Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous !
Visitez le site !

 

 

NEWSLETTER n°6 – AVRIL 2011

A LA UNE

Retour du Venezuela

Sur invitation d’une Belge vivant à Caracas et qui connaissait le travail de Garance, deux de nos formatrices ont passé un mois au Vénézuela, joignant l'utile des formations à l'agréable des vacances. Elles en ont aussi profité pour prendre des contacts avec les mouvements de femmes sur place.

Beaucoup de choses ont changé pour les femmes, et plutôt vers un mieux, depuis que Hugo Chavez est au pouvoir, aussi bien sur le plan socio-économique qu'en matière de lutte contre les violences. Bien sûr, il reste beaucoup à faire... En tout cas, dans ce contexte culturel très différent, une conclusion s'impose : l'autodéfense féministe, ça marche aussi là-bas !

Plus d'informations sur l'expérience de Garance, ses stages sur la plage et la situation des femmes vénézuéliennes ici.

 

GARANCE EN BREVES

Garance en film !

Le film réalisé par Malika sur les 10 ans de Garance est disponible sur YouTube : « Quand les femmes sont fortes », partie 1 et partie 2. Vous y retrouverez nos animatrices, nos participantes, des images de nos stages... dix ans d'une histoire déjà riche ! A diffuser sans modération !

 

Garance dans le Soir

Dans son édition du 2 avril dernier, le quotidien le Soir consacrait une page entière à Garance. Un article plein de sympathie et d'intérêt pour notre démarche, mais nous opposant à un « autre féminisme », soi-disant « geignard », ce que nous n'avons évidemment jamais dit... Nous avons donc envoyé une lettre au Soir, qui a publié une brève précision dans son édition du 9 avril.

Dans notre réaction, nous précisions notamment ceci : « S'il existe des approches féministes différentes et même parfois des débats virulents sur certains thèmes, il est totalement faux d'écrire que « Garance se bat contre le féminisme qui 'victimise' la femme ». D'abord, ce n'est pas le féminisme qui « victimise » les femmes, mais ceux qui commettent ou laissent commettre des violences à leur égard ; ensuite, Garance ne se bat pas contre d'autres féministes. Votre article, dans sa volonté de soutenir notre démarche, nous présente en « donneuses de leçon » du « bon féminisme », ce que nous ne prétendons absolument pas être. Ce contre quoi nous luttons, ce sont le machisme, les inégalités de pouvoir, les violences, et non pas d'autres féministes, même si elles ont des approches différentes des nôtres ».

 

« Non c'est non! » au théâtre

« Eves », c'est un spectacle basé sur une série de portraits de femmes, réunis en une pièce de théâtre… Drôles pour la plupart, grinçants pour d’autres et tellement sincères pour tous. Six comédiennes qui se font les porte-voix d'une vingtaine de textes d’auteur(e)s qui se sont penché/e/s avec bienveillance, ou pas, sur ce que cela signifie d'«être une femme ».

Garance est particulièrement fière d'annoncer que parmi ces textes, entre des extraits de la Bible et de Charlie Hebdo, on trouve un passage de Non c'est non ! l'oeuvre désormais célèbre d'Irene Zeilinger, récemment parue en poche ! Et toujours consultable gratuitement en ligne...

La pièce « Eves » est programmée du 24/5 au 2/ juillet aux Déchargeurs à Paris, et du 8 au 31 juillet au festival d'Avignon.

 

C'EST ARRIVE PRES (OU TRES LOIN) DE CHEZ VOUS

smiley

L'Europe contre les violences faites aux femmes

Le 5 avril, le Parlement européen a adopté une résolution de la députée suédoise Eva Britt Svensson, incitant les Etats membres de l'Union européenne à considérer le viol et la violence sexuelle comme des crimes dans tous les pays de l'UE et à poursuivre d'office les auteurs de ce type d'infractions, y compris quand cet acte est commis au sein du mariage. Il s'agit de mettre en place des mesures de droit pénal pour sanctionner les auteurs de ces violences, mais aussi un dispositif pour que les victimes aient accès à une aide juridique pour faire valoir leurs droits.

Le 7 avril, c'est le Conseil de l'Europe (rassemblant 47 Etats membres) qui a adopté une Convention pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. Par ce texte, les Etats membres s’engagent à respecter des standards minimums en matière de prévention, de protection des victimes et de poursuites des auteurs et à incriminer pénalement les violences sexuelles y compris les viols, les violences physiques et psychologiques, le harcèlement, les mariages forcés et les mutilations génitales féminines.

La Convention prévoit notamment la mise en place de permanences téléphoniques gratuites et accessibles 24h sur 24, et la prise en compte du genre dans l’examen des demandes d’asile. Elle sera ouverte à la signature le 11 mai 2011 à Istanbul, lors de la session du Comité des Ministres réunissant les Ministres des Affaires Etrangères des 47 Etats membres.

 

smiley

Campagne contre l'excision

Dans le monde, les mutilations génitales concernent entre 100 et 140 millions de femmes et de petites filles, principalement dans 28 pays d’Afrique subsaharienne et dans la péninsule arabique. Plus de 6 millions d'entre elles vivent dans des pays d'immigration, en Europe ou en Amérique du Nord.

En Belgique, bien que la loi punisse sévèrement cette pratique, environ 6000 femmes sont excisées et 2000 autres menacées de l'être, notamment lors d'un retour dans le pays d'origine pour les vacances. Pour informer et pour prévenir, l'asbl Intact a lancé qui le 7 avril une campagne de prévention destinée à tous les acteurs entrant en contact avec le sujet, dans le monde, médical ou associatif (voir aussi dans l'agenda, un film suivi d'un débat sur le même sujet).

 

smiley

Campagne contre les violences homophobes

Dès la fin de ce mois d'avril, la Région de Bruxelles-Capitale lance une campagne contre les violences à l'égard des lesbiennes, gays, bisexuel/le/s et transgenres. Partant du constat qu'il existe encore une grande différence entre les chiffres officiels de plaintes et le nombre effectif de violences homophobes, cette campagne se donne pour objectif d'inciter les victimes à porter plainte.

Les actions seront lancées officiellement le 28 avril, par le vernissage de l'exposition Artists against Aggression : une vingtaine d'artistes ont mis leur talent au service de la campagne. L'exposition sera accessible gratuitement jusqu'au 31 mai aux Halles Saint-Géry, avant de faire la tournée d'autres lieux associatifs et culturels.

 

smiley

« Caravane d'amour »

Selon une recherche de la Communauté française, il apparaît que 9 jeunes sur 10 ont déjà été confrontés à la violence dans leurs relations amoureuses. Partant de ce constat, le secrétaire d'Etat de la Région bruxelloise Bruno De Lille, en charge de l'Egalité des Chances, a lancé une campagne de prévention sous forme d'une « caravane d'amour » qui sillonnera la Région durant tout le mois d'avril. Parallèlement, un site a été développé, sur lequel les jeunes pourront faire un test de leur relation et trouver de l’information sur les services d’aide compétents, les associations spécialisées, etc. On y trouvera aussi les dates et lieux de passages de la caravane.

Interrogé par le journal flamand De Standaard, Bruno De Lille reconnaît qu'il s'agit surtout d'un premier pas et que d'autres campagnes seront nécessaires pour modifier les comportements. On attend donc la suite, car l'une des conditions essentielles pour que la prévention soit efficace, c'est qu'elle puisse s'installer dans la durée...

 

smiley

La sécurité sur les campus

Les campus universitaires réunissent un grand nombre de jeunes sur un espace limité et offrent un cadre festif particulier, qui peut donner lieu à des débordements. En collaboration avec le Planning familial local, l'asbl CEFA a mené une étude sur la façon dont les filles vivaient les questions de sécurité à Louvain-la-Neuve.

Sans être représentative (169 questionnaires ont été récoltés), l'enquête livre tout de même des information intéressantes à la fois sur le vécu des étudiantes, leurs craintes, ainsi que leurs stratégies de prévention et de défense. En tout cas, il reste du boulot pour Garance !

smiley

Le retour de Bertrand Cantat

Pour avoir tué sa compagne Marie Trintignant, le chanteur du groupe Noir Désir, Bertrand Cantat, a été condamné à 8 ans de prison. Libéré en 2007, il a suivi scrupuleusement les obligations liées à sa libération conditionnelle, dont celle de ne pas s'exprimer sur son crime. Ce qui empêche aussi de savoir quel regard il porte aujourd'hui sur son acte.

Après quelques tentatives de redémarrage, Noir Désir s'est finalement dissous. Mais Bertrand Cantat continue à faire ce qui est son métier : faire de la musique, écrire, chanter.

Voilà qu'il revient à l'avant-scène de l'actualité lorsque le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) de Montréal l'invite à participer avec trois autres musiciens à la composition d'une pièce de théâtre. Scandale, polémique, l'invitation est retirée. Pour le même spectacle, Cantat était convié au festival d'Avignon, provoquant la colère et le retrait d'un autre invité, Jean-Louis Trintignant, le père de Marie. Du coup, Cantat lui-même a décidé de se retirer.

On peut comprendre les réactions des proches de Marie Trintignant. Mais interdire à Cantat de se produire, lui demander une « discrétion » qui va à l'encontre de son métier, voilà qui va trop loin. Comme tout criminel, Cantat a droit à se réinsérer après avoir purgé sa peine. Chacun/e a le droit, bien sûr, de refuser d'aller le voir et de l'applaudir sur une scène.

Cantat n'est-il pas l'arbre qui cache la forêt ? Lui au moins a été reconnu coupable d'un crime et a été sanctionné, alors que tant d'auteurs de crimes dits « passionnels » s'en sortent avec toute l'indulgence du jury...

 

smiley

Transaction pénale : une justice de classe !

La Commission justice du Sénat discute actuellement d'un amendement visant à élargir le champ d’application de la transaction en matière pénale. La transaction pénale permet à un fraudeur d'éteindre l'action de la justice en payant une somme d'argent.

Cet élargissement serait une contrepartie à la levée partielle du secret bancaire. Mais certains voudraient aller plus loin encore en permettant la transaction pour tous les délits, y compris les violences contre les personnes. C'est évidemment inacceptable pour les victimes, et le renforcement d'une « justice à deux vitesses », permettant à ceux qui en ont les moyens d'échapper au jugement.

 

LA SCIENCE DIT...

Quand le genre prend le métro

A Bruxelles comme ailleurs, une majorité des passagers dans les transports en commun sont en fait des passagères. On pourrait se dire que dans cet espace public, tout le monde est sujet au même environnement, aux mêmes co-passagèr/e/s, au même service etc. Pourtant, quand il s’agit de sécurité, un monde de différences s’ouvre.

Pour les sociétés de transport en commun, lutter contre le sentiment d’insécurité est une stratégie commercialement rationnelle, à la fois pour augmenter les revenus et améliorer le contrôle social, ce qui implique aussi moins d’incivilités et délits. Mais pour cela, il faudrait en savoir plus sur l’impact de genre. Non seulement sur la sécurité objective et subjective, mais aussi sur l’impact des mesures de sécurité sur les hommes et les femmes. La Chicago Transit Authority a analysé cela en détail. Quelques pistes ici...

 

ON A LU, VU, ECOUTE POUR VOUS...

« Peaceful families »

Parfois, il peut être utile de compléter des campagnes qui s'adressent à tous par des actions plus spécifiques à certains publics. Le Peaceful Families Project est une organisation américaine dont l'objectif est d'éradiquer la violence domestique dans les familles musulmanes. Le projet s'adresse aux communautés et aux leaders musulmans par des recherches, des ateliers et d'autres actions de sensibilisation, à l'aide de brochures, livres, DVD...

 

AGENDA

Activités de Garance :

Pour détails et modalités d'inscription, voir sur www.garance.be

Autodéfense :

7 et 8 mai :
Autodéfense pour femmes, Schaerbeek

Entraînements :

10 mai :
Entraînement : techniques au sol 2

Femmes 55+ :

à partir du 27 avril :
Groupe de réflexion pour femmes 55+, Laeken

Activités extérieures :

Du 28 avril au 31 mai : exposition Artists Against Aggression, Halles Saint-Géry à 1000 Bruxelles

28 avril, 20h : Film « Fleur du désert » suivi d'un débat sur les mutilations génitales, avec les associations Intact et Gams. Centre Culturel Senghor, chaussée de Wavre 366 à 1040 Bruxelles

 

 

 

Si vous ne parvenez pas à lire le contenu de cet email, accédez à la version en ligne
Si vous ne voulez plus recevoir cette Newsletter, cliquez ici
© Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be