Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°15 - Février 2012

A LA UNE

Marche pour l'avortement

Le 24 mars prochain, une plateforme d'organisations (dont Garance fait partie) appellent à une mobilisation pour défendre le droit à l'avortement, droit mis à mal dans le virage à droite toutes en Europe, avec des exemples criants comme l'Espagne ou la Hongrie.

En Belgique aussi, on voit la résurgence de manifestations cherchant à remettre en cause un droit acquis depuis vingt ans. Rassemblements très médiatisés, manifestations devant des centres de plannings... il n'est pas question de laisser la rue et la visibilité aux intégristes de tout poil !

Il est donc très important de se mobiliser le 24 mars. Pour tout autres détails sur la manifestation comme sur la situation dans le monde, la plateforme est un outil précieux.

 

Brèves de Garance

Groupe de réflexion pour femmes migrantes

A la suite de la formation d'éducatrices paires du projet femmes migrantes, le premier groupe de réflexion sur la sécurité a débuté le 13 février dans les locaux de BON VZW. Il a réuni huit participantes, motivées et enthousiastes, originaires de six pays d'Afrique. Le duo d'éducatrices paires dernièrement formées a brillamment animé cette première séance où la joie et la bonne humeur étaient de la partie, comme souvent aux activités de Garance. Pour des infos sur les prochains groupes de réflexion femmes migrantes, contactez-nous !

 

Journée de réflexion

Ce 8 février, Garance a participé à la journée de réflexion organisée par la Coordination bruxelloise de la Marche Mondiale des femmes. Au menu : femmes et violences, à travers 5 thématiques : aménagement du territoire, enfance, santé, emploi et pauvreté/aide sociale. Chaque atelier devait déboucher sur trois propositions en lien avec les prochaines échéances électorales, communales (2012) et régionales (2014). Il s'agissait aussi de déterminer des méthodes d'action participatives pour se faire entendre auprès du monde politique.

Une journée riche en réflexions, en idées originales... et en rires. Tout cela doit encore être synthétisé et des priorités dégagées pour être présentées aux politiques.

 

Garance dans la Chronique de la LDH

Le n° 148 de la Chronique de la Ligue des Droits de l'Homme était consacré au "Corps féminin singulier". Garance y a participé avec un article intitulé "L'autodéfense : une riposte féministe aux violences", signé par Irene Zeilinger. La revue est entièrement disponible sur Internet. On y parle par ailleurs de différentes formes de violences comme les mutilations génitales, ou encore de prostitution, du plaisir et du droit des femmes à disposer de leur corps, notamment à travers le prisme de l'avortement.

 

Une visite de Toulouse

En ce début 2012, Garance a reçu la visite de Janique Lauret, de l'association d'autodéfense pour femmes Faire Face de Toulouse. En repartant, elle nous a laissé ce message : "Une semaine immergée dans l'équipe et les activités de Garance pour la rencontre, l'échange, la découverte, le partage et l'entraide. La reconnaissance et le développement de l'autodéfense pour femmes dans les pays francophones est un travail de longue haleine et Garance y joue un rôle déterminant depuis de nombreuses années.

Ce fut donc un réel plaisir de rencontrer l'ensemble de l'équipe ainsi que les instructrices formées par Garance, d'apprécier leur disponibilité, de partager leur engagement et de s'imprégner de leurs expériences de terrain. Une parenthèse qui redonne de l'énergie et des idées pour avancer dans les projets. Cette semaine sonne également comme une très agréable mise en bouche dans l'attente de la rencontre internationale de formatrices francophones d'autodéfense féministe organisée par Garance et qui aura lieu à l'automne prochain".

Une rencontre dont nous aurons l'occasion de vous reparler dans une prochaine Newsletter.

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Familles sans violences

Aux Etats-Unis, 26% des adolescent/e/s ont subi des violences physiques, 8% des violences sexuelles, de la part des parents ou des personnes qui en avaient la charge. Pourtant, une étude a démontré qu'il existe un type de familles, suivies sur le long terme, où aucun/e adolescent/e n'a rapporté un quelconque abus : ceux et celles qui ont élevé/e/s dans des familles lesbiennes. Par ailleurs, si on en doutait encore, le lesbianisme ne se transmet pas : moins de 3% de ces jeunes se définissent comme gays ou lesbiennes eux-mêmes...

 

smiley

Le "streetart" contre l'homophobie

Le "streetart", art de la rue, a la réputation de "valoriser" les violences plutôt que de les dénoncer. Il faut donc saluer l'exposition, initiée l'an dernier à Bruxelles par Bruno De Lille, et qui continue à tourner en Belgique : une vingtaine d'artistes ont mobilisé leur talent sur le thème du refus de la violence contre les lesbiennes, gays, bisexuel/le/s et transgenres. Des débats sont organisés autour du même thème. Cela se passe jusqu'au 4 mars au centre culturel de Tubize.

 

smiley

Des moyens pour les projets Daphné

Daphné est un programme européen destiné à combattre les violences envers les femmes et les enfants. C'est dans ce cadre que Garance a pu développer, l'an dernier, sa formation de formateurs/trices en milieu de la prostitution.

Malheureusement, ce programme est sous-financé et en période de crise, on peut craindre que cela ne s'aggrave. Le Parlement européen vient de reconnaître ce sous-financement et de demander que les besoins, bien réels, soient rencontrés avec des moyens suffisants. Une attention particulière devrait être portée aux crimes au nom de "l'honneur" et aux mutilations génitales. Le vote a été très largement acquis, par 554 voix contre 22 et 88 abstentions. Voilà qui marque une réelle volonté... qu'il faudra encore traduire en actes.

 

smiley

Une fatwa contre les violences

Suite à un crime particulièrement atroce - le meurtre de trois jeunes filles par des membres de leur famille au Canada - des imams de toute l'Amérique du Nord ont émis une "fatwa" dénonçant les crimes dits "d'honneur". Ce décret religieux, de valeur morale et non légale, vise à rappeler aux fidèles que les crimes d'honneur sont contraires aux préceptes de la religion musulmane. L'an dernier déjà, des imams canadiens avaient dénoncé la violence conjugale.

 

smiley

France : fichage pour tou/te/s !

En France, le fichage a le vent en poupe. Dans une grande discrétion, l'Assemblée nationale a adopté un texte permettant, sous prétexte de "sécuriser" les papiers d'identité, de ficher la quasi totalité de la population à partir de ses données biométriques, comme les empreintes digitales. Dans des pays comme la Grande-Bretagne et au Pays-Bas, de tels projets ont été développés mais vite abandonnés, en raison des risques qu'ils impliquent en termes de libertés publiques. Et de leur manque de fiabilité.

 

smiley

Plus de viols ou plus de plaintes ?

Selon une étude de la chercheuse Liesbet Stevens, la Belgique se classerait 6e sur 50 pays étudiés, avec 26 plaintes pour viol par 100 000 habitant/e/s. Un classement très inquiétant... du moins à en croire une certaine presse.

Bien entendu, chaque viol est un viol de trop, mais l'étude montre surtout que le viol est de plus en plus dénoncé chez nous, et cela, c'est une bonne chose. D'ailleurs, dans le fameux classement, la Suède figure tout en haut et des pays comme l'Egypte ou la Syrie tout en bas. Cela signifie surtout qu'il devient moins difficile ici qu'ailleurs de porter plainte et d'être entendue. Les suites en justice restent plus préoccupantes : 4% des plaintes aboutissent à une condamnation pour une moyenne européenne de 14%.

 

La science dit...

Sentiment d'insécurité chez les adolescent/e/s

C'est un fait bien connu pour nos lectrices et lecteurs : les femmes manifestent en moyenne un sentiment subjectif d'insécurité plus important que les hommes. Mais rares sont les enquêtes sur le sentiment d'insécurité chez les jeunes, d'autant plus avec une analyse de genre. Pourtant, examiner le développement de ce phénomène pendant l'adolescence permettrait de mieux comprendre son lien avec la construction identitaire sexuée. Une nouvelle recherche flamande, basée sur une étude approfondie et représentative des jeunes Flamand/e/s entre 14 et 30 ans apporte des éléments de réflexion à ce propos.

Selon Cops et Pleysier, la différence sexuée du sentiment d'insécurité n'est pas stable, mais fluctue pendant l'adolescence. Le seul sexe ou un modèle linéaire de socialisation sexuée ne peuvent expliquer ces changements. Les auteurs développent le concept de l'identité de genre (basée sur l'image de soi et des activités et formes de sociabilité plutôt "féminines" ou "masculines") qui a un impact plus significatif sur le sentiment d'insécurité que le sexe. C'est à dire que plus des filles et des garçons ont une attitude masculine, moins elles/ils se sentent en insécurité, et vice versa. Le genre en tant que construction sociale permet donc d'abandonner l'idée que les filles et les garçons seraient des groupes homogènes et de penser les questions de sécurité de manière plus nuancée.

De plus, l'identité de genre diminue l'impact du sexe sur la différence sexuée : si on enlève le facteur identité de genre, le sentiment d'insécurité des filles et des garçons se rapproche. C'est un indicateur du fait que la différence du sentiment d'insécurité des femmes et des hommes cache d'autres facteurs (dont l'identité de genre) qui mènent à un sentiment d'insécurité plus prononcé chez les femmes. Des pistes existent pour penser que la vulnérabilité perçue d'une personne, des réponses biaisées par les attentes de rôle ou encore la focalisation du sentiment d'insécurité des femmes sur les agressions sexuelles sont autant de facteurs "cachés" par la variable sexe. De quoi réfléchir... et développer plus de recherches.

Diederik Cops, Stefaan Pleysier: "'Doing Gender' in Fear of Crime. The Impact of Gender Identity on Reported Levels of Fear of Crime in Adolescents and Young Adults." In: British Journal of Criminology (2010) 58-74

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Tout ce que vous ne saurez pas sur l'insécurité !

On vous l'avait annoncé sur Facebook, le 6 février dernier, France 3 consacrait toute une soirée à l'insécurité, avec des reportages, des débats, des témoins et des experts... On exprimait alors notre curiosité mais aussi notre méfiance.

Et on avait raison de craindre le pire ! L'insécurité, ici, est représentée par des formes d'agressions aussi spectaculaires... qu'exceptionnelles, par exemple un home jacking particulièrement traumatisant. Ou alors, il s'agit de clichés comme ces "zones de non droit" de banlieue livrées aux vendeurs de drogues. Quelques experts avaient beau relativiser sécurité/sentiment d'insécurité avec des chiffres qui montrent que non, l'insécurité réelle n'est pas en train d'exploser (que les faits les plus graves comme les meurtres sont en baisse, par exemple) : l'impression générale qui en ressortait était que le monde (extérieur) est vraiment dangereux et qu'il n'y a pas grand chose à faire pour se protéger. Rien sur les violences dans la sphère privée, à peine une allusion à la prévention...

Bref, exactement ce qu'il ne faut pas faire dans ce domaine. Seule consolation : malgré un sujet apparemment très "porteur", l'émission a été un flop en termes d'audience.

 

AGENDA

Pour détails et modalités d'inscription, voir sur www.garance.be

- Séance d’information femmes 55+, Koekelberg - 27 février 2012

- Entraînement : techniques au sol - 12 mars 2012

- Autodéfense pour femmes, Laeken - 17 et 18 mars 2012

- Défense verbale au quotidien, Schaerbeek - 24 et 25 mars 2012


Activités hors Garance :

6 mars au Parlement européen : Représentation exceptionnelle des Monologues du Vagin d'Eve Ensler, par des députées européennes. Au profit du V Day, projet pour mettre fin aux violences à l'égard des femmes et des filles.
A 18h30, Parlement européen, Espace Yehudi Menuhin, rue Wiertz à 1047 Bruxelles.
Réservation ici avant le 27 février.

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be