Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°11 - Novembre 2011

A LA UNE

Colloque « Bougeons mieux en toute sécurité »

Il y a un an, Garance a été chargée par la STIB de créer un lieu d’échange sur les bonnes pratiques en matière de prévention des incivilités, du vandalisme et de la délinquance. Dans ce cadre, nous avons organisé, avec une série de partenaires de la STIB (associations, services de prévention...), cinq ateliers, consacrés à la prévention auprès des jeunes, des personnes handicapées et sans abri, aux questions de genre et d'interculturalité. Ce 30 novembre, nous organisons un colloque destiné aux professionnel/le/s, qui permettra une rencontre entre acteurs et actrices de terrain et chercheuses/eurs académiques. L’ensemble de ces activités débouchera sur une brochure reprenant des « guidelines » pour la STIB.

Le colloque aura lieu ce 30 novembre à Bruxelles (voir aussi agenda). Des intervenant/e/s du monde académique présenteront des études sur la prévention (technique et sociétale) de la délinquance, puis des représentant/e/s de différentes sociétés de transport public présenteront l'une de leurs (bonnes) pratiques. Le colloque accueillera aussi Chantal Duchene, venue de France comme représentante de « Femmes en Mouvement », qui présentera une analyse genrée des questions de sécurité.

L'après-midi, trois ateliers seront consacrés aux jeunes (avec notamment Yapaka), aux personnes en situation de précarité (avec La Strada) et aux question d'interculturalité (avec le CBAI).

La participation est gratuite mais l'inscription obligatoire avant le 25 novembre, par mail ou par téléphone (02 216 61 16).

GARANCE EN BREVES

Un cadeau sympa pour les fêtes !

L'an dernier, pour ses dix ans, Garance a imprimé ce t-shirt super chouette !

Garance a 11 ans, mais notre petit chaperon rouge est toujours en pleine forme ! Si vous faites un don de minimum 20 euros à Garance, il arrivera chez vous, sur un t-shirt qui existe en cinq couleurs et cinq tailles différentes (même si certaines commencent à manquer). Il y en a pour (presque) tous les goûts ! N'oubliez donc pas de nous contacter pour nous signaler vos préférences.

Et si vous faites un don de minimum 40 euros, non seulement il sera déductible fiscalement, mais en plus du t-shirt, vous recevrez le livre d'Irene Zeilinger, « Non c'est non ». Voilà des idées pour vos cadeaux de fin d'année !

Formations pour personnes avec un handicap

Un nouveau public dans nos formations à l'autodéfense : les personnes avec un handicap, mental, physique ou sensoriel. Des personnes vulnérables de par leur handicap, leur besoin d'aide qui rend difficile la pose de limites, mais aussi des personnes qui ne demandent qu'à développer leurs capacités à se défendre, même si Garance doit adapter ses méthodes de formation. Indispensable et passionnant. Un article sur notre site explique en détails les besoins, les enjeux et les obstacles à franchir.

17 décembre: journée d'action pour les personnes prostituées

Même si le projet européen Daphné de prévention des violences en milieu de la prostitution est terminé, Garance continue à s'impliquer dans cette thématique. Pour le 17 décembre 2011, nous planifions la distribution de tracts dans les quartiers de la prostitution, pour sensibiliser les habitant/e/s, passant/e/s et clients au droit des personnes prostituées à la sécurité. En plus, nous voudrions développer les ressources des personnes prostituées, par le biais d'ateliers d'autodéfense dans les bars et hôtels, mais aussi par des cartes avec des conseils de sécurité. Tous les détails sur notre site.

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Des outils de sensibilisation originaux

Si les violences conjugales ne sont plus un sujet tabou, certains publics restent difficiles à atteindre. Il faut donc faire preuve d'imagination.

Ainsi, pour toucher des femmes de milieu rural, des associations françaises ont eu l'idée de distribuer devant des supermarchés un jeton de caddie avec le numéro d'appel pour les victimes de violences conjugales. Plus facile – et discret – à garder dans son portefeuille qu'un dépliant.

Aller chercher le public-cible là où il se trouve : c'est aussi l'idée qui a fleuri en Flandre. Comment toucher les jeunes, sinon là où ils passent une bonne partie de leur temps, à savoir les réseaux sociaux ? Une application Facebook permet ainsi de tester sa relation et découvrir les risques de violences. Elle permet aussi d'afficher son profil avec un oeil au beurre noir, une façon de lancer la discussion entre les jeunes. Les associations présentent aussi leur test dans les Universités flamandes.

De leur côté, les FPS proposent un test en ligne pour mesurer son degré de jalousie. Une jalousie qui peut mener à une volonté de contrôle et de la violence...

 

smiley

Violences dans les beaux quartiers

Les violences, on imagine toujours que ça se passe chez « les autres », les chômeurs, les pauvres, les personnes d'autres cultures... C'est que « chez nous », ces violences sont souvent cachées.

Il faut donc se réjouir qu'à l'occasion du 25 novembre, Journée internationale contre les violences faites aux femmes, TF1 consacre une émission aux violences conjugales dans les milieux aisés. Bon, cela reste TF1, mais pour une fois que les riches ne sont pas seulement présentés pour « faire rêver »...

 

smiley

Belgique: peut mieux faire...

Le Lobby européen des femmes a examiné de près les plans d'action national (PAN) contre les violences faites aux femmes des pays membres de l'Union européenne. Seule la Suède a développé un PAN qui correspond à tous les critères de qualité, notamment tenant compte de toutes les formes de violence contre les femmes et utilisant une analyse de genre. La Belgique figure en fin de peloton, car même si son PAN a élargi son point focal des seules violences entre partenaires aux mariages forcés, crimes d'honneur et mutilations génitales féminines, de nombreuses formes de violence restent négligées, par exemple le harcèlement au travail, les violences dans l'espace public ou encore les violences sexuelles (sauf celles commises par un/e partenaire). La politique belge a choisi de ne pas utiliser la définition de l'ONU des violences faites aux femmes, ce que le Lobby considère comme une position « aveugle au genre ». De plus, le monde associatif se montre peu satisfait de la manière dont il a été consulté lors de l'élaboration du PAN. Les associations belges demandent un processus de consultation transparent et efficace, ainsi que les moyens nécessaires pour financer leurs actions.

 

smiley

Kansas : il n'y a plus d'argent contre les violences !

En temps de crise, c'est connu, les violences domestiques ont tendance à augmenter. Mais en temps de crise aussi, les budgets qui servent à les combattre, à s'occuper de victimes comme des auteurs, ont tendance à diminuer.

Au Kansas (Etats-Unis), comme en beaucoup d'endroits, la crise frappe durement les finances publiques. Pour faire des économies, le procureur général de Topeka, capitale du Kansas, a annoncé sa décision d’arrêter de poursuivre les délits de violence domestique.

Pas parce qu'ils ne sont pas nombreux, au contraire : en 2010, ces délits représentaient la moitié de tous ceux traités par son bureau... Mais la ville n’aurait plus les moyens de payer le personnel, ni même la prison pour gérer ce genre de plainte. Depuis cette décision, près de trente personnes accusées de violences domestiques ont vu les charges contre eux abandonnées.

 

smiley

Les rugbymen français « sortent leur chichi »

L'équipe de France de rugby est rentrée en héroïne après avoir atteint la finale de la Coupe du monde. On espère pour les hôtesses de l'air que les joueurs étaient bien fatigués durant leur voyage en avion car apparemment, ils ont beaucoup de mal à contrôler leur « chichi »...

Lors d'une émission radio à leur gloire, le sexisme le plus stupide et le plus abject s'est déversé sur les ondes, comme le détaille le site français Acrimed.

Justifiant le harcèlement sexuel d'une femme de ménage dont sont accusés des joueurs anglais, les intervenants n'ont rien trouvé de mieux que d'estimer que ce genre de plainte allait « tuer le métier de femme de chambre ». Car quoi de plus normal ? « T’es là, t’es en petite tenue : la femme de chambre elle rentre, t’as le chichi sur le côté, ça c’est ta spécialité (...) La vie de groupe c’est d’aller sortir le chichi à la femme de ménage. (Et en plus) ça soude un groupe ».

Pour le rugby, on ne sait pas, mais pour ce qui est du sexisme, l'équipe de France mérite bien de remporter la finale !

 

LA SCIENCE DIT...

Les violences dans les villes

Le 24 octobre, Garance a pu participer à un nouveau séminaire en ligne organisé par l'Organisation mondiale de la santé. Alys Willman de la Banque mondiale a présenté les résultats d'une étude qualitative sur les violences urbaines. Même si cette étude porte sur des grandes villes du Sud global (Johannesburg, Nairobi, Fortaleza, Port-au-Prince, Dili), certains résultats donnent aussi des pistes pour la lutte contre les violences dans les villes européennes.

Tout d'abord, il faut répéter que les violences dans les villes sont évitables, et que des politiques basées sur des données scientifiques peuvent diminuer le taux de criminalité. Ensuite, les violences dans les villes touchent autant les femmes que les hommes (bien que les hommes restent largement majoritaires parmi les auteurs de violence).

La Banque mondiale met l'accent sur le fait que, quand les citoyen/ne/s s'organisent pour rendre leurs quartiers et communautés plus sûrs pour tous et toutes, les violences diminuent radicalement. L'étude recommande cinq actions de soutien à ces initiatives que les autorités publiques peuvent entamer :

  • la construction de la confiance,
  • la guérison des traumas,
  • lier les efforts des communautés locales avec des initiatives plus larges,
  • le contrôle social des comportements violents,
  • l'inclusion de toutes les personnes dans la société.

Il est également important de s'attaquer à toutes les formes de violence, y compris les violences intrafamiliales et conjugales, car elles sont liées entre elles. L'étude critique la privatisation de la sécurité observée dans nombre de villes, par le recours des communautés et des citoyen/ne/s à des acteurs privés, voir extra-légaux. Concernant les femmes, Alys Wallman prône l'empowerment économique et la prévention des violences dans le couple.

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Harcèlement moral au travail : un film, un livre

Un lundi matin, un homme se rend à son travail, dans la banque où il est chargé d'affaires. Là il sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Le film retourne en arrière, reprenant les événements qui l'ont amené à ce geste.

Le film de Jean-Marc Moutout, « De bon matin », aborde les deux problématiques de la crise bancaire et du harcèlement moral au travail. La forme extrême de la réaction – rare en Europe, même si le film est basé sur un fait réel – affaiblit quelque peu la démonstration. Espérons également que ce film ne serve pas d'exemple à des victimes de harcèlement...

Sur un sujet proche, le livre de Delphine de Vigan, « Les heures souterraines » , propose une analyse beaucoup plus fine, plus subtile, des effets destructeurs du harcèlement moral, de toute la difficulté à reprendre le dessus quand on n'a pas réagi immédiatement, de l'escalade qu'il devient alors difficile d'arrêter. Un roman très prenant au ton juste.

 

Plus de violences, ou davantage de dénonciations ?

Le quotidien français Le Monde abrite le blog du sociologue Laurent Mucchielli, consacré aux questions de sécurité. Des analyses souvent intéressantes, loin des idées reçues.

Un texte datant déjà de juillet nous a particulièrement intéressées, il est consacré à la dénonciation croissante des violences conjugales et leur impact sur l'image générale de l'insécurité en France. A lire et à méditer.

 

AGENDA

Activités de Garance :

Pour détails et modalités d'inscription, voir sur www.garance.be

Colloque :

30 novembre : Bougeons mieux (en toute sécurité)

Autodéfense :

10 et 11 décembre : Autodéfense pour femmes, Schaerbeek

Entraînements :

12 décembre : Défense verbale (Spécial Noël)

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be