 mars : Cycle « Sex and the University », organisé par Aimer à l'ULB. Garance participe le 6 mars à 20h au débat sur le harcèlement de rue et organise un atelier d'autodéfense le 7 mars à 12h.

11 mars : Ciné-débat avec la participation de Béa Ercolini, Hollaback!, Garance et autres

 

Autres activités autour du 8 mars :

 

7 mars : à 19h30 au Cinéscope de Louvain-la-Neuve, Projection du film "On reviendra au printemps", résultat d'un atelier collectif au Collectif contre les Violences Familiales et l'Exclusion. Suivi d'un débat.

8 mars : Rassemblement en solidarité avec les luttes des femmes dans le monde, organisé par le CFFB, le Vrouwenraad et la Marche mondiale des Femmes, 12h30, Place de la Monnaie à Bruxelles

8 mars : Lancement de la Caravelle des Droits de Femmes à Liège, une initative de Vie féminine

8 mars : Colloque sur les violences sexuelles organisé par le Sénat

8 mars : Ciné-débat organisé par Merhaba :autour du film « Sattelite Queens », portrait de quatre femmes fortes arabes

12 mars : Soirée débat sur le thème des mariages forcés à l'Université des Femmes

Autour du 8 mars : série d'activités dans le Hainaut autour de la Journée Internationale des femmes, notamment un festival de films « Elles tissent leur toile », du 5 au 9 mars à Charleroi.

La lettre d'informations de la Direction de l'Egalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles reprend une série d'autres activités, il suffit de la demander ici : egalite@cfwb.be

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be