Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°7 – Mai 2011

A LA UNE

Echappez belle! en néerlandais

Qui ne connaît pas encore notre classique, la brochure Echappez belle! Guide pratique de sécurité pour femmes ? Depuis la première version électronique publiée en 2003, 10 000 exemplaires papier ont été diffusés en deux éditions. Des dizaines de milliers de personnes ont téléchargé la brochure sur le site web de Garance. Et maintenant, la partie septentrionale du pays pourra également en profiter, car Echappez belle! devient Mooi onsnapt!

Et voici comment cette transformation miraculeuse a pu se produire: Le Service public fédéral Intérieur avec sa Direction générale Sécurité et Prévention, a découvert Echappez belle! il y a deux ans. Impressionné par le ton neutre et encourageant et les informations concrètes et utiles qui caractérisent notre première publication, il a souhaité promouvoir sa publication. Et c'est tant mieux, car nous sommes régulièrement en rupture de stock et n'avons pas les moyens de financer des réimpressions.

Comme il s'agit d'un service fédéral, cela doit évidemment se passer dans les deux langues, et c'est pourquoi une traduction en néerlandais a été lancée. Mais les différences culturelles entre Flamands et francophones semblent aussi s'étendre au domaine de la prévention des violences: la première traduction était peu attractive et difficile à comprendre pour les néerlandophones. C'est pourquoi nous avons décidé de faire réécrire complètement la brochure pour éviter les francicismes. Des experts du SPF se sont penchés sur cette tâche ardue, et Garance a assuré la fidélité du résultat à l'original et a établi une liste d'adresses des services d'aide en Flandre.

Mooi ontsnapt! a aussi obtenu une nouvelle allure, grâce au soutien généreux du SPF. Nouvelle mise en page plus aérée et dynamique, photos, tout ce qui était un luxe inabordable pour nous, sont dorénavant inclus. Cette nouvelle brochure sera publiée officiellement à la mi-juin, et les intéressé/e/s pourront commander des exemplaires gratuitement sur le site www.besafe.be Et sur le site de Garance, Mooi onsnapt! pourra être téléchargé, tout comme sa soeur Echappez belle!. Nous sommes très fières de cette nouvelle publication, notre première en néerlandais, et nous espérons qu'elle fera écho dans la partie nord du pays. La Flandre n'a pas d'association comme Garance, mais les Flamandes ont tout autant le droit de prendre leur sécurité en main...

 

GARANCE EN BREVES

La Pensée et les Hommes

Le 10 mai dernier, Garance a eu les honneurs de la télévision belge, dans l'émission de morale laïque « La Pensée et les Hommes ». Bien sûr même si l'émission passait très tard, c'est toujours intéressant d'avoir de la visibilité. Encore faudrait-il pouvoir s'assurer en amont que le/la journaliste se soit donné la peine de s'informer sur notre travail et pose des questions pertinentes. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas, et cette interview en fut un malheureux exemple...

 

728 !

C'est le nombre de personnes qui ont suivi une formation d'au moins un jour (en moyenne deux journées) chez Garance en 2010. C'est la première fois que nous dépassons la limite de 700 participant/e/s par an, ce qui mène le total de nos participant/e/s en dix ans d'existence à plus de 3800. Ces chiffres et bien d'autres choses seront au menu du rapport annuel 2010 que l'Assemblée générale adoptera en juin et publiera sur notre site web par la suite. A suivre...

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

Conseils en technoprévention gratuits

La technoprévention, ce sont une série de mesures techniques permettant de prévenir les cambriolages, les vols à la tire et les attaques. Sur simple demande, un conseiller en technoprévention peut passer chez vous, pour vous fournir des conseils objectifs sur la sécurisation de votre habitation ou votre commerce, même sur des plans lorsque vous vous apprêtez à construire ou à rénover. Ce service professionnel est entièrement gratuit. Sur le site de la Direction générale Sécurité et Prévention (qui fait partie du SPF Intérieur), vous pouvez dorénavant trouver toutes les informations complémentaires, ainsi que les coordonnées du conseiller le plus proche, en tapant simplement le numéro postal de votre commune.

 

smiley

L'exemple c'est nous... mais parfois c'est eux

Nous, les grand/e/s, nous prétendons donner l'exemple aux petit/e/s. Mais parfois, c'est d'eux (et surtout d'elles) que vient l'exemple. Garance a eu un coup de coeur pour cette délicieuse vidéo pleine d'enseignements pour toutes !

 

smiley

Plaintes pour homophobie

Depuis 2007, en cas de plainte à la police, l'enregistrement de violences homophobes est marqué d'un code spécifique. Du moins c'est ce qui est prévu par la loi. Interpellée par la députée Zoé Genot, la ministre de l'Intérieur A. Turtelboom, a donné quelques chiffres sur les faits enregistrés : 34 en 2008, 56 en 2009 et 43 pour les neuf premiers mois de 2010. Les plaintes sont de loin les plus nombreuses en Wallonie : 25 en 2010, contre 8 en Flandre et 10 à Bruxelles (pour les 9 premiers mois). On peut penser que ces chiffres sous-estiment largement les violences homophobes, quand on sait, par exemple, que selon une étude du Steunpunt Gelijkekansenbeleid flamand, un/e LGBT sur huit a été insulté/e, menacé/e ou agressé/e pour son orientation sexuelle, sur une période de 6 mois.

A Liège, il existe une « cellule » spécialisée (de deux personnes) au sein de la police, créée sur l'initiative de deux policier/e/s (un homme, une femme). Ils ne se contentent pas d'accueillir les victimes, ils font aussi tout un travail proactif vers les milieux homosexuels, et leurs coordonnées sont affichées dans les lieux fréquentés par les homosexuel/le/s (associations, bars...) Une « bonne pratique » à suivre ...

 

smiley

Convention signée

Dans notre dernière Newsletter, nous vous parlions de la Convention adoptée par le Conseil de l'Europe pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes..

Cette Convention a été ouverte à la signature des différents Ministres des Affaires étrangères réunis à Istanbul le 11 mai. Treize pays l'ont immédiatement signée, dont la Turquie, qui venait encore de connaître une affaire dramatique de meurtre d'une femme deux jours auparavant. Espérons que la Belgique n'attendra pas elle aussi un meurtre pour faire de même.

Rappelons que la ratification de la Convention implique la mise en pratique d'une série de mesures, depuis la création d'une ligne téléphonique jusqu'à la mise en place de plans d'action contre le harcèlement et le mariage forcé, en passant par la création de nouveaux refuges et différentes formes d'aide aux victimes. Il s'agit du premier outil international qui permet aux Etats de s'engager dans un processus prévoyant des actions concrètes et un contrôle externe par des experts internationaux, qui surveilleront l'application de la Convention.

 

smiley

Déluge de haine

A l'annonce d'une possible libération prochaine de Michelle Martin, l'ex-femme de Marc Dutroux condamnée à 30 ans de prison, les réactions se sont déchaînées sur les réseaux sociaux et les forums des journaux. Un déferlement de propos haineux et menaçants qui risque d'aggraver encore la douleur des proches des victimes.

Si la réaction choquée de certaines familles est compréhensible, on ne peut en dire autant de ces personnes qui s'empressent de se distancer des « monstres », tout en déchargeant leur propre violence sur eux. Comme l'écrit dans la Libre Nicole Malinconi, qui a consacré un livre à Michelle Martin, « l’opinion publique préfère la condamnation des « monstres » au nom de la seule émotion, sans discernement quant à la part d’inhumanité mêlée à l’humanité de chacun ». Et la question se pose de savoir quelle société nous voulons : celle où l'on fait disparaître d'une manière ou d'une autre les auteurs de crimes, ou une société qui se donne les moyens de les réintégrer ?

 

smiley

« Viol correctif »

En cette époque de Marches des fiertés qui défileront dans les villes européennes, à signaler un phénomène dramatique qui prend de l'ampleur en Afrique du Sud : le « viol correctif » de lesbiennes. Des hommes obligent des lesbiennes à avoir des relations sexuelles avec eux, jugeant que cela permettra à celles-ci d'être "soignées" et d'être remises "dans le droit chemin". Ces viols se font avec une extrême violence et se terminent souvent par la mort de la victime.

Alors même que l'Afrique du Sud a une législation très progressiste en matière d'homosexualité – gays et lesbiennes peuvent se marier et adopter des enfants – on voit que la loi ne règle pas tout. La police comme le gouvernement restent passifs face à ces crimes. Il a fallu des pressions internationales pour que soit créé un groupe de travail chargé de proposer des mesures permettant de lutter contre ces agressions. Entre les progrès législatifs et la réalité sociale, le chemin peut être long...

 

smiley

Les violences psychologiques sont aussi des violences !

La Cour fédérale sociale allemande a décidé début avril que la loi sur le dédommagement des victimes ne s'applique pas aux violences psychologiques. Le cas concernait une femme de 60 ans harcelée pendant deux ans par un homme dont elle s'est séparée après une courte relation. Il l'a poursuivie partout, l'a appelée jour et nuit, a envoyé à plusieurs reprises la police, l'ambulance et les pompiers à son appartement, a menacé de la tuer, de mettre des bombes. La victime a obtenu à deux reprises des mesures judiciaires de protection, que l'agresseur n'a pas respectées. Il a été condamné plusieurs fois à des peines de prison. Après cette torture, la femme est tombée malade avec des états d'épuisement et des crises d'angoisse. Elle a demandé une pension d'invalidité comme dédommagement en tant que victime, ce qui la dernière instance lui a donc refusé.

 

LA SCIENCE DIT...

La sécurité au prisme de l'âge

Deux études récentes ont été consacrées à la sécurité des personnes âgées, et plus particulièrement celle des femmes.

La première étude, qui concerne la France, montre le grand écart qui existe entre le sentiment d'insécurité et les risques réels. Où l'on voit que c’est dans cette tranche d’âge qu’on trouve le moins d’agressions réelles et que la menace la plus importante pour l’intégrité physique des personnes âgées, ce sont les accidents de la vie courante, et principalement les chutes à domicile ou dans les abords immédiats.

Une autre étude, menée par la VUB sur 450 femmes belges âgées de 60 ans et plus, révèle que 32% d’entre celles qui vivent dans un ménage privé ont connu une forme de maltraitance au cours de l’année écoulée. Les formes les plus fréquentes sont les mauvais traitements psychiques, suivis par l’exploitation financière et la négligence. L'étude aboutit à des recommandations qui rejoignent d'ailleurs l'approche de Garance.

Lire plus de détails ici

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

Justice for women

Justice for Women a été créé en 1990 pour soutenir et défendre des femmes qui se sont défendues ou ont tué un partenaire violent. Au cours de ces 20 années, Justice for Women a développé une large expertise légale dans ce domaine et a été impliquée dans une série de cas devant la Cour d'Appel, qui ont permis de modifier des verdicts pour meurtre à l'égard d'une série de femmes. Des infos sur les campagnes menées ainsi que des cas individuels peuvent être trouvés sur le site.

 

AGENDA

Activités de Garance :

Pour détails et modalités d'inscription, voir sur www.garance.be

Autodéfense :

18 et 19 juin :
Autodéfense pour femmes, Schaerbeek

 

Défense verbale :

18 et 19 juin :
Défense verbale pour femmes, Molenbeek

 

Entraînements :

14 juin :
Entraînement : en voiture

 

Femmes 55+ :

6 juin :
Séance d'information pour femmes 55+, Watermael-Boitsfort

 

Activités extérieures :

25/5 à 20h, au Centre Culturel Jacques Franck : avant-première du film « Fuuta, il est temps d'en parler », consacré à l'abandon, par certaines communautés africaines, des mutilations sexuelles et des mariages précoces. Suivi d'un débat en présence des réalisateurs.

 

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be