Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°9 - Août 2011

A LA UNE

Demandez le programme !

Pour Garance aussi, c'est une nouvelle saison qui recommence ! Dès septembre, nous vous proposons nos différents cours et formations, à un rythme accéléré pour mieux répondre à la demande.

Très demandés au premier semestre, nos stages d'autodéfense seront désormais mensuels. Attention, celui de septembre est déjà presque complet !

En novembre, nous proposons aussi un week-end plus spécialement axé sur les techniques de défense verbale.

Les entraînements reprennent également, une fois par mois en début de soirée. Ils sont réservés à des femmes ayant déjà suivi un de nos stages. Le premier sera consacré à un rappel utile des techniques de base.

Enfin, pour les femmes 55+, les groupes de réflexion sont prévus à Auderghem, Watermael-Boitsfort et bientôt Bruxelles-Ville, ainsi qu'une formation d'autoprotection (Auderghem). Pour toutes ces activités, l'inscription préalable est obligatoire. Voir les détails et les conditions sur notre site : www.garance.be

Au plaisir de vous y voir !

 

GARANCE EN BREVES

On y sera !

Avec la rentrée, une série d'activités, de colloques, de manifestations... redémarrent aussi. Mais nous attendons que l'équipe soit au complet pour nous organiser... Pour nous suivre, rien de plus facile : devenez notre ami/e sur Facebook !

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

La SlutWalk débarque à Bruxelles

Parties de Toronto, les « Slutwalks » se sont multipliées, du Canada au Brésil, d'Angleterre au Mexique, d'Australie jusqu'en Inde.... Le 25 septembre, les voilà qui débarquent à Bruxelles. Quoi que que l'on pense de l'intitulé « Marche des salopes » (ou « des traînées »), il s'agit de dire non au sexisme et de faire passer un message clair : la façon dont une femme est habillée ne donne aucune autorisation, ni même une circonstance atténuante, pour l'agresser !

 

smiley

Colloque : violences entre partenaires de même sexe

« Dis-moi quel couple tu formes, je te dirai les violences que tu pourrais vivre! ».
Cet intitulé présente un colloque international clôturant trois années de travail mené dans le cadre d’un appel à projet consacré à la violence au sein des couples de même sexe. Deux démarches conjointes ont été préconisées : d’une part, former les associations gays et lesbiennes à la problématique des violences entre partenaires, et d’autre part, sensibiliser davantage les services psycho-médico-sociaux généralistes à l’accueil du public des personnes gays, lesbiennes ou bisexuelles dans le cadre de la prise en charge de cas de victimes et/ou auteurs de violences.
Infos : voir agenda

 

smiley

Rencontres Femmes et santé cherchent bénévoles

En ce mois de septembre, Bruxelles accueillera les 11èmes Rencontres internationales Femmes et Santé. Elles réuniront des représentant/e/s du monde universitaire, médical, économique, ainsi que des activistes venu/e/s du monde entier. Durant 5 jours, vous pourrez assister à des débats, témoignages, films, concerts, expos, plénières, ateliers, événements « Do-It-Yourself » afin d’échanger, d’informer, de questionner et d’agir sur les politiques et les pratiques concernant la santé des femmes et leurs droits humains, en particulier les droits sexuels et reproductifs.

Pour accueillir tout ce monde, assurer le secrétariat,l'animation, la logistique... les organisatrices cherchent encore des bénévoles. En échange, accès gratuit à toutes les activités
Infos sur www.11rifs.org

 

smiley

Court métrage

Primé dans plusieurs festivals et diffusé sur Arte, le court-métrage d'animation « Françoise » a été réalisé par Elsa Duhamel, sur les abus sexuels et l'importance de porter plainte pour se reconstruire.

 

smiley

Beaucoup de paroles, peu d'actes

Il y a un an, l’Assemblée nationale française votait, dans une belle unanimité, une loi contre les violences faites aux femmes.

Malheureusement, sur le terrain, après un an, le bilan est plutôt négatif.
La loi prévoyait par exemple qu'un juge pouvait mettre une femme à l’abri de son conjoint violent en prononçant une ordonnance de protection, très rapidement et sur simple fait de « violence vraisemblable ». Dans les faits, ce texte n'est appliqué que dans un seul département, la Seine-Saint-Denis, grâce à l'Observatoire des violences faites aux femmes, créé avant la loi par l'obstination de quelques militantes de terrain. Dans ce seul département, 80 femmes ont pu être mises à l'abri durant les premiers mois de l'application de la loi : il n'y en a eu que 3 ou 4 dans chacun des autres départements. De tels observatoires devaient être créés ailleurs : zéro créations pour le moment.

De même, la distribution de téléphones portables d'urgence n'a été possible que dans deux départements (sur 96, sans compter ceux d'Outre-Mer !), dont le Bas-Rhin, où il vient justement de permettre de sauver une vie.
Bref : beaucoup de bruit pour pas grand chose, hélas...

 

smiley

Un métro pour femmes ?

A Séoul, capitale de la Corée du Sud, les autorités s'alarment d'une montée des attouchements sexuels dans le métro. Elles vont donc expérimenter un système déjà en vigueur dans d'autres villes, comme Tokyo ou Mexico : réserver des compartiments aux femmes.

Voilà une mesure qui peut paraître positive, mais n'est-elle pas surtout le signe d'une incapacité à éduquer, prévenir et s'il le faut, réprimer les comportements d'agression ? Comme l'écrit un internaute sur un forum sud-coréen : « L'objectif des compartiments réservés aux femmes serait de protéger les femmes des délits sexuels. (…) Ils devraient plutôt renforcer la sécurité dans le métro et faire appliquer les lois existantes, au lieu d'isoler les femmes dans un espace clos ».

Ou comme le souligne le Korea Sexual Violence Relief Center, une organisation qui lutte pour la défense des victimes de crimes sexuels : « Cela signifie que le harcèlement ne peut être évité que lorsque les hommes et les femmes se trouvent dans des espaces séparés ». Soulignant aussi un nouveau risque : « Une femme qui serait victime de harcèlement sexuel dans un compartiment mixte ne sera plus en mesure de s'en prendre à qui que ce soit à part à elle-même, parce qu'elle n'était pas dans le compartiment réservé aux femmes »....

 

smiley

Agresseur sexuel... et toujours maire

L'arbre DSK ne doit pas cacher la forêt des agressions sexuelles d'hommes de pouvoir. Ainsi le sénateur-maire de Neuilly-sur-Marne Jacques Mahéas : condamné pour agression sexuelle en mars 2010, il a fini par démissionner du PS, sous la menace d'être exclu. Après que le PS ait longtemps traîné les pieds...

Par contre, pas question de renoncer à ses mandats : il est toujours sénateur et pire encore, maire, ce qui signifie qu'il a une série de pouvoirs en matière de police. Des associations se mobilisent pour exiger qu'une telle condamnation implique aussi la levée des mandats politiques.

 

 

LA SCIENCE DIT...

Les violences nuisent gravement à la santé

Il y a de ces « évidences » qu'il est parfois bon de rappeler et mieux encore, d'étayer par des chiffres. Que les violences subies altèrent la santé psychologique des victimes, voilà qui n'a rien pour surprendre. Mais une étude récente menée en Australie sur près de 4500 femmes, entre 16 et 85 ans, et analysée par le Journal de l'American Medical Association, confirme le poids de ces violences sur tout le parcours des femmes, en prenant en compte les cas de viol, de harcèlement ou de violences de la part du partenaire.

Des symptômes comme l'anxiété grave, la dépression et la consommation de drogues ont été pris en compte. Plus les personnes observées ont subi de types de violences, plus ces symptômes sont nombreux et graves. Cela peut concerner près de 90% de femmes ayant subi trois sortes de violences.

Les tentatives de suicide sont également beaucoup plus fréquentes : le taux de 1,6% chez les femmes qui n'ont pas subi de violences grimpe à 6% pour celles exposées à un seul type de violence et 34% pour celles exposées à trois types de violences. D'où l'importance pour les professionnels ayant à soigner des troubles psychologiques de s'interroger sur l'éventualité de violences subies, dont on sait que beaucoup de victimes hésitent à parler.

Un résumé de l'étude eut être lu ici, l'accès à l'étude complète étant payant sur le site de l'American Medical Association.

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Femmes victimes, femmes résistantes

Du Brésil au Koweit, des Etats-Unis à l'Afghanistan, d'Angola au Venezuela, d'Israël à l'Arabie Saoudite : le site (en anglais) http://www.asafeworldforwomen.org/ donne des informations inédites sur les violences faites aux femmes et sur leurs luttes pour les prévenir. Classées par thème (guerres, violences conjugales, mais aussi environnement ou commerce éthique) et par région du monde et par pays, on trouve là une mine d'informations sur les violences subies par les femmes, mais aussi leur force de résistance.

Une partie de ces informations et bien d'autres peuvent se retrouver (en français) sur le site www.egalite-infos.fr. Il est possible de s'abonner à la Newsletter pour découvrir des infos qu'on ne trouve pas ailleurs, mais aussi des dossiers, des débats, des points de vue originaux sur des sujets dont on parle ailleurs... mais en oubliant la dimension de genre.

 

AGENDA

AGENDA

Activités de Garance :

Pour détails et modalités d'inscription, voir sur www.garance.be

Autodéfense :

24 et 25 septembre :
Autodéfense pour femmes, Schaerbeek

 

Entraînements :

12 septembre :
techniques de base

 

Femmes 55+ :

à partir du 5 septembre : Groupe de réflexion pour femmes 55+, Auderghem

à partir du 20 septembre : Autoprotection pour femmes 55+, Auderghem

 

Activités extérieures :

Du 13 au 17 septembre à Bruxelles : 11ième Rencontre Internationale Femmes et Santé . Infos www.11rifs.org

21 septembre : Colloque international consacré aux violences au sein des couples de même sexe, à la Maison de la Culture de la province de Namur.
Inscription et information :
Isabelle Paul : Tél. : 081/77 54 06 ou 081/77 67 48
egalitedeschances@province.namur.be

25 septembre : les SlutWalks débarquent à Bruxelles ! Départ à 15h à la Gare du Nord (côté départ des bus EuroLines)

 

 

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be